Saad Hariri

homme d'État libanais

Saad Hariri
سعد الحريري
Illustration.
Saad Hariri en 2017.
Fonctions
Président du Conseil des ministres libanais

(3 ans, 1 mois et 3 jours)
Président Michel Aoun
Gouvernement Hariri II et III
Prédécesseur Tammam Salam
Successeur Hassane Diab

(1 an, 7 mois et 4 jours)
Président Michel Sleiman
Gouvernement Hariri I
Prédécesseur Fouad Siniora
Successeur Najib Mikati
Biographie
Nom de naissance Saad ed-Dine Rafik al-Hariri
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Riyad (Arabie saoudite)
Nationalité libanaise
saoudienne
française
Parti politique Courant du futur
Père Rafiq Hariri
Diplômé de université de Georgetown (Washington)
Profession homme d'affaires
Religion islam sunnite

Saad Hariri
Présidents du Conseil des ministres libanais

Saad Hariri (arabe : سعد الدين رفيق الحريري), né le à Riyad (Arabie saoudite), est un homme d'affaires et homme d'État libanais. Possédant également les nationalités saoudienne et française, il est le président du Conseil des ministres du Liban du au , et une seconde fois du au .

Le , depuis Riyad en Arabie saoudite, il annonce qu'il démissionne, provoquant une crise diplomatique. Revenu au Liban, il annule sa décision, supposée contrainte, le suivant. Confirmé dans ses fonctions à la suite des élections législatives libanaises de 2018 et ce, malgré la déroute de son parti, il démissionne une nouvelle fois le en raison des manifestations dans le pays depuis deux semaines.

Carrière économiqueModifier

Il est titulaire d'une maîtrise en administration des affaires (MBA) de la McDonough School of Business de l'Université de Georgetown. En 2015-2016 l'entreprise Saudi Oger (fondée par son père et dont il a pris les commandes) est affectée par de sévères difficultés financières, qui ont notamment pour conséquences de provoquer de fréquentes suspensions du salaire des employés, en particulier pour ceux originaires d'Asie de l'Est. Cette situation entraîne également des répercussions sur le Courant du futur et autres ramifications de l'empire Hariri au Liban[1].

En France, en 2017, près de 260 anciens employés de l'entreprise Saudi Oger, menacent de saisir la justice pour obtenir le versement de leurs salaires. L'entreprise est également soupçonnée « d’abus de confiance par rétention de précomptes » pour ne pas avoir versé les cotisations sociales prélevées aux employés aux organismes français concernés[2]. En , Saudi Oger est en situation de faillite. Elle licencie la quasi-totalité de son personnel, sans indemnité et avec de nombreux arriérés de salaires[3],[4]. Elle ferme ses portes le [5].

Influent dans les médias, il est propriétaire de la chaîne de télévision Future TV et du quotidien Al-Moustaqbal[6].

Carrière politiqueModifier

Il est un des fils de Rafiq Hariri[7], homme d'État libanais, assassiné le [8]. En avril 2005, à la suite de l'assassinat de son père, Saad Hariri décide avec l'accord de sa famille de se lancer en politique au côté de sa tante Bahia (députée de Saida) et continuer le chemin de son père.

Avant l'assassinat de son père, de 1994 à 2005 il dirigeait la société fondée par son père, Saudi Oger, qui emploie 35 000 personnes et est implantée en Arabie saoudite.

Il est à présent à la tête du parti politique Courant du Futur et chef de la majorité au parlement libanais.
Il s'est allié à Samir Geagea et Walid Joumblatt au sein de l'Alliance du 14 Mars, mouvement qui a remporté les élections législatives en 2005.

Il possède aussi les nationalités saoudienne[9] et française[10], et s'appuie sur un important réseau de connaissances mondiales créé par son père pour défendre ses intérêts sur la scène mondiale.

Président du Conseil des ministresModifier

Premier gouvernement (2009-2011)Modifier

 
Saad Hariri en 2009.

