Shérif

fonction politique et publique, en vigueur dans des pays de langue anglaise

Un shérif (en anglais : sheriff) est le détenteur d'une fonction publique, concernant notamment la police, dans certains pays anglo-saxons ou d'anciennes colonies britanniques (Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Australie, Irlande et Inde).

Perry Owens (en), shérif d'un comté dans l’Arizona.

Royaume-Uni modifier

La fonction de shérif vient de l’Angleterre prénormande[1].

Le terme est le résultat de la contraction de l'anglo-saxons shire reeve[2], signifiant :

  • pour shire, une circonscription administrative similaire au comté ;
  • pour reeve, un officier, agent d'un seigneur féodal (très proche du bailli français) qui faisait appliquer l’ordre parmi les serfs du domaine.

Le shérif avait donc un grade supérieur au reeve, correspondant littéralement à celui d'un « bailli du comté ».

Après la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, la fonction perdure[1] dans le cadre de la vicomté.

L’appellation « shérif » est ensuite conservée pour désigner la personne chargée de remplir cet office, tandis que le titre de vicomte devient un titre héréditaire de la pairie anglaise.

Canada modifier

Fonctionnaire de justice chargé, au civil, des saisies et des ventes forcées en matière immobilière et, au pénal, de la constitution des jurys et de leur surveillance pendant le procès. Au Québec, il est « responsable à tous égards et de la même manière que tout huissier, gardien ou receveur de consignations aurait pu l'être, en vertu des lois du Canada avant l'année 1759 »[3]. Il est notamment responsable des actes des huissiers qu'il nomme. Au niveau fédéral, la « loi sur la faillite et l'insolvabilité » traduit le mot sheriff par huissier-exécutant.

États-Unis modifier

 
Sceau de l’United States Marshals Service.

Aux États-Unis, un shérif est un fonctionnaire élu, responsable de la justice au niveau d'un comté. Chaque État se divise en comtés (sauf l'Alaska et la Louisiane), lesquels comprennent un certain nombre de municipalités. Le shérif est en quelque sorte un ministre de l'ordre public sur son territoire. Il est responsable des prisons du comté, des tribunaux civils et des mesures à prendre pour faire appliquer les lois et règlements. Le bureau du shérif est également chargé d'assurer le service policier et pénal dans les zones non-incorporées ainsi que de fournir des services de police municipale à contrat aux municipalités qui ne possèdent pas de police. Pour ce faire, il nomme des deputies (suppléants ou substituts) qui exercent la fonction de policier. Le shérif est élu tous les deux ou quatre ans. En 2007, on compte 3 084 shérifs dont 40 femmes[4].

À l'époque de l'Ouest américain, une fonction similaire était celle de marshal (ou town marshal). Ces derniers étaient nommés ou élus selon les cas pour assurer les fonctions de police dans les petites villes, avec un rôle comparable à celui du shérif. Les marshals fédéraux quant à eux intervenaient sur des secteurs plus étendus dans les territoires pionniers. Le terme est toujours d'usage principalement dans les États du Sud.

Sur les 50 États de l'Union, 48 ont des shérifs. Les deux exceptions sont l'Alaska qui n'a pas de comtés et le Connecticut, qui a remplacé son système de shérif de comté par des marshals judiciaire et d'État en 2000. Washington, D.C. et les cinq territoires habités en permanence (Porto Rico, Samoa américaines, Guam, Îles Mariannes du Nord, Îles vierges des Etats Unis) n'ont pas non plus de gouvernement de comté[5].

Personnages historiques modifier

Quelques shérifs ayant réellement existé :

Le shérif dans la littérature et les arts modifier

Une figure du Far West modifier

Personnage emblématique du Far West au même titre que le cow-boy, le shérif est un personnage récurrent des westerns et des œuvres liées au Far West (bandes-dessinées comme Lucky Luke, Blueberry, etc. ; livres)

Garant du maintien de l'ordre public, le shérif est facilement reconnaissable à son insigne, l'étoile de shérif. Le bureau de shérif est l'endroit où sont affichés les avis de recherche (Wanted « Recherché », souvent accompagnés de la mention Dead or alive, « Mort ou vif ») et où les sommes promises sont payées au chasseurs de primes.

Quelques exemples de shérifs de fiction modifier

Titres d'œuvres comportant le mot « shérif » modifier

Il s'agit du titre français ; le titre original ne comporte pas nécessairement le mot « shérif ».

Galerie modifier

Notes et références modifier

  1. a et b Joël Chandelier, L'Occident médiéval : D'Alaric à Léonard (400 - 1450), Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 700 p. (ISBN 978-2-7011-8329-9), chap. 9 (« La puissance retrouvée des États (1050-1300) »), p. 443.
  2. (en) « History of the Sheriff », sur le site ncsheriffs.org (consulté le ).
  3. Article 3 de la loi sur les shérifs.
  4. « Le nombre de femmes shérifs aux États-Unis est en hausse », Washington File, 21 novembre 2007.
  5. « Connecticut voters decide to abolish controversial sheriff system », (consulté le )

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier