Scandales du prieuré de Littlemore

Les scandales du prieuré de Littlemore ont lieu entre 1517 et 1518. Il s'agit d'accusations d'immoralité sexuelle et parfois de violence brutale entre les moniales et la prieure de Littlemore, dans la paroisse civile d'Oxford, en Angleterre. Le prieuré bénédictin d'Oxfordshire, qui est très petit et pauvre, a une histoire tourmentée dans ses relations avec son évêque. Le scandale révélé en 1517 est cependant devenu une cause célèbre suffisante pour contribuer à la suppression du prieuré, en 1525. Katherine Wells, la prieure de Littlemore de l'époque, dirige le prieuré avec une discipline stricte et souvent violente. Elle est accusée d'humilier régulièrement des religieuses par l'emploi de carcans pendant de longues périodes, ainsi que de les agresser physiquement. Elle a aussi eu un bébé par le chapelain du prieuré et met en gage les bijoux du prieuré pour payer l'éducation de l'enfant. Elle reçoit les hommes dans son salon, même après que l'évêque eut été mis au courant des accusations, ce qui comprend une forte consommation d'alcool. Au moins une autre nonne a aussi eu un enfant. À une autre occasion, quatre religieuses s'échappent du prieuré par une fenêtre et s'enfuient dans les villages environnants pendant quelques semaines[note 1].

Photographie en couleur du seul bâtiment monastique existant du prieuré de Littlemore en 2009.
L'unique bâtiment monastique restant du prieuré de Littlemore, vu en 2009. Il est converti en pub du nom de The Priory and...?. L'historien William Abel Pantin (en) suggère qu'il faisait partie de l'est du cloître[1].

Cependant, dans l'Oxfordshire, le prieuré est placé sous l'égide de William Atwater (en) évêque de Lincoln[note 2]. Il lance une enquête, probablement après avoir entendu les rumeurs, très médiatisées, sur le mode de vie irrégulier des moniales. Malgré cela, les troubles continuent et, à l'occasion d'une enquête ultérieure, l'évêque entend les plaintes de la prieure et des moniales qui s'accusent mutuellement. Katherine Wells est convoquée au tribunal épiscopal de Lincoln pour faire face à des accusations de corruption et de manque de maîtrise de soi, ce qui conduit à la démettre de ses fonctions. La fin de l'affaire est inconnue, car les archives n'ont pas survécu. Les historiens considèrent qu'il est probable que ce soit un comportement tel que celui qui a été révélé à Littlemore qui a encouragé le cardinal Thomas Wolsey à supprimer le prieuré, ainsi qu'un certain nombre de maisons, dans une tentative d'améliorer l'image de l’Église, en Angleterre, au début des années 1520. Katherine Wells, toujours prieure intérimaire à sa fermeture, a reçu une pension à vie. La maison est devenue une ferme et a été progressivement démolie. Un bâtiment d'origine existe toujours au XXIe siècle, désormais devenu un monument classé du Royaume-Uni.

ContexteModifier

Un certain moine de Rievaulx, étudiant à Oxford et de l'ordre cistercien, a un accès courant et fréquent au prieuré, mangeant et buvant avec la prieure et y passant la nuit parfois pendant trois, parfois pendant quatre jours[4].

William Alnwick's Records of Visitation, 1436–1449

Le prieuré bénédictin de Littlemore est fondé au XIIe siècle par Robert de Sandford dans les dernières années du règne du roi Étienne[5]. Toujours une petite maison[6], depuis 1245 environ[note 3], l'histoire du prieuré est obscure, passant inaperçue dans les archives épiscopales et gouvernementales. À la fin du Moyen-Âge (en), on rapporte que les sept religieuses de Littlemore ne vivent pas selon leur règle. En 1445, le prieuré reçoit la visite (en) d'agents de William Alnwick (en), évêque de Lincoln. À la suite de leur inspection, ils signalent que les religieuses ne jeûnent pas et mangent de la viande tous les jours. En outre, la prieure, Alice Wakeley, reçoit régulièrement, dans ses chambres, un moine cistercien et un commis laïc pour se livrer à des séances de beuverie[7]. Il y a beaucoup de commérages locaux, et il semble que tout le monde sait que les religieuses partagent les lits, apparemment parce que la lucarne principale est structurellement dangereuse[8]. L'évêque donne l'ordre aux religieuses d'utiliser des lits séparés[note 4] et qu'aucun laïc, « surtout les érudits d'Oxford »[7], ne doit être autorisé à entrer au prieuré[note 5]. Au début du XVIe siècle, la congrégation est réduite à une prieure et cinq religieuses[7]; trois d'entre elles, Elizabeth, Joan et Juliana[13], sont des sœurs surnommées Wynter[14].