Le , il est désigné président du Conseil par décret présidentiel après qu'une majorité de 86 députés ait émargé en sa faveur au Parlement libanais[11], mais il abandonne le , faute de majorité pour former son gouvernement. Le 16 septembre, le Parlement revote la confiance à Hariri, le président Sleiman le charge à nouveau de former un gouvernement d'union nationale.

Ce gouvernement sera démissionnaire le , à la suite de la démission de 11 ministres, soit le tiers plus un du nombre total des ministres de son gouvernement ; il assure le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination de son successeur, Najib Mikati.

Ses détracteurs lui reprochent d’être entièrement inféodé à l'Arabie saoudite, dont il approuve chacune des décisions, y compris lorsqu’il s'agit de sanctions contre le Liban[12].

Deuxième gouvernement (2016-2019)Modifier

TractationsModifier

En , il envisage d'être candidat à la présidence du Conseil des ministres du Liban[13].

Après un accord qui a permis l'élection à la présidence de la République — vacante depuis plus de deux ans — de Michel Aoun (pourtant son ennemi politique historique depuis la deuxième partie des années 2000, allié au Hezbollah chiite lié à l'Iran, alors que Saad Hariri, représentant du camp sunnite, est soutenu par les Saoudiens ; la rivalité vient également du fait que Michel Aoun avait, après la révolution du Cèdre, dénoncé le système féodal et l'argent qui pervertissait la vie politique libanaise, ce que Saad Hariri avait pris pour lui[9]), il est cependant chargé par celui-ci de former un nouveau gouvernement le [14]. Cette volte-face est liée au fait que Saad Hariri est de plus en plus contesté au sein de son propre camp, que l'Arabie Saoudite ne le soutient plus autant que par le passé et que son entreprise rencontre des difficultés financières, l'amenant donc au compromis[9].

Entrée en fonctionModifier

Il entre en fonction le et obtient la confiance de la Chambre des députés le 28 du même mois par une majorité de 87 voix[15] sur les 127 élus en fonction.

Démission controversée en novembre 2017 en Arabie saouditeModifier

Le [16] lors d'un discours diffusé depuis Riyad en Arabie Saoudite sur la chaîne de télévision al-Arabiya, Saad Hariri annonce sa démission de la présidence du Conseil des ministres, dénonçant la mainmise de l'Iran sur le Liban et sur la région et son alliance avec le mouvement chiite Hezbollah[17] et évoque la crainte d'être assassiné[18]. Cependant, selon Le Monde, « le contexte très inhabituel de l'annonce, faite à l’extérieur du Liban, et le traditionnel poids de l'Arabie Saoudite dans les affaires du Mustakbal (Futur), le mouvement de M. Hariri, suggèrent que ce dernier, en poste depuis décembre 2016, s’est fait dicter sa décision par ses hôtes. Aux yeux des observateurs, le chef de file du camp sunnite libanais fait les frais de la volonté de Riyad de hausser le ton contre l’Iran et le Hezbollah, le mouvement chiite pro-Téhéran, avec lequel M. Hariri avait conclu un accord de gouvernement[19]. » De même, pour Karim Emile Bitar, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques, cette démission serait due à des pressions de l'Arabie Saoudite : « Les leaders libanais n'ont pas la moindre souveraineté, les décisions sont prises à Téhéran ou à Riyad[20]. ». Le , le président libanais Michel Aoun dénonce « les circonstances obscures » de la démission de Hariri et accuse l'Arabie Saoudite de détenir le président du Conseil des ministres libanais[21].

Le , face à la présence prolongée de Hariri à Riyad, le gouvernement libanais, soupçonnant l'Arabie Saoudite de le mettre en résidence surveillée par le biais de Saoud al-Qahtani, demande son retour au pays[22]. Le , Saad Hariri accepte l'invitation d'Emmanuel Macron, à l'initiative d'une médiation pour résoudre la crise, de venir s'installer en France avec sa famille[23], qui le reçoit en tant que président du Conseil des ministres[24].

