Ouvrir le menu principal

Rocade de Rennes
Image illustrative de l’article Rocade de Rennes
Vue aérienne sur la rocade de Rennes à hauteur de la porte de Lorient et du Roazhon Park.
Carte de la route.
Historique
Ouverture 1968-1999
Caractéristiques
Longueur 31 km
Direction Circulaire
Intersections N157 E50 vers Paris
D163 vers Angers
N137 E3 vers Nantes
D177 vers Redon
N24 vers Lorient
N12 E50 vers Brest
D137 vers Saint-Malo
D175 vers Pontorson
A84 E3 vers Caen
Ceinture périphérique Rennes
Réseau Route nationale 136 E50

La rocade de Rennes est une ceinture périphérique qui permet le contournement de la capitale bretonne. Elle est constituée de la route nationale 136 qui forme un anneau autour de la ville de Rennes et auquel se greffent les 9 voies express en étoile, reliant Rennes aux principales villes de la région et du Grand Ouest. Cette rocade complète mesure 31 km et sa section la plus chargée voit transiter quelque 100 000 véhicules par jour[1]. Depuis le , la vitesse y est limitée à 90 km/h.

La rocade rennaise est un nœud stratégique sur les axes en prolongement de l'A81 (Paris-Brest) et de l'A84 (Caen-Nantes), en plus de toutes les autres voies express qui convergent sur Rennes en partance ou en provenance d'Angers, Lorient, Pontorson, Redon et Saint-Malo. Contrairement à la majorité des grandes villes françaises, la rocade de Rennes n'est pas éclairée la nuit.

Sommaire

DénominationsModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les différents tronçons de la rocade de Rennes sont définis par les prolongements successifs de la route et sont nommés selon leur position géographique par rapport à la ville :

  • Sud : entre la porte de la Rigourdière et la porte de Bréquigny.
  • Ouest : entre la porte de Bréquigny et la porte de Saint-Malo.
  • Nord : entre la porte de Saint-Malo et la porte des Longs Champs.
  • Est : entre la porte des Longs Champs et la porte de la Rigourdière.

La route nationale 136 entoure complètement la ville de Rennes depuis la fin des années 1990. Bien qu'il conviendrait maintenant de l'appeler périphérique de Rennes, la dénomination rocade de Rennes est toujours majoritairement utilisée du fait de la configuration de la porte de la Rigourdière (Porte de Paris), où les deux voies en provenance de la rocade sud amènent à quitter l'anneau en direction de Paris. Le marquage au sol est fait de tel sorte que la continuité vers la rocade Est s'apparente à une sortie. Dans le sens inverse, les voies en provenance de la rocade Est, pour poursuivre vers la rocade sud, comportent un cédez-le-passage vis-à-vis des voies en provenance de Paris, telle une insertion. Néanmoins, des situations similaires sont observées sur les contournements de Caen et Nantes, qui eux ont néanmoins opté pour l'appellation périphérique. La forme plurielle rocades de Rennes est également utilisée sur les panneaux routiers[2].

HistoriqueModifier

La construction de cette boucle débutée en 1967, a été progressive dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant de l'Est (RN 157, en provenance de Paris). Le dernier tronçon de 7,8 kilomètres a été mis en service le 25 juin 1999.

  • 1968 : inauguration de la rocade sud.
  •  : inauguration de la rocade ouest.
  •  : inauguration de la rocade nord-ouest[3].
  • Dans les années 1990 : mise à 2×3 voies de la rocade ouest.
  •  : inauguration de la rocade nord.
  •  : inauguration de la rocade est.
  • 2006 : réaménagement de l'échangeur de la porte de Saint-Malo.
  • 2011 : réaménagement de l'échangeur de la porte de Brest.
  •  : inauguration du barreau de Pont Lagot entre la rocade nord-ouest et la RN 12.
  •  : abaissement de la vitesse de 20 km/h à titre provisoire (70 km/h contre 90 km/h et 90 km/h pour les portions à 110 km/h).
  •  : vitesse réglementaire de 90 km/h sur l'ensemble du tracé de la rocade.

Comme le boulevard périphérique de Nantes, la rocade de Rennes comprenait des sorties et des entrées partageant les mêmes voies, qui constituent des points de contention provoquant des bouchons du fait des deux flux (entrées et sorties) qui se croisent sur la même voie qui sert de voie d'insertion et de voie de sortie. Elles sont progressivement remplacées par des entrées et sorties séparées.