Enquêtes d'Atwater (1517)Modifier

Le , le prieuré de Littlemore reçoit la visite du Dr Edmund Horde, commissaire de l'évêque William Atwater de Lincoln[15],[16],[note 6] accompagné du chancelier épiscopal, Richard Roston. Les raisons de sa visite sont inconnues, bien qu'Eileen Power suggère qu'à cette époque, Atwater « s'était éveillé à la condition morale de Littlemore »[19]. Les découvertes ultérieures de Horde, qui ont été présentées comme des constatations de fait et étaient en fait des accusations, sont complètes. Tout d'abord, il suggère que les religieuses lui avaient menti sur les ordres de leur prieure dès son arrivée. Elles lui avaient dit que tout allait bien[20], omnia bene[21] au sein de Littlemore ; il découvre que ce n'est pas le cas[20]. Les enquêteurs comme Horde sont censés être minutieux, « examinant chaque membre de la maison, entrant dans les moindres détails, et prenant grand soin d'arriver à la vérité »[22],[note 7].

Horde rapporte que la prieure, Katherine Wells[note 8], a eu une fille illégitime de Richard Hewes, un aumônier[25] du Kent, qui est probablement responsable des sacrements du prieuré[7]. Selon Thomson, cela s'est manifestement produit quelques années auparavant, mais que ça a été « dissimulé ou délibérément négligé par les autorités »[26]. Les religieuses déclarent que Hewes leur rend encore visite deux ou trois fois par an et qu'il doit revenir au début du mois d'août[16]. Pendant son séjour, Hewes et Wells vivent en couple, et leur enfant habite chez les religieuses[27]. Horde écrit que Wells, voulant que sa fille fasse un bon mariage, a volé des objets de Littlemore et d'autres meubles de l'entrepot commun pour la dot de la fille[28],[16]. Selon les archives de l'évêque, bien que les religieuses aient supplié Wells de renoncer à Hewes, « elle avait répondu qu'elle ne le ferait pour personne, car elle l'aimait et l'aimerait »[16]. Les relations sexuelles clandestines ne sont pas du seul ressort de la prieure ; au moins une autre religieuse, probablement Juliana Wynter[29],[14] a également eu un enfant de John Wikesley[30], un universitaire d'Oxford marié[29], deux ans auparavant[29]. De leur côté, les religieuses se plaignent à Horde que Wells est strict et brutal en matière de discipline  ; lorsqu'elles essaient d'aborder le sujet avec elle, elle les fait mettre au carcan[31]. L'historienne Valerie G. Spears suggère que Wells est obsédée par la discipline ; d'une part cela est « autodestructeur » et d'autre part encouragé par la servilité des religieuses[32].

Les religieuses se plaignent également qu'aucun effort n'a été fait pour entretenir le prieuré ou ses bâtiments, et elles signalent des toits et des murs endommagés ainsi que des fuites[27]. Les dépendances essentielles ont été louées par Wells aux voisins séculiers du prieuré et elle garde pour elle-même les loyers[16]. Elle protestent également contre leurs vêtements décrépits, la nourriture pauvre et insuffisante et la mauvaise bière[33]. Horde découvre que l'essentiel de la richesse de fondation du prieuré, y compris ses bijoux, a été mis en gage[31],[note 9] ou dépensé pour la « mauvaise vie » de la prieure. En même temps, les religieuses manquent de biens de première nécessité, notamment de nourriture et de vêtements, et ne peuvent rien acheter pour elles-mêmes car la prieure confisque régulièrement leurs allocations[7]. Elles déclarent que Wells envoie ces fonds à l'extérieur du prieuré pour qu'ils soient distribués à ses proches[33]. Elles se plaignent que son comportement général donne également un mauvais exemple : plutôt que de passer ses journées en contemplation ou à administrer la maison, elle erre dans la campagne environnante sans autre compagnon qu'un jeune enfant d'un village voisin[16]. Horde apprend qu'un tel état de choses est préjudiciable au recrutement : les femmes qui pensent peut-être prendre le voile à Littlemore voient les conditions dans lesquelles elles sont censées vivre et vont plutôt ailleurs[7]. On prétend au moins une fois qu'une recrue potentielle a non seulement quitté les lieux immédiatement, mais qu'elle a commencé à relater le mauvais état du prieuré dans tout Oxford[30],[note 10]. Les bienfaiteurs potentiels sont également dissuadés[35]. L'historien de l'église Philip Hughes (en) suggère que les nonnes exigent que Horde remédie à leurs plaintes. Elles ont demandé la permission de quitter la maison pour une autre s'il ne le peut pas[27], peut-être par crainte des représailles attendues de Wells après son départ[30].

Visite de l'évêqueModifier

Le diocèse médiéval de Lincoln, avec Oxford et Lincoln marqués en noir.
Carte d'Oxford, du XXIe siècle, montrant l'emplacement du prieuré de Littlemore marqué en rouge.

La situation de Littlemore ne semble pas avoir changé au cours de l'année suivante[30]. Le [36], Atwater rend visite, en personne, à Littlemore[30],[36]. Bien qu'il ait dû « amener une certaine réforme » à Littlemore, l'évêque est déçu[7]. Lors de cette visite, Wells se plaint auprès de lui que les religieuses refusent de lui obéir[25]. Elle rapporte qu'Elizabeth Wynter[14] « jouait et s'ébattait »[28] dans le cloître avec des hommes d'Oxford[note 11] et, aidée par ses soeurs, a défié les tentatives de correction de la prieure. Par exemple, la prieure explique qu'elle a mis Elizabeth dans les carcans du salon et deux de ses collègues, Wynter[14] et Anna Wilye[13], pour avoir brisé la porte et l'avoir libérée. Wells a dû enfermer Wynter, car ses sauveuses ont également cassé le verrou. Elles ont alors mis le feu aux carcans et ont barricadé la porte contre Wells[29]. Elle a demandé l'aide des voisins et des domestiques, mais avant que les secours n'arrivent, les religieuses avaient cassé la fenêtre et s'étaient enfuies dans un village voisin.

Elles s'y cachent avec l'aide d'une voisine sympathique, one Inglyshe[30], pendant quelques semaines[7],[29] et sont apostasiées en conséquence[13]. Elles sont également constamment irrespectueuses pendant la messe, jouant des jeux, bavardant et riant bruyamment tout au long[29], agissant avec un comportement généralement irréfléchi[30], « même lors de l'élévation », malgré leur supposée obéissance aux règles d'attention et au décorum[38],[note 12]. Wells se plaint que, bien que deux ans se soient écoulés depuis la naissance de Juliana Wynter, elle n'a rien appris de ses erreurs et continue à rechercher ardemment la compagnie des hommes[29].

Les religieuses, pour leur part, se plaignent que la prieure a vendu tout leur bois et que Hewes est resté avec la prieure pendant plus de cinq mois[30],[note 13]. Pire encore, après la précédente visite, elle a impitoyablement puni celles qui avaient dit la vérité sur Littlemore à Edmund Horde. Anne Wilye a passé un mois dans les réserves et Elizabeth Wynter a été physiquement battue dans la salle capitulaire et le cloître[29]. L'évêque apprend, lorsque Wynter est finalement revenue du village avec ses collègues en fuite[14], comment Wells a frappé Elizabeth « à la tête avec ses poings et ses pieds, la corrigeant de façon immodérée »[7] et l'a piétinée à plusieurs reprises[30]. Les nonnes affirment également que, malgré les promesses de Wells à Atwell, Hewes a continué à rendre visite à la prieure depuis la visite de Horde[30]. Logan suggère que c'est peut-être Elizabeth qui a signalé Wells à Horde lors de la visite de 1517 et que c'est la vengeance de la prieure[14]. Une religieuse, Juliana Bechamp, qui semble ne pas avoir été impliquée dans les différents troubles, déclare à l'évêque qu'elle est « honteuse d'[être] ici [sous] le mauvais sort [de] ma dame »[33][note 14]. Les scandales qui frappaient le prieuré de Littlemore sont alors très connus du public, et tant les prieurs que les religieuses ont leurs partisans dans la ville d'Oxford[41]. L'historien Peter Marshall (en) les décrits comme « accrocheurs »[20] et Spears suggère qu'elles ont fourni « aux médias sensationnalistes de l'époque un récit rentable »[32].

Aveux de la prieureModifier

Quelques mois après sa visite, l'évêque Atwater convoque Katherine Wells à sa cour, à Lincoln. Elle est accusée de nombreuses infractions[42], notamment d'incontinence[24] et d'immoralité délibérée[39],[note 15]. Bowker affirme que la procédure a duré plusieurs jours, au cours desquels elle a été interrogée par l'évêque et ses fonctionnaires, dont le Dr Peter Potkyn, le canoniste épiscopal[42],[44].

Au début, Wells nie les accusations, mais le poids des preuves de Horde l'oblige à passer aux aveux. Elle révèle que sa fille est morte en 1513, et qu'elle a donné à Richard Hewes une partie du service d'argent du prieuré, dont un calice d'argent d'une valeur de cinq marcs[16],[note 16].

