Ouvrir le menu principal

Shaïda Zarumey

sociologue et écrivaine nigérienne
Shaïda Zarumey
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Shaïda Zarumey, de son vrai nom Fatouma Agnès Diaroumèye, est une sociologue et une femme de lettres nigérienne. Elle est l'une des premières à avoir publié un recueil de poèmes en langue française au Niger.

BiographieModifier

Née à Bamako en 1938 d’un père nigérien et d’une mère malienne, Fatouma Agnès Diaroumèye passe les dix premières années de sa vie au Niger, où elle effectue ses études primaires. Elle poursuit ses études secondaires au Mali[1] et ses études supérieures à Paris, où elle obtient un doctorat en 1970[2].

Socio-économiste de formation, elle commence son parcours professionnel à Dakar, où elle enseigne de 1970 à 1975 à l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP)[2]. Elle devient ensuite fonctionnaire internationale, se consacrant à la promotion des femmes[3]. Elle est amenée à voyager, notamment à travers l’Afrique, mais aussi en Europe, en Amérique, en Asie et en Orient [2],[1]. Elle est un moment secrétaire générale de l’ONG Maillon africain pour la paix et le développement (MAPADEV) et Coordinatrice du réseau des femmes pour la paix (RE‐FEPA) [4].

En 1981, elle publie le recueil Alternances pour le sultan sous le nom de plume de Shaïda Zarumey. [5],[3] Dans ce recueil de poèmes, elle évoque l’intime, les étreintes, les corps enlacés et les rituels de séduction féminine et n’hésite pas à comparer les ceintures de perles portées aux hanches par les femmes à un chapelet musulman pour l’amant qui égrène ainsi les « sourates de l’amour »,[6],[3] transgressant ainsi une certaine réserve souvent de mise pour les femmes nigériennes[7], à la différence des pays de tradition mandé où les femmes griotes disposent davantage de liberté d’expression.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Antoinette Tidjani Alou, « Alternances pour le Sultan. Shaïda Zarumey », dans Esi Sutherland-Ady et Aminata Diaw, Des femmes écrivent l'Afrique. L'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Editions Karthala, (lire en ligne), p. 438-439.
  • Antoinette Tidjani Alou, « Zarumey, Shaïda [Mali 1938] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 4692.
  • Jean-Dominique Pénel, « Le degré de francophonie varie selon les pays », dans La littérature sahélienne du bassin du lac Tchad: Voix, langages et poétiques, Archives contemporaines, (lire en ligne), p. 119.
  • (en) Ph.D Toyin Falola et Jean-Jacques Daniel, Africa: An Encyclopedia of Culture and Society : An Encyclopedia of Culture and Society, ABC-CLIO, 14, (lire en ligne), p. 932.

Liens externesModifier