Ouvrir le menu principal

Rue des Haudriettes

rue de Paris, France

3e arrt
Rue des Haudriettes
Image illustrative de l’article Rue des Haudriettes
Situation
Arrondissement 3e
Quartier Sainte-Avoye
Début 53, rue des Archives
Fin 78-84, rue du Temple
Morphologie
Longueur 115 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination
Ancien nom Rue Jehan l'Huilier (1290)
Rue de la Fontaine Neuve (1636),
Rue des Vieilles Haudriettes (1650)
Rue de l'Échelle du Temple au XIIIe siècle

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Haudriettes
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Haudriettes est une rue du 3e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

La rue est située dans le quartier du Marais. Elle se trouve dans le prolongement de la rue des Quatre-Fils et de la rue Michel-le-Comte. Aujourd'hui, il s'agit d'une rue paisible du Marais, ponctuée par quelques bars.

Ce site est desservi par les stations de métro Rambuteau (ligne   ), République (lignes       ), Hôtel de Ville (lignes    ) et Arts et Métiers (lignes    ).

Origine du nomModifier

Étienne Haudry, grand panetier de Philippe le Bel, fonda en 1306 la Société des femmes veuves. Afin de l'en remercier, ces religieuses hospitalières, qui possédaient plusieurs maisons en cet endroit, prirent le nom d'« Haudriettes » et leur maison devint l'hospice des Haudriettes.

HistoriqueModifier

Elle fut ouverte vers 1290 dans le lotissement de la Ville-Neuve du Temple créé par l'ordre des Templiers, sous le nom de la « rue Jehan-l'Huillier », en raison d'un particulier de ce nom qui y demeurait.

En 1306, les Haudriettes s'installèrent dans cette rue qui prit alors le nom de « rue des Haudriettes ».

On lui donna ensuite le nom de « rue de L'Échelle-du-Temple », en raison d'une échelle patibulaire que le grand prieur de France y avait fait élever. Des fragments de cette échelle se voyaient encore, en 1789, au coin de cette rue et de la rue Sainte-Avoie. Ces instruments étaient des espèces de piloris ou carcans qui servaient de marques de haute justice. Pendant les première» années du règne de Louis XIV, ou plutôt à l'époque de la toute-puissance de Mazarin, quelques jeunes seigneurs, excités par de fréquentes libations, se mirent à brûler, en chantant, l'échelle de la justice du Temple. Le cardinal la rétablit sur-le-champ, et leur fit ainsi connaître son mécontentement[1] :

« Messieurs, si pareil scandale se renouvelle, vous payerez d'abord les frais de la reconstruction de l'échelle, et vous l'étrennerez ensuite. »

L'archevêque de Paris avait deux échelles, l'une sur le parvis Notre-Dame, l'autre au port Saint-Landry.

En 1662, les Haudriettes quittèrent leur chapelle située dans cette rue[2].

En 1636, la « rue de l'Échelle-du-Temple » portait le nom « rue de la Fontaine », en raison d'une fontaine que la Ville y avait fait construire, avant de reprendre vers 1650 la dénomination de « rue des Vieilles-Haudriettes » pour reprendre le nom de « rue des Haudriettes » en 1881.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Hôtel au no 4.

Notes et référencesModifier

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  2. Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris.
  3. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, Hachette, , 608 p.
  4. Notice no PA00086121, base Mérimée, ministère français de la Culture.

BibliographieModifier

Article connexeModifier