Saint-Laurent-de-Veyrès

commune française du département de la Lozère

Saint-Laurent-de-Veyrès
Saint-Laurent-de-Veyrès
Vue sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Terres de l'Aubrac
Maire
Mandat
Alain Brun
2020-2026
Code postal 48310
Code commune 48167
Démographie
Gentilé Veyrésiens
Population
municipale
37 hab. (2018 en diminution de 9,76 % par rapport à 2013)
Densité 4,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 17″ nord, 3° 07′ 46″ est
Altitude Min. 1 030 m
Max. 1 271 m
Superficie 9,11 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Peyre en Aubrac
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Veyrès
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Veyrès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Veyrès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Veyrès

Saint-Laurent-de-Veyrès est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune située dans le Massif central en Aubrac, proche du département du Cantal.

La commune est constituée de bois, de devèzes et de prairies. Elle est traversée par la ligne électrique 400 kV Rueyres-Margeride.

La commune est entourée par le Parc naturel régional de l'Aubrac (www.parc-naturel-aubrac.fr), auquel elle n'a à ce jour pas adhéré.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Laurent-de-Veyrès[1]
Noalhac
Chauchailles  
Brion La Fage-Montivernoux

Hameaux et lieux-ditsModifier

Saint-Laurent-de-Veyrès se compose de trois hameaux : Saint-Laurent, Veyrès et Breschet.

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Réseau Natura 2000Modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : le « plateau de l'Aubrac »[3], d'une superficie de 25 475 ha, un site comportant un grand nombre de tourbières abritant une flore très spécialisée : plantes carnivores, linaigrettes, et certaines espèces relictes des dernières glaciations comme la Ligulaire de Sibérie[4].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 2] est recensée sur la commune[5] : le « plateau de l'Aubrac lozérien » (28 285 ha), couvrant 18 communes dont une dans le Cantal et 17 dans la Lozère[6].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Laurent-de-Veyrès est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (79,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (33,2 %), prairies (13,8 %), zones agricoles hétérogènes (6,7 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

En patois, le surnom de la commune est « la parouchito » (prononcer « paroutchite ») qui signifie « la petite paroisse ».

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

La commune fait partie de la communauté de communes des Hautes Terres.

Liste des maires de Saint-Laurent-de-Veyrès
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2008 Pierre Gourlay PS  
2008   Alain Brun    

DémographieModifier

C'était en 1999 la commune la moins peuplée du département de la Lozère. En 2007, c'est la deuxième moins peuplée derrière La Villedieu. En 2019 après la fusion de La Villedieu c'est de nouveau la commune la moins peuplée du département avec celle de Sainte Eulalie.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 37 habitants[Note 4], en diminution de 9,76 % par rapport à 2013 (Lozère : −0,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
17888198299205195226176179
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
190157176180187144143145171
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1511601341491151341168677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
595755703437414242
2013 2018 - - - - - - -
4137-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le four à pain communal peut être visité. Chaque année, le week-end le plus proche de la Saint Laurent (), du pain est cuit dans ce four. Il est mangé lors de la fête communale qui rassemble tous les villageois.
  • Église Saint-Laurent de Saint-Laurent-de-Veyrès.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D'argent au pal d'azur, à trois grils, le manche en bas, mal ordonnés et de l'un en l'autre[17].
Détails
Adopté en juin 2001

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

NotesModifier

  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[2].
  2. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

CartesModifier

  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  3. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saint-Laurent-de-Veyrès », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « site Natura 2000 FR9101352 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  5. « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Laurent-de-Veyrès », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  6. « ZNIEFF le « plateau de l'Aubrac lozérien » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=19553