Annulation de sa démission et retour au LibanModifier

Le , il quitte la France pour retourner au Liban[25]. Le lendemain, il annonce qu'après un entretien avec Michel Aoun, qu'il suspendait sa démission[26].

Le , après avoir convoqué la réunion du Conseil des ministres au palais présidentiel de Baabda, Saad Hariri confirme être toujours le président du Conseil des ministres du Liban, mettant ainsi fin à la crise politique[27].

Selon The New York Times, Saad Hariri, aurait été convié en Arabie Saoudite pour un camping avec le prince héritier, mais à son arrivée, il se serait fait confisquer son téléphone portable, ses effets personnels, et annoncé sa démission avec un costume qui ne lui appartenait pas, vu qu'il était venu en habits de vacances[28]. Le but de l'Arabie Saoudite aurait été de le remplacer par son frère Bahaa, partisan d'une ligne dure au sujet du Hezbollah et de l'Iran[28], et le royaume espérait, après cette démission un soulèvement anti-Hezbollah, voire la formation de milices anti-Hezbollah par les réfugiés palestiniens[28].

En 2018, il attire l'attention médiatique en publiant des selfies de lui avec les différentes personnalités qu'il rencontre, comme Emmanuel Macron et le prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane Al Saoud, ou le roi du Maroc, Mohammed VI[29],[30], mais aussi les citoyens qu'il rencontre[31].

Il décide en de déposer une plainte contre Israël aux Nations unies après une violation de l'espace aérien libanais par l’aviation israélienne qui a failli provoquer une « catastrophe [...] deux avions civils remplis de passagers ayant failli être touchés »[32].

Troisième gouvernement (2019-2020)Modifier

TractationsModifier

Son parti, le Courant du futur, subit une importante défaite électorale à l'occasion des élections législatives de mai 2018, les premières à se tenir depuis celles de 2009 et accuse alors une perte importante de sièges à la Chambre des députés[33].

Le , après huit mois de tractations, il forme un nouveau gouvernement de coalition[34].

Dans un contexte de crise économique (croissance du PIB de 0,2 % en 2019, dette publique évaluée à 150 % du PIB, taux de chômage élevé, etc), il annonce en avril des mesures d'austérité « sans précédent » : gel des recrutements dans la fonction publique, suspension des départs à la retraite anticipés, baisse des aides scolaires aux enfants des fonctionnaires, taxe mensuelle de 1,5 % sur la pension des retraités de l'armée, hausse de la TVA, etc[35].

Manifestations et démissionModifier
 
Manifestation le 18 octobre 2019 à Beyrouth.

À partir du , il fait face à des manifestations anticorruption, nées du rejet d'une taxe sur les appels effectués depuis des applications de messagerie instantanée (finalement abandonnée). Les protestataires appellent au départ de la classe politique actuelle. En réaction, Hariri donne trois jours à ses ministres pour soutenir ses réformes[36]. Les manifestations continuent à grossir et rassemblent au des dizaines de milliers de personnes[37].

Le , il tente d'apaiser le mouvement de protestation en promettant la tenue d'élections législatives anticipées et annonce, fait inédit, que les banques du pays contribueront à la réduction du déficit budgétaire. La gauche libanaise reste néanmoins très critique à son égard, lui reprochant de maintenir son projet de privatisation totale ou partielle de la compagnie d’aviation nationale, des télécoms, du port de Beyrouth ou du Casino du Liban, tout en n'évoquant aucune perspective de redistribution sociale[35].

Le , il donne sa démission ainsi que celle du gouvernement au président[38].

Le , quelques jours après le renoncement de l'ancien ministre des Finances Mohammad Safadi à briguer sa succession sous la pression de la rue[39], il annonce qu'il ne dirigera pas le prochain gouvernement[40]. Des nouvelles élections à laquelle il ne doit pas prendre part sont donc prévues. Elles seront reportées au suite au retrait, début décembre, de la candidature de l'homme d'affaires Samir Katib. Le nom de Saad Hariri ressurgit alors comme potentiel candidat à sa succession[41]. Après avoir demandé un report des élections du 16 au , le , Saad Hariri informe dans un communiqué qu'il n'est pas candidat à sa réélection[42]. Hassane Diab est finalement chargé de former un gouvernement qui entre en fonction le [43].

Vie privéeModifier

Il est le fils de Rafiq Hariri mort assassiné le à Beyrouth , et il est le neveu de Bahia Hariri. Son fils Hossam est, en 2017, étudiant au Royaume-Uni[44].

De 2011 à 2014, Saad Hariri réside en France[45].

Il est marié, et père de trois enfants[46]. Le , le New York Times rapporte que Saad Hariri aurait versé la somme de 16 millions de dollars à une jeune mannequin sud-africaine, nommée Candice Van der Merwe, qu'il aurait rencontrée aux Seychelles. Van der Merwe affirme avoir eu une relation avec Hariri en 2013[47],[48].


DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Benjamin Barthe (Beyrouth correspondant), « L’empire industriel des Hariri vacille en Arabie saoudite », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. « Saudi Oger : l’empire Hariri refuse de les payer, des salariés français contre-attaquent », France 24,‎ (lire en ligne)
  3. Lefigaro.fr 2017.
  4. Rose 2017.
  5. « Struggling construction firm Saudi Oger shuts down - report », sur gulfbusiness.com, (consulté le 5 août 2017)
  6. « Une chaîne de télévision libanaise affiliée au Premier ministre Saad Hariri a cessé de transmettre de nouveaux programmes après 16 mois de salaires impayés », sur www.jeanmarcmorandini.com
  7. « Saad Hariri, Premier ministre démissionnaire du Liban, est-il prisonnier de l’Arabie saoudite? », sur www.20minutes.fr (consulté le 5 décembre 2017)
  8. « 14 février 2005 : Rafic Hariri est assassiné dans un attentat sanglant à Beyrouth », sur lesechos.fr (consulté le 5 décembre 2017)
  9. a b et c Adrien Jaulmes, « Saad Hariri, retour gagnant au Liban », Le Figaro Magazine, semaine du 11 novembre 2016, page 26.
  10. « Lebanese Prime Minister Saad Hariri accepts exile in France as Saudi Arabia no longer feels like a home away from home », sur The Independent (consulté le 18 novembre 2017)
  11. (en) Reuters, « Lebanon President asks Hariri to form new cabinet »
  12. Causeur.fr, « Derrière la chute de la maison Hariri… - Causeur »
  13. « Saad Hariri : « Je vais retourner au Liban pour les élections et pour être un jour le Premier ministre » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. « Saad Hariri nommé premier ministre du Liban », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  15. Rulers, 28 décembre 2016.
  16. « Hariri démissionne de la présidence du gouvernement », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  17. « Démission surprise du Premier Ministre Libanais Saad Hariri | Redaction Libnanews | Libnanews », Libnanews,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)
  18. Home, « Liban : ayant peur d'être assassiné, le premier ministre Saad Hariri démissionne », sur Le Figaro (consulté le 4 novembre 2017)
  19. « Le royaume saoudien se met en ordre de bataille », sur Le Monde, .
  20. « Démission d'Hariri : « Les leaders libanais n'ont pas la moindre souveraineté, les décisions sont prises à Téhéran ou à Ryad » », sur France Info, .
  21. « Saad Hariri : douze jours de crise entre Beyrouth, Riyad et Paris »
  22. « Le Liban exige le retour de Saad Hariri, soupçonné d'être retenu à Riyad - France 24 », sur France 24 (consulté le 9 novembre 2017).
  23. « Saad Hariri accepte l'invitation d'Emmanuel Macron à venir en France », sur Le Figaro (consulté le 16 novembre 2017)
  24. https://www.huffingtonpost.fr/2017/11/17/emmanuel-macron-accueillera-saad-hariri-en-tant-que-premier-ministre-du-liban-meme-sil-a-demissionne_a_23281012/?utm_hp_ref=fr-liban Macron accueille Hariri à l'Élysée "avec les honneurs dus à un Premier ministre"
  25. Saad Hariri est de retour à Beyrouth, après trois semaines de crise au Liban
  26. De retour au Liban, Saad Hariri annonce qu'il suspend sa démission
  27. Newsdesk Libnanews, « Saad Hariri retire officiellement sa démission | Newsdesk Libnanews | Libnanews », Libnanews,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2017)
  28. a b et c Le JDD, « Démission de Saad Hariri : deux mois après, on en apprend plus sur cet épisode rocambolesque », sur lejdd.fr (consulté le 6 mai 2018)
  29. « Saad Hariri, Macron et MBS tout sourire sur un selfie », Al HuffPost Maghreb,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2018)
  30. « Saad Hariri, Mohammed VI et Mohammed Ben Salmane réunis pour un selfie symbolique – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le 12 avril 2018)
  31. « "Roi des selfies", Hariri lance une appli photos en pleine campagne électorale », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 6 mai 2018)
  32. « Le Liban échappe de justesse à une « catastrophe » aérienne », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 28 décembre 2018)
  33. « Liban: une «grande victoire» pour le Hezbollah, un revers pour Saad Hariri », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2018)
  34. « A bout de souffle, le Liban se dote d’un nouveau gouvernement », sur Le Monde.fr (consulté le 4 février 2019)
  35. a et b Hajar Alem et Nicolas Dot-Pouillard, « Aux racines économiques du soulèvement libanais », sur Le Monde diplomatique,
  36. « Liban: le Premier ministre donne 3 jours au gouvernement pour soutenir ses réformes », sur Le Point (consulté le 18 octobre 2019)
  37. « Liban: la contestation gagne de l'ampleur, le pays uni dans la rue contre la classe politique », sur Le Point (consulté le 20 octobre 2019)
  38. « Liban : Saad Hariri annonce la démission de son gouvernement », sur Le Point (consulté le 29 octobre 2019)
  39. « Liban : sous la pression de la rue, Mohammad Safadi renonce à devenir premier ministre », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 18 novembre 2019).
  40. « Liban: le Premier ministre démissionnaire Hariri ne veut pas diriger le futur cabinet », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 28 novembre 2019).
  41. Agence Reuters, « Liban: Le nom de Saad Hariri ressurgit pour le poste de Premier ministre », sur Mediapart (consulté le 18 décembre 2019)
  42. « Liban: Hariri pas candidat au poste de Premier ministre », sur Challenges (consulté le 18 décembre 2019)
  43. « Après des semaines de crise, le Liban se dote d’un nouveau gouvernement », sur Le Monde, (consulté le 24 janvier 2020).
  44. ABC News, « The Latest: France sees 'negative' foreign sways in Lebanon », sur ABC News, (consulté le 22 novembre 2017)
  45. « L'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri est réfugié à Paris », Libération,‎ (lire en ligne)
  46. Pierrick Geais et Condé Nast Digital France, « La vie tumultueuse de Saad Hariri, Premier ministre libanais chassé par la rue », sur Vanity Fair, (consulté le 11 août 2020)
  47. Par Victor FortunatoLe 1 octobre 2019 à 14h56, « 16 millions de dollars versés à une mannequin : le très généreux «cadeau» qui fragilise Saad Hariri », sur leparisien.fr, (consulté le 1er octobre 2019)
  48. Jules Crétois, « Liban : Saad Hariri a offert 16 millions de dollars à une mannequin sud-africaine », Jeune Afrique,
  49. « En fauteuil roulant, Jacques Chirac a déménagé de son appartement Quai Voltaire », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2017)
  50. « Polémique autour de la Légion d'honneur décernée au Premier ministre libanais », Europe1.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2017)

Liens externesModifier