Elle affirme avoir maintenu le même mode de vie pendant les huit années précédentes, mais que personne ne s'est enquis des affaires de Littlemore, pendant tout ce temps. Au contraire, dit-elle, le prieuré n'a eu aucun contact avec l'administration, sauf en une occasion, où elle a reçu des injonctions ecclésiastiques, quelques années auparavant[28]. Le dernier jour de l'audience, Atwater récupére les preuves et prononce son jugement[42]. En guise de punition, Wells est renvoyée de son poste, bien qu'elle ait été autorisée à effectuer les tâches quotidiennes que la maison exige jusqu'à ce qu'un remplacement ait été organisé. Ceci à la stricte condition qu'elle ne fasse rien d'autre que cela sans l'autorisation personnelle de Horde[7],[note 17], notamment en ce qui concerne les questions de discipline interne[42]. L'historien J. A. F. Thomson a décrit la situation, en particulier le licenciement de Wells par l'évêque en sachant qu'elle devrait être autorisée à continuer, comme démontrant « l'inadéquation des visites comme moyen de faire respecter la discipline »[25]. La médiéviste Eileen Power est d'accord pour dire que « cela montre à quel point, dans certains cas, la machinerie épiscopale pour le contrôle et la réforme » d'institutions telles que Littlemore était inadéquate[41]. Elle attribue la responsabilité de l'état de Littlemore directement aux épaules de Wells, avec son « incontinence habituelle [et] la persécution de ses religieuses »[47], qu'elle décrit comme « une prieure particulièrement mauvaise »[31]. Power note qu'une telle situation était bien plus susceptible de se produire dans de petites maisons pauvres[48], qui, selon le médiéviste F. D. Logan, étaient souvent déjà « en train de lutter pour leur survie »[49], que dans des maisons ayant une richesse indépendante[48]. Spears est d'accord avec Power sur l'irresponsabilité de Wells, suggérant que si ses religieuses se sont par la suite mal comportées, « il serait surprenant »[39] que cela ne soit pas le résultat de l'observation, de l'apprentissage et de la copie de son comportement et de son approche[39]. Spears note que, comme Wells a usé d'une discipline « erratique et agressive », les religieuses semblent avoir eu un comportement réciproque à son égard[32].

ConséquencesModifier

 
Portrait de Sampson Strong (en), du cardinal Wolsey, avec la nouvelle université de Wolsey, en haut à gauche (vers 1610).

Les historiens ne savent pas quelles mesures, le cas échéant, Atwater a prises à l'égard de Littlemore après sa visite, car les documents ultérieurs n'existent plus et ni Littlemore ni ses habitants ne sont plus mentionnés dans le Registrum de l'évêque[16].

Nous ne savons pas non plus quelles mesures, le cas échéant, Horde a prises lorsque le prieuré était sous sa garde[50]. En 1525, le ministre en chef du roi, le cardinal Wolsey, était en train de fonder sa nouvelle école d'éducation humaniste, le Cardinal College, à Oxford. Il avait besoin de fonds pour le bâtiment[51]. Pour réunir ce dont il avait besoin, il demanda et obtint une bulle papale l'autorisant à supprimer plusieurs monastères délabrés de son choix[52]. Aux yeux de Wolsey, cela avait aussi l'avantage de contribuer à réparer la réputation de l'église en Angleterre, que les maisons décadentes et leurs habitants avaient contribué à lui donner. Littlemore est l'un des prieurés qu'il choisit pour la dissolution[note 18]. Power a fait valoir que l'état de la maison et sa réputation de scandale, en plus du souhait de Wolsey d'agrandir l'université, justifiaient cette décision[41]. Le fait que Littlemore s'était montré intraitable, incapable de se réformer ou de se laisser réformer, en faisait probablement un candidat probable à la dissolution, qui, selon Margaret Bowker, était « le seul moyen d'empêcher que sa désobéissance ne s'étende »[35]. Hughes a décrit Littlemore comme étant, pour Wolsey, simplement une maison « qui ne manquerait jamais »[29].

Au moment de sa fermeture, le prieuré de Littlemore vaut environ 32 £ par an[28],[note 19],[note 22]. Au cours des années suivantes, ses terres et ses revenus sont cédés au nouveau collège de Wolsey[25]. Les habitantes ne reçurent aucune autre punition. En effet, en tant que dernière prieure, Katherine Wells reçut une pension annuelle de 6,134 £,[25],[note 23] et les nonnes qui avaient été apostatisées en raison de leur mauvaise conduite furent absoutes[56]. Lorsque Wolsey chute du pouvoir, en 1529, le prieuré de Littlemore, ainsi que le reste de ses richesses et de ses domaines, sont déclarés en déshérence au profit de la couronne[57][51].

