Savonnières en pays Toulois

Savonnières était un palais carolingien important[1].

Le père Benoît Picart en parle ainsi dans son histoire du diocèse de Toul en 1707 [2]:

«.SAVONIERES En latin Saponaria à une lieue de la ville de Toul , eft mis par l’auteur de la diplomatique entre les maifons roïalles , & le terrain , où le palais fut bâti , s’apelle encore aujourd’hui la fâle. On y voit plus qu’une petite églife fous l’invocation de S. Michel archange, laquelle étoit la paroiffe de S. Germain fur Meufe. Il s’eft tenu à Savonières deux conciles, l’un en 859. & l’autre en 862...»

SituationModifier

 
plaque de la rue de Saint-Germain à Foug

La rue de Foug qui mène à la Savonnières s'appelle "rue de Saint-Germain", ce qui témoigne de l'existence passée d'une liaison directe entre les deux villages, via Savonnières.

La ferme de Savonnières se trouve dans une très large vallée qui est l'ancienne vallée de la Moselle laquelle se jetait autrefois dans la Meuse, avant de modifier son cours, au début de l'ère quaternaire, pour se diriger vers la Meurthe. Il en subsiste une zone marécageuse, dénommée Val de l'Asne-Vallée de l'Ingressin, à l'emplacement de l'ancien lit de la rivière, où coule aujourd'hui le ruisseau Ingressin.

Les conciles de SavonnièresModifier

Deux conciles s'y tinrent au IXe siècle :

Notes, sources et référencesModifier

  1. https://www.etudes-touloises.fr/archives/133/art3.pdf Savonnière, près de Foug ((Meurthe-et-Moselle) Villa gallo-romaine et mérovingienne, Villa Regia carolingienne Abel LIEGER (†) et Michel HACHET (†)
  2. Benoit, père, 1663-1720., Histoire de Toul, Laffitte, (OCLC 809568237, lire en ligne)
  3. Histoire de Thionville par GF Teissier