Siège d'Ancône

Le siège d'Ancône se déroula pendant la guerre napolitaine. Il se déroule du au , quelques jours après la bataille de Tolendino du . Le siège d'Ancône est l'une des dernières batailles en Italie pendant les Guerres Napolitaines.

La ville d'Ancône sera la dernière des plus grands villes italienne à capituler. La bataille oppose les forces de Napoléon et l'alliance anglo-autrichienne pendant les Cent-Jours. Les Anglo-Autrichiens cherchaient à défaire les forces de Napoléon et, après, à rejeter les Français vers l'Italie de l'Est, en visant à l'élimination de la monarchie de Murat mise en place par Bonaparte et à encercler les États du pape.

BatailleModifier

Après la bataille de Tolentino, une force autrichienne de 2 300 soldats mise en place par le général major autrichien assiège Ancône, défendue par une garnison de l'armée de Napoléon de 1 500 soldats à partir du .

Cette garnison provenait de la brigade de Carascossa, qui avait refusé d'affronter à Césano les troupes autrichiennes de Neipperg, permettant ainsi la défaite de Murat à Tolentino.

Les Français perdaient 500 hommes du fait du bombardement anglo-autrichien avant de capituler le .