Eileen Power a décrit les conditions de vie de Littlemore au début du XVIe siècle en faisant « l'un des pires couvents pour lesquels des documents subsistent »[31]. Elle suggère que cela illustre le fait que, bien que Thomas Cromwell ait exagéré le cas, il y avait clairement un certain fondement dans l'histoire récente pour les allégations d'institutions décadentes et de comportement calomnieux qu'il a utilisées pour justifier la dissolution en bloc des monastères de 1536-1539[41]. Quant à l'évêque Atwater, Bowker laisse entendre que, bien qu'il ait fait des efforts consciencieux pour réformer les maisons récalcitrantes de sa juridiction, le prieuré de Littlemore n'est qu'un exemple de son incapacité à résoudre le problème tout au long de sa carrière. Elle soutient cependant que les efforts d'Atwater dans ce sens ont anticipé, dans une moindre mesure, les tentatives de réforme de l'église de Martin Luther[58].

Les quelques bâtiments qui composaient le prieuré ont rapidement été transformés en fermes[1]. Seule la partie est du cloître du prieuré de Littlemore a survécu jusqu'au XXIe siècle, et elle est devenue un monument classé du Royaume-Uni, en , alors qu'il était utilisé comme country club[59]. Décrit par Nikolaus Pevsner, dans Pevsner Architectural Guides (en), comme « un bâtiment rectangulaire avec un petit bloc à pignon »[6], il abritait à l'origine le dortoir des religieuses au premier étage, la salle capitulaire et le salon de la prieure au sol[6]. Il a été transformé en pub à la fin du XXe siècle, bien que celui-ci ait été fermé en [60]. La fermeture du pub a été l'occasion d'une étude archéologique du site. Un certain nombre de « sépultures très inhabituelles » ont été découvertes dans l'enceinte du prieuré, notamment celle d'une prieure, un corps ayant subi un traumatisme violent à la tête et une femme enterrée avec un bébé[61].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Logan a soutenu qu'aux fins de la description de ces religieuses, les termes fugueurs, renégats et égarés sont interchangeables pour le public moderne, mais il soutient une description plus précise de la façon dont les contemporains définissaient les fugueurs comme apostats : « Le terme utilisé par les papes et les évêques, pour élaborer des lois contre eux, par les supérieurs religieux qui les contestent dans la pratique, par les règles, constitutions et coutumes des ordres est le mot apostats. Apostata était le mot constamment utilisé par les contemporains pour décrire les religieux qui grimpaient sur le mur au propre comme au figuré. »[2].
  2. Jusqu'en 1541, le diocèse de Lincoln est le plus grand d'Angleterre et couvre, ainsi que le Lincolnshire lui-même, les comtés de Bedford, Buckingham, Huntingdon, Leicester, Northampton, Oxford et Rutland[3].
  3. Lorsque le prieuré reçoit une bulle papale encourageant les hommes de la région à aider les religieuses à reconstruire leur dortoir décrépit en échange d'indulgences[7].
  4. La médiéviste Sarah Salih a commenté les instructions de l'évêque. Bien qu'à cette époque, "il soit très rare de trouver une quelconque inquiétude concernant l'activité homosexuelle dans les couvents"[9]. Atwater a pu être préoccupé par le fait que cela se passait à Littlemore, puisqu'il a donné des instructions "pour que les poules du ylke soient séparées dans un lit par un engagement de soi-même". D'autre part, Salih note que "la règle bénédictine permettait de partager les lits lorsque l'espace était réduit, les religieuses avouent ouvertement qu'elles partagent leur lit, expliquant que leur lucarne est en ruine, et la rubrique des visites à Littlemore ne contient aucune des références à la modestie ou à la honte qui apparaissent habituellement lorsqu'il est question de transgression sexuelle"[9]. Logan a fait valoir que "le stéréotype du moine s'enfuyant avec la religieuse n'est tout simplement pas soutenu par les preuves qui existent"[10]. En ce qui concerne l'organisation du sommeil des religieuses médiévales, l'archéologue Roberta Gilchrist (en) a fait remarquer que, alors que certaines maisons comme l'abbaye de Burnham privilégiaient une lucarne commune, celle de Littlemore était divisée en cubicules discrets, configurés comme "deux rangées de chambres (environ 2,4 par 3 m chacune) éclairées par de petites fenêtres"[11].
  5. Littlemore n'est pas le seul à mériter la colère d'Alnwick : durant son épiscopat (1436-1449), il trouve des raisons de réprimander les prieures des prieurés d'Ankerwyke, Catesby, Gracedieu, Harrold, Heynings, Langley, Legbourne, Markyate et Stamford[12].
  6. Diplômé et sociétaire du All Souls College, à l'époque de sa visite à Littlemore, Horde a organisé un certain nombre de bénéfices ecclésiastiques dans l'Oxfordshire. Il les a cédés, en 1520, pour lui permettre de rejoindre l'ordre des Chartreux et a été nommé prieur de Hinton en 1529[17]. L'historien ecclésiastique Diarmaid MacCulloch (en) dit que la Horde était « très respectée » de son vivant, et que lui et sa maison sont restés fidèles au roi pendant la dissolution des monastères[18].
  7. R. S. Arrowsmith a déclaré que ce n'était pas "toujours facile" ; l'abbé ou la prieure "pouvait rendre les choses très désagréables pour ceux qui révélaient le véritable état de la maison". Il illustre ce fait avec les cas de la visite de 1514 au prieuré de Walsingham, où le prieur a rappelé aux moines qu'il serait toujours en charge lorsque leur évêque serait parti. La même année, les religieuses du Flixton Priory ont déclaré qu'elles ne pouvaient pas dire la vérité lors d'une visite à cause de la cruauté de leur dame. De même, en 1440, la prieure de Legbourne avait interdit à ses nonnes de signaler quoi que ce soit ("sachant bien que sa propre conduite ne supporterait pas un examen minutieux", dit Arrowsmith)[23].
  8. ou "Wellys"[24].
  9. Power note que "l'accusation de mise en gage ou de vente de bijoux pour leurs propres besoins a souvent été portée contre des prieures dont la conduite, par ailleurs, était mauvaise". Outre Katherine Wells en 1517, cette accusation a également été portée contre Eleanor du prieuré d'Arden en 1396, Juliana du prieuré de Bromhall en 1404 et Agnes Tawke du prieuré d'Easebourne en 1478[34].
  10. Thomson suggère que, nonobstant la réputation d'endroits comme Littlemore, cet incident particulier indique que "certains individus avaient encore une vision idéaliste de la vie ordinaire, qui pourrait être brisée par un décalage entre la théorie et la pratique"[26].
  11. Le mot utilisé dans son rapport est luctando, qui, selon la latiniste Danuta Shanzer, est généralement utilisé dans le contexte de « l'épuisement sexuel, qu'il s'agisse de masturbation, d'émissions nocturnes ou de rapports sexuels »[37] ; Philip Hughes traduit l'activité de Wynter par lutte : Neque voluit corrigi per priorissam licet deliquerit ludendo et luctando cum pueris in claustro[29].
  12. La médiéviste Valerie Spear suggère que ce pourrait être le seul cas enregistré d'une telle "irrévérence étudiée" dans un prieuré anglais du XVIe siècle[39].
  13. Il était arrivé vers Pâques, qui était tombée le 4 avril de cette année-là[40].
  14. « ashamed to [be] here [under] the evil ruele [of] my ladye. »
  15. Les accusations spécifiques comprennent le fait d'avoir couché avec Hewes à la Chandeleur, cette année-là, d'avoir entravé l'enquête de Horde en menaçant de représailles les nonnes qui lui ont dit la vérité et d'avoir négligé la réparation et l'entretien du tissu de la maison[43].
  16. Un mark anglais médiéval était une unité de compte équivalente aux deux tiers d'une livre[45].
  17. La nomination d'un mentor dans un couvent est une pratique courante 200 ans plus tôt, mais au XVIe siècle, elle est tombée en désuétude au point d'être presque inconnue[46].
  18. Ce n'était pas la seule ; en tout, Wolsey supprima 28 maisons, toutes des prieurés sauf deux, qui étaient des abbayes, et dont quatre, y compris Littlemore, étaient des couvents[53]. Certains ont été dissous pour des raisons similaires. « Littlemore n'est pas la seule maison qui a souffert de la suppression sous l'ombre du scandale », écrit Thomson, et « en 1522, une inquisition a eu lieu sur les terres du Broomhall Priory, dans le Berkshire, où la prieure avait démissionné en septembre 1521 et était partie avec deux autres nonnes en décembre. L'inquisition n'a donné aucune explication au départ de la prieure, mais en 1524, Clément VII a émis une bulle supprimant la maison, ainsi que celle de Higham, dans le Kent, en raison des démérites des religieuses »[25]. Les autres prieurés supprimés par Wolsey à cette époque sont ceux de Wix dans l'Essex, également en 1525, Farewell dans le Staffordshire, en 1527[54] et St Mary de Pré, St Albans l'année suivante[55]. Les revenus de Farewell sont reversés au diocèse de Lichfield, les autres au nouveau collège d'Oxford de Wolsey[54].
  19. 15 600 £ en 2018.
  20. 8 800 £ en 2018.
  21. 15 600 £ en 2018.
  22. Selon le Victoria County History, ce montant a été divisé entre « 12 £[note 20] dans les spiritualités (sans doute l'église de Sandford), et £21 6s 6d[note 21] dans les temporalités, dont une partie provient de maisons d'Oxford »[7].
  23. £4 900 en 2018.

RéférencesModifier

  1. a et b Pantin 1970, p. 19.
  2. Logan 1996, p. 2.
  3. King 1862, p. 326.
  4. Alnwick et Thompson 1918, p. 218.
  5. VCH 1957, p. 169.
  6. a b et c Pevsner et Sherwood 1974, p. 689.
  7. a b c d e f g h i j k et l VCH 1907, p. 75-77.
  8. Williams 2006, p. 3.
  9. a et b Salih 2001, p. 150.
  10. Logan 1997, p. 7.
  11. Gilchrist 1994, p. 123.
  12. Spear 2005, p. 131.
  13. a b et c Logan 1996, p. 261.
  14. a b c d e et f Logan 1996, p. 81.
  15. Power 1922, p. 492.
  16. a b c d e f g et h Atwater et Thompson 1940, p. lxxvi.
  17. Connolly 2019, p. 156.
  18. MacCulloch 2018, p. cxiii.
  19. Power 1922, p. 491-492.
  20. a b et c Marshall 2017, p. 53.
  21. Fraser 1987, p. 45.
  22. Arrowsmith 1923, p. 143-144.
  23. Arrowsmith 1923, p. 144.
  24. a et b Smith 2008, p. 664.
  25. a b c d e et f Thomson 1993, p. 231.
  26. a et b Thomson 1993, p. 230.
  27. a b et c Hughes 1951, p. 57.
  28. a b c et d VCH 1907, p. 75–77.
  29. a b c d e f g h i et j Hughes 1951, p. 58.
  30. a b c d e f g h i et j Atwater et Thompson 1940, p. lxxvii.
  31. a b c et d Power 1922, p. 595.
  32. a b et c Spear 2005, p. 153.
  33. a b et c Tucker 2017, p. 23.
  34. Power 1922, p. 211.
  35. a et b Bowker 1981, p. 28.
  36. a et b Bowker 1967, p. xxix.
  37. Shanzer 2006, p. 193 n.91.
  38. Kerr 2009, p. 153.
  39. a b c et d Spear 2005, p. 122.
  40. Cheney 1995, p. 110.
  41. a b c et d Power 1922, p. 596.
  42. a b c et d Bowker 1967, p. ix.
  43. Bowker 1967, p. 46–47.
  44. Selden Society 1999, p. 687.
  45. Harding 2002, p. xiv.
  46. Atwater et Thompson 1940, p. lxxvii–lxxviii.
  47. Power 1922, p. 491.
  48. a et b Power 1922, p. 452.
  49. Logan 1996, p. 69.
  50. Thompson 1940, p. lxxviii.
  51. a et b Elton 1991, p. 94.
  52. Everett 2015, p. 30–31.
  53. Cook 1965, p. 262.
  54. a et b Power 1922, p. 604.
  55. Spear 2005, p. 170.
  56. Logan 1996, p. 84.
  57. VCH 1957, p. 270.
  58. Bowker 2004.
  59. (en) « Minchery Farmhouse (Grade II*) (1047672) », sur le site historicengland.org.uk (consulté le 10 février 2021).
  60. (en) « Football fans dismayed at closure of Priory pub », Oxford Mail,‎ .
  61. BBC 2015.

