Rod Paradot

acteur français
Rod Paradot
Naissance (28 ans)
Stains (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Films notables La Tête haute
Vaincre ou mourir
Apaches

Rod Paradot est un acteur français, né le à Stains (Seine-Saint-Denis).

Il apparait pour la première fois au cinéma en 2015 dans La Tête haute pour lequel il obtient le Lumière de la révélation masculine et le César du meilleur espoir masculin. Deux ans plus tard il remporte le Molière de la révélation masculine pour son rôle dans Le Fils de Florian Zeller.

Il confirme son statut d'acteur et entame une ascension médiatique grâce à ses rôles dans trois blockbusters français avec les films historiques : Vaincre ou Mourir et Apaches, et le premier volet de Balle Perdue.

Biographie modifier

Rod Paradot naît le à Stains, en Seine-Saint-Denis. Il est fils unique d'un plombier et d'une fonctionnaire de la fonction publique territoriale.[réf. nécessaire]

Carrière modifier

2015-2019 : Révélation et ascension rapide modifier

C’est lors d’un casting sauvage via Elsa Pharaon que la réalisatrice Emmanuelle Bercot repère le jeune Rod Paradot et le choisit pour être la tête d’affiche de son drame La Tête Haute. A ce moment-là, il prépare un CAP de menuiserie[1]qu'il abandonnera pour se consacrer au tournage du film.

Il apparaît pour la première fois au cinéma en incarnant le rôle de Malony, un jeune garçon perturbé de 15 ans grandissant dans un milieu instable. Il partage l’affiche aux côtés d’acteurs renommés, dont Benoit Magimel et Catherine Deneuve. La Tête Haute fait l’ouverture du Festival de Cannes en 2015 dans la catégorie « hors-compétition »[2]. Lors de sa présentation à Cannes, le long-métrage reçoit des critiques très positives qui se confirmeront lors de sa sortie en salles. Les médias louent l’interprétation du jeune acteur. Le magazine Metro trouve en lui un « nouvel espoir du cinéma français» quand d’autres font remarquer qu’il comporte dans son jeu le côté sauvage et la puissance émotionnelle d’un Marlon Brando dans Un Tramway Nommé Désir[3].Le rôle de Malony lui ouvre les portes du cinéma et en décembre 2015 puis mars 2016, Rod Paradot décroche successivement le Lumière et le César du meilleur espoir masculin[4].

 
Rod Paradot (2e en partant de la gauche) avec l'ensemble de l'équipe de La Tête haute à Cannes, en 2015.

Deux ans plus tard, il revient dans un nouveau drame intitulé Luna dans lequel il incarne l’amoureux du personnage principal. Ce film lui permet de jouer aux côtés de Laetitia Clements et Lyna Khoudri, mais connaît un succès mitigé. Cette même année, il fait ses débuts au théâtre, dans la pièce dramatique Le Fils écrite par Florian Zeller et mise en scène par Ladislas Chollat. Deuxième volet d’une trilogie consacrée à la famille, Rod Paradot séduit la critique et les professionnels et décroche son premier Molière[5]. En 2019 il apparaît dans des seconds rôles dans la comédie L’Échappée avec Joséphine Japy, et le film d’action Balle Perdue produit par Netflix aux côtés d’Alban Lenoir, Nicolas Duvauchelle et Stéfi Celma. Si le premier film est un nouvel échec à l’inverse Balle Perdue parvient à créer un consensus chez les spectateurs et les médias.[réf. nécessaire]

 
Rod Paradot lors des César en 2016.

Depuis 2020 : Ascension commerciale modifier

Début 2020, il est membre du jury de Cédric Klapisch lors du 10e Nikon Film Festival. La même année, il retrouve le duo Ladislas Chollat/Florian Zeller dans la pièce Une heure de tranquillité aux côtés de François Berléand et de Isabelle Gélinas. En raison des règles sanitaires dues à la pandémie de coronavirus, Ladislas Chollat et Florian Zeller font le choix de filmer la pièce et de la diffuser partenariat sur 2.

En 2021, il tient le rôle principal de la mini-série psychologique : Un Homme d’Honneur diffusée sur la chaîne TF1. Remake de la série américaine du même nom : Un Homme d’Honneur est un flop malgré son duo avec l’humoriste Kad Merad qui incarne son père. L’année suivante, il joue le fils de Gérard Depardieu, dans la comédie culinaire Umanimi.