D'autres points de contentions pouvant provoquer des bouchons sont les sorties à virage sec. Certaines ont été améliorées (sortie doublée vers la route de Nantes, sortie remplacée par le nouvel échangeur vers Brest qui emprunte le nouveau barreau de Pont Lagot et saute la première partie de la route de Pacé.

Entre les sorties 7 (Porte de Bréquigny) et 8 (Porte de Saint-Nazaire), la rocade prend un virage assez serré dans le sens extérieur, d'où la présence d'un radar automatique.

TraficModifier

La rocade fait partie des routes de l'agglomération gérées par la DIR Ouest ; le réseau Dor Breizh, chargé de sa surveillance, est mis en place à l'été 2004[4], puis remplacé en septembre 2018[5]. La rocade ouest (2 × 3 voies) est la section la plus chargée, elle supporte ainsi un trafic de plus de 102 000 véhicules par jour en moyenne en 2015. La rocade sud (2 × 2 voies) est également très fréquentée, avec plus de 84 000 véhicules par jour[1].

VitesseModifier

Le 1er octobre 2015 et pour une durée d'un an[6], la vitesse sur la rocade a été limitée à 70 km/h dans sa partie la plus urbaine et la plus dense en trafic (Sud et Ouest). Entre la porte de Saint-Malo et la porte de Beaulieu (Nord et Est), la vitesse a été abaissée à 90 km/h car il s'agit de la section la moins chargée en trafic et où les échangeurs sont plus espacés. Cette expérimentation de réduction de la vitesse (de 110 km/h à 90 km/h et de 90 km/h à 70 km/h suivant les portions) avait pour objectif de limiter la pollution, les nuisances sonores et les bouchons.

À compter du 1er octobre 2016 et après une année d'expérimentation, la Préfecture d'Ille-et-Vilaine opte finalement pour une vitesse réglementaire unifiée sur l'ensemble du tracé de la rocade, soit 90 km/h[7]. Les résultats de l'expérimentation de 2015 ont démontré qu'une vitesse de 90 km/h était mieux adaptée, tant sur le plan environnemental que sur le trafic, mais également sur la sécurité routière[8].

SortiesModifier

Autres accèsModifier

À noter qu'il existe quelques autres accès à la rocade qui ne sont pas des échangeurs notamment :

  • Rue du Breillou (ZI Sud-Est), accès rocade intérieure et extérieure entre les portes de Beaulieu et des Loges.
  • Hôpital Sud, accès direct à la rocade intérieure après la porte d'Angers.
  • Rue Jean Perrin, sortie de la rocade intérieure et accès à la rocade extérieure entre les portes de Saint-Nazaire et de Cleunay pour le chantier de la construction du métro, ligne B (sortie définitivement fermé).

Autres franchissementsModifier

 
Tunnel sous la rocade entre Villejean et son parc.

La rocade de Rennes constituant indéniablement une barrière physique de la ville vis-à-vis des autres communes et de la campagne avoisinante, celle-ci peut constituer un obstacle difficile à franchir à pied ou à vélo. Cependant, il existe un certain nombre de ponts sans échangeur, ainsi que plusieurs passerelles réservées aux cycles et aux piétons qui permettent de la franchir :

  • Route de Chantepie, entre Chantepie et La Monniais.
  • Viaduc du métro entre la station La Poterie et le garage atelier, une passerelle piétonne est accolée.
  • Avenue des Pays-Bas, entre Le Blosne et Noyal-Châtillon-sur-Seiche.
  • Tunnel à proximité du Parc de Bréquigny.
  • Rue du Temple du Blosne.
  • Chemin de la Taupinais, liaison entre Cleunay et La Prévalaye.
  • Berges de la Vilaine.
  • Route de Vezin.
  • Passage du Rouergue : accès au Parc de Villejean et à Pont Lagot.
  • Allée Jeanne Laurent : accès à La Lande du Breil.
  • Rue Fernand Robert : liaison entre Beauregard et La Lande du Breil.
  • Boulevard de la Robiquette (ancienne route de Saint-Malo).
  • Rue du Général de Gaulle : liaison entre Saint-Grégoire et la ZA Nord.
  • Berges du canal d'Ille-et-Rance.
  • Avenue du Couesnon : liaison entre Bellangerais et Maison Blanche.
  • Chemin des Louvries : passerelle entre le Parc des Gayeulles et les Hautes Gayeulles.
  • Rue du Pâtis Tatelin (ancienne route de Saint-Sulpice).
  • Pont à proximité du lieu-dit Le Fort Bouëxiere.
  • Route de Fougères (RD 812) vers Thorigné-Fouillard.
  • Passerelle à l'extrémité de la rue du Clos-Corbin (Thorigné-Fouillard).
  • Berges de la Vilaine.
  • Pont à proximité du lieu-dit Le Vault Martin.
  • Route de la Valette.

Seconde rocade de RennesModifier

La seconde rocade de Rennes est une boucle de routes départementales d'environ 65 kilomètres qui a pour fonction de relier les communes de la première ceinture rennaise et de transférer une partie du trafic du périphérique de Rennes en cas de saturation.

Elle est constituée par :

Cette seconde ceinture passe cependant encore dans des zones urbaines notamment à l'est entre Betton et Vern-sur-Seiche :

  • La RD 29 est en effet déclassée en route communale (C 129) dans Thorigné-Fouillard puis passe dans le centre d'Acigné avant de rejoindre la RD 92. Le contournement qui devrait se faire dans l'idéal par le nord, n'est pas à l'ordre du jour et risquerait d'empiéter sur la Forêt de Rennes. Néanmoins, un échangeur RD 29 / A84 serait pertinent pour contourner efficacement le quart nord-est de l'agglomération rennaise. L'échangeur actuel à Thorigné-Fouillard ne permet en effet que de se rendre vers Fougères/Caen ou d'en arriver, à l'inverse du flux principal.
  • La RD 92 passe dans le centre de Noyal-sur-Vilaine. Un contournement par l'est, entre Noyal et Brécé parait judicieux pour créer un échangeur avec la RN 157 afin de proposer un contournement complet du sud de Rennes (en provenance du Mans et à destination de Lorient et inversement). En outre, le PLU de Noyal-sur-Vilaine mentionne la possibilité d'un échangeur à l'est de la commune[9] qui permettrait de réaliser ce contournement mais il s'agit seulement à ce jour d'un schéma de principe.
  • La RD 34 passe dans le centre de Vern-sur-Seiche, où elle croise la RD 163 (route d'Angers) engendrant un important trafic dans le cœur de ville.
  • À l'heure actuelle, il n'existe aucune nomenclature au niveau des indications routières mentionnant ce deuxième périphérique, il n'est donc pas évident d'identifier cette seconde ceinture, en particulier au niveau des intersections. En revanche, le quart sud-ouest (portions de la RD 288 et de la RD 34) est jalonné de panneaux d'itinéraire bis vers Le Mans entre les échangeurs de la RN 24 (route de Lorient) et la de la RN 137 (route de Nantes), permettant d'éviter en particulier la ZA Ouest.

Le trafic se situe entre 15 000 véhicules par jour au nord-ouest et 8 000 véhicules par jour à l'est où les aménagements sont plus restreints.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Direction Interdépartementale des Routes de l'Ouest, « Trafics moyens journaliers 2015 », sur www.dir.ouest.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 26 septembre 2016)
  2. Google Maps, « Panneau d'indication "Rocades de Rennes à 2000m" sur l'A84 », sur http://maps.google.fr (consulté le 9 décembre 2009), p. 7
  3. « INAUGURATION DE LA ROCADE NORD OUEST DE RENNES » [vidéo], sur ina.fr, Rennes soir,
  4. « Dor Breizh sur Internet. Pour plus de sécurité sur la route », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  5. « Déploiement d’un nouveau système d’aide à la gestion du trafic à la DIR Ouest », sur DIR Ouest,
  6. https://www.20minutes.fr/rennes/1600899-20150504-rennes-vitesse-reduite-70-kmh-rocade-limiter-pollution
  7. « 90 km/h sur toute la rocade, c’est officiel ! », sur ouest-france.fr (consulté le 26 septembre 2016)
  8. « Les enseignements de l'expérimentation à 70 km/h », sur ouest-france.fr (consulté le 26 septembre 2016)
  9. PLU de Noyal-sur-Vilaine