Voir aussiModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

  • (en) W. Alnwick et A. H. Thompson, Visitations of Religious Houses in the Diocese of Lincoln : Records of Visitation held by William Alnwick, Bishop of Lincoln, A.D. 1436 to A.D. 1449, Lincoln Record Society, .  .
  • (en) R. S. Arrowsmith, The Prelude to the Reformation : A Study of English Church Life from the Age of Wycliffe to the Breach with Rome, New York, Macmillan, (OCLC 276858035).  .
  • (en) W. Atwater et A. H. Thompson, Visitations in the Diocese of Lincoln 1517–1531, vol. Vol. 1 Visitations of Rural Deaneries by William Atwater, Bishop of Lincoln, and his Commissaries 1517–1520, t. XXXIII, Lincoln Record Society, (OCLC 560563565).  .
  • (en) M. Bowker, An Episcopal Court Book for the Diocese of Lincoln : 1514–1520, Lincoln Record Society, (OCLC 865886643).  .
  • (en) M. Bowker, The Henrician Reformation : The Diocese of Lincoln Under John Longland 1521–1547, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-52123-639-3).  .
  • (en) M. Bowker, Atwater, William (d. 1521), Bishop of Lincoln : Oxford Dictionary of National Biography, (DOI 10.1093/ref:odnb/879, lire en ligne).  .
  • (en) J. Caryll, Reports of Cases by John Caryll, Londres, Selden Society, (ISBN 978-0-85423-140-9).  .
  • (en) C. R. Cheney, A Handbook of Dates : For Students of English History, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-52155-151-9).  .
  • (en) M. Connolly, Sixteenth-Century Readers, Fifteenth-Century Books : Continuities of Reading in the English Reformation, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-10842-677-0).  .
  • (en) G. H. Cook, Letters to Cromwell on the Suppression of the Monasteries, Londres, J. Baker, (OCLC 936470729).  .
  • (en) G. R. Elton, Reform and Reformation : England 1509–1558. A New History of England, vol. II, Londres, Edward Arnold, (ISBN 978-0-71315-953-0).  .
  • (en) M. Everett, The Rise of Thomas Cromwell : Power and Politics in the Reign of Henry VIII, 1485–1534, Londres, Yale University Press, (ISBN 978-0-3002-1308-9).  .
  • (en) F.Fraser, The English Gentlewoman, Londres, Barrie & Jenkins, (ISBN 978-0-71261-768-0).  .
  • (en) F. Fraser, The English Gentlewoman, Londres, Barrie & Jenkins, (ISBN 978-0-71261-768-0).  .
  • (en) R. Gilchrist, Gender and Material Culture : The Archaeology of Religious Women, Londres, Routledge, (ISBN 978-0-41508-903-6).  .
  • (en) V. Harding, The Dead and the Living in Paris and London, 1500–1670, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-52181-126-2).
  • (en) P. Hughes, The Reformation in England : The King's Proceedings, New York, Macmillan, (OCLC 908867941v).
  • (en) J. Kerr, Life in the Medieval Cloister, Londres, Continuum, (ISBN 978-1-84725-161-9).  .
  • (en) R. J. King, Handbook to the Cathedrals of England : Eastern Division. Oxford, Peterborough, Norwich, Ely, Lincoln, Londres, John Murray, (OCLC 886346587).  .
  • (en) F. D. Logan, Runaway Religious in Medieval England : c. 1240–1540, Cambridge, Cambridge University Press, , 324 p. (ISBN 978-0-521-47502-0).  .
  • (en) F. D. Logan, Renegade Religious in Late Medieval England, Cambridge, Dublin University Press, (ISBN 978-1-900621-03-8), p. 1-16.  .
  • (en) D. MacCulloch, Thomas Cromwell : A Life, Londres, Penguin Books, (ISBN 978-0-14196-766-0).  .
  • (en) P. Marshall, Heretics and Believers : A History of the English Reformation, Londres, Yale University Press, (ISBN 978-0-30022-633-1).  .
  • (en) N. Pevsner et J. Sherwood, Oxfordshire : The Buildings of England, New Haven, Yale University Press, (ISBN 978-0-300-17043-6).  .
  • (en) E. Power, Medieval English Nunneries : C.1275 to 1535, Cambridge, Cambridge University Press, (OCLC 458113609).  .
  • (en) S. Salih, Versions of Virginity in Late Medieval England, Woodbridge, Boydell & Brewer, (ISBN 978-0-85991-622-6).  .
  • (en) D. Shanzer, « Latin Literature, Christianity and Obscenity in the Later Roman West », dans M. McDonald, Medieval Obscenities, Woodbridge, Boydell & Brewer, (ISBN 978-1-90315-350-5), p. 179-202.  .
  • (en) D. M. Smith, The Heads of Religious Houses : England and Wales: 1377–1540, vol. III, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-52186-508-1).  .
  • (en) V. G. Spear, Leadership in Medieval English Nunneries : Studies in the History of Medieval Religion, Woodbridge, Boydell Press, (ISBN 978-1-84383-150-1).  .
  • (en) J. F. Thomson, The Early Tudor Church and Society 1485–1529, Harlow, Routledge, (ISBN 978-0-58206-377-8).  .
  • (en) R. A. Tucker, Katie Luther, First Lady of the Reformation : The Unconventional Life of Katharina von Bora, Grand Rapids, Zondervan, (ISBN 978-0-31053-215-6).  .
  • (en) VCH, A History of the County of Oxford, vol. II, Londres, Victoria County History, (OCLC 321945).  .
  • (en) VCH, A History of the County of Oxford, vol. V, Londres, Victoria County History, (OCLC 490851365).  .

ArticlesModifier

  • (en) « Oxford archaeologists find 92 skeletons at medieval church site », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2021).  .
  • (en) W. A. Pantin, « Minchery Farm », Oxford Architectural and Historical Society, no XXXV,‎ , p. 19-26 (ISSN 0308-5562).  .
  • (en) G. Williams, « An Archaeological Evaluation at Minchery Farm, Oxford », John Moore Heritage Services,‎ , p. 1-38 (DOI 10.5284/1007896).  .