En 2023, Rod Paradot est à l’affiche de deux films historiques. Tout d’abord, il est à l’affiche de Vaincre ou Mourir qui revient sur les guerres de Vendée et qui est centré sur la figure du général militaire Charrette, qui incarna la contre-révolution. Coproduction entre le Puy du Fou, Saje Distribution et Studio CanalVaincre ou mourir est un projet qui souhaite « renouer avec le souffle épique du cinéma français ». Production d’un budget de moins de 5 millions d’euros, ce film lui permet de donner la réplique à Hugo Becker qui incarne Charette, et Grégory Fitoussi qui joue le principal antagoniste. À l’origine du projet Rod Paradot le refuse de par sa complexité, mais se laisse convaincre par le côté «film d’action», « historique» et « drame en costume ». Lors de sa sortie en salles, Vaincre ou Mourir fait polémique[6]. Certains journalistes ou historiens spécialiste de la Révolution évoquent une ‘‘relecture historique’’[7], et une ‘’propagande anti-républicaine’’ et la vision "réactionnaire et manichéenne" du scénario [8]. Le long-métrage reçoit des critiques catastrophiques de la part des spécialistes, bien que le jeu des acteurs soit relevé. Certains journaux plus centrés à droite politiquement relève les très bonnes interprétations d’Hugo Becker en Charette et de Rod Paradot qui « affine son jeu ». Vaincre ou Mourir se hisse à la tête du box-office français à la 3e place derrière Avatar : La Voie de l'eau et Babylon de Damien Chazelle. Ce succès est inattendu pour les équipes du film qui espéraient faire 60 000 entrées tout au plus, le film dépassera les 300 000 entrées et s'imposera comme l'un des plus gros succès du cinéma français cette année-là. Il poursuit dans le registre historique avec Apaches où il joue aux côtés d'Alice Isaaz, l'Espagnole Rossy de Palma et Niels Schneider qui revient sur le parcours d'une bande de mafieux dans le Paris de la Belle époque. Pour ce film, l'acteur exécute une nouvelle fois ses cascades et scènes de combats sans doublure. Le film sort deux mois après Vaincre ou Mourir et passe quasiment inaperçu lors de sa sortie en salles, ce malgré des critiques réjouissantes[9]. Il interprète un second rôle dans le drame culinaire Umami qui a pour tête d'affiche l'acteur Gérard Depardieu. Le film n'est pas du tout bien reçu par la presse spécialisée[10] et connaît une sortie compliquée en raison d'affaires de viols où Gérard Depardieu est mêlé.

Filmographie modifier

Cinéma modifier

Longs métrages modifier

Années 2010 modifier

Années 2020 modifier

Courts métrages modifier

Télévision modifier

Téléfilm modifier

Séries télévisées modifier

Clips modifier

  • 2018 : Scanner de Gringe (Album Enfant lune), réalisé par Greg & Lio[13]
  • 2018 : Silence de Changerz (EP Identiques), réalisé par Alix[14]
  • 2019 : We Were Young de Petit Biscuit, réalisé par Pierre Saba-Aris[15]
  • 2020 : Pho de Mr Giscard, réalisé par Thibault Dumoulin[16]
  • 2021 : H&M de Mr Giscard, réalisé par Marie Puesh et Théo Feuillard
  • 2022 : Tu sais ma vie c'est vite chiant de Mr Giscard, réalisé par Louis Lekien

Doublage modifier

Théâtre modifier

Distinctions modifier

Récompenses modifier

Nomination modifier

Notes et références modifier

  1. Michael Ducousso, « César 2016 : qui est Rod Paradot, le jeune acteur qui a ému le public ? », rtl.fr, 27 février 2016.
  2. Mehdi Omaïs, « Cannes 2015 - Rod Paradot : du CAP au tapis rouge, il n'y a qu'une marche ! », metronews.fr, 12 mai 2015.
  3. « La Tête haute - la critique du film », sur Avoir Alire - aVoir-aLire.com (consulté le )
  4. a et b « Palmarès 2016 - 41ème cérémonie des César », academie-cinema.org.
  5. « Molières 2018 : Blanche Gardin, Rod Paradot, Jean-Pierre Darroussin : le palmarès en images », Telestar.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « "Vaincre ou mourir", le premier film du Puy du Fou, fait polémique », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  7. « « Vaincre ou mourir » : les guerres de Vendée transposées à l’écran en un nanar historique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Paul Quinio, « «Vaincre ou Mourir», l’histoire comme champ de bataille culturel pour les réacs », sur Libération (consulté le )
  9. AlloCine, « Apaches » (consulté le )
  10. AlloCine, « Umami: Les critiques presse » (consulté le )
  11. « Des tournages à la pelle à Sète », sur France Bleu, (consulté le ).
  12. Festival du Film Francophone d’Angoulême, « Mamina (Les acteurs font leur cinéma) | Les évènements | Festival du Film Francophone d’Angoulême », sur Festival du Film Francophone d’Angoulême – 22-27 août 2023, (consulté le )
  13. [vidéo] Gringe - Scanner (feat. Léa Castel) sur YouTube.
  14. [vidéo] Changerz - Silence sur YouTube.
  15. Petit Biscuit, « Petit Biscuit - We Were Young (ft. JP Cooper) (Official Video) », (consulté le )
  16. Mr Pho, « Mr GISCARD - Pho (Clip officiel) », (consulté le )

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :