Courant du futur

mouvement politique libanais
(Redirigé depuis Courant du Futur)

Courant du futur
تيار المستقبل
Tayyār al-Mustaqbal
Image illustrative de l’article Courant du futur
Logotype officiel.
Présentation
Chef Saad Hariri
Fondation 1992 (officiellement août 2007)
Siège Beyrouth, Liban
Fondateur Rafic Hariri
Religion Surtout sunnite (mais officiellement laïc)
Positionnement Centre droit
Idéologie Libéralisme
Libéralisme économique
Affiliation internationale Internationale libérale
Couleurs Bleu et blanc
Site web http://www.almustaqbal.org
Représentation
Députés
21 / 128

Tayyār al-Mustaqbal, en français le Courant de l’Avenir ou, improprement, Courant du Futur (en arabe : تيار المستقبل), aussi appelé al-Moustaqbal qui signifie « l’avenir » (المستقبل) est un mouvement politique fondé par l'ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri. Il est dirigé depuis l'assassinat de ce dernier par son fils, Saad Hariri.

On le trouve parfois traduit par l'anglicisme « Courant du Futur », car l'arabe mostaqbal, comme l'anglais future, ne fait pas la différence entre ces deux notions proches.

Le Courant de l’Avenir est la principale composante de l'Alliance du 14-Mars et disposait à l'issue des élections parlementaires de 2005 du plus grand bloc parlementaire (36 députés sur les 128 qui composent le Parlement libanais). Les Premiers ministres Fouad Siniora et Saad Hariri, et de nombreux autres ministres étaient membres du Courant de l’Avenir. Il possède aussi une chaîne de télévision dénommée Futur TV.

Deux tendances coexistent au sein du mouvement, les partisans de Saad Hariri, majoritaires, qualifiés de « souverainistes », et les partisans de sa tante Bahia plus consensuels à l'égard de la Syrie.

Des combats opposent ses miliciens aux combattants du Hezbollah et du Amal dans certains quartiers de Beyrouth en 2008[1].

À l'issue des élections législatives de mai 2018, le Courant de l’avenir dispose de 20 députés.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Nicolas Dot-Pouillard, « Le Liban de tous les maux », sur Orient XXI,