Ouvrir le menu principal

Salaryman (サラリーマン, sararīman?) est le terme par lequel les Japonais désignent les cadres non dirigeants d'une entreprise ou les employés (à l'opposé des ouvriers). Ce mot, pourtant à consonance anglaise, est un néologisme issu de la langue japonaise (wasei-eigo). Plus qu'un type de poste ou de responsabilités, ce mot désigne un style de vie masculin, dans lequel le travail et les collègues de travail occupent l'essentiel du temps et des centres d'intérêts du salaryman. Contrairement à ce que suppose le terme « cadre », ce type de poste est accessible au Japon à la plupart de ceux qui terminent leur premier cycle universitaire (quatre années d'études).

Dans la culture japonaise, il est généralement considéré comme plus important de travailler pour le bien de la société tout entière que pour soi-même. Les salarymen sont censés travailler de longues journées[1] avec beaucoup d'heures supplémentaires, et participer à des activités entre collègues après le travail telles que les soirées nomikai, le karaoké et les hostess bars. Le salaryman entre généralement dans l'entreprise lors d'un recrutement groupé de nouveaux diplômés et y reste toute sa vie.

Les salarymen sont parmi les plus touchés par le karōshi, la mort par excès de travail. Dans la culture japonaise conservatrice, il est attendu des jeunes hommes qu'ils intègrent une société, et ceux qui ne suivent pas cette voie sont considérés comme des personnes moins respectables. Le fait de vouloir développer sa propre entreprise (startup) n'est généralement pas bien vu car cela implique un fort potentiel d'échec. D'autre part, le mot salaryman est parfois utilisé de manière péjorative pour dénoncer une dépendance totale à son employeur et son manque d'individualité.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. A Week in the Life of a Tokyo Salary Man. Dir. Stu. Perf. Stu. Youtube.com. N.p., 28 Feb. 2015. Web. 5 Apr. 2015.