Robert de Kerchove

Robert de Kerchove
Dom Robert de Kerchove.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
LouvainVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Autres informations
Ordre religieux
Le château de Bellem, propriété des parents de Robert de Kerchove.
l'abbaye de Beuron.

Robert Marie de KerchoveAlfred Marie Ghislain Robert de Kerchove[1] à (Bellem (Belgique) le et décédé à Louvain le , était un moine bénédictin belge. Fondateur de l'abbaye du Mont-César à Louvain, il en fut également le premier abbé.

FamilleModifier

Alfred de Kerchove était le fils du sénateur Frédéric de Kerchove (1805-1880) et d'Élise De Naeyer (1812-1899). Elle était la propriétaire d'un grand domaine et château à Bellem, héritée de son grand-père, le magnat du textile gantois Jacob Lieven van Caneghem. Le ménage comptait 6 enfants, dont, en plus d'Alfred:

Jeunesse et formationModifier

De Kerchove fit ses études secondaires au Collège Saint-Michel à Bruxelles (rhétorique 1866) et ses études universitaires aux facultés Notre-Dame de la Paix, à Namur et à Gand. Il décrocha les diplômes de candidat en droit (1866) et de docteur en sciences politiques et administratives (1868).

Attiré par la vie monastique il entra en 1875 à l'abbaye de Maredsous, récemment fondée. Il fit son noviciat à l'abbaye de Beuron (Baden-Württemberg) et prononça ses vœux monastiques en 1876. En 1878 il fut ordonné prêtre.

A Maredsous sa première tâche fut de diriger les travaux de construction de l'église abbatiale, conçue par Jean-Baptiste Béthune. Plus tard il devint prieur de l'abbaye.

Fondation de l'Abbaye du Mont-CésarModifier

En 1888 les anciens élèves de l'école abbatiale (les premiers avaient atteint la rhétorique cette année-là) trouvèrent à Louvain un home pouvant les accueillir. Dom Gérard van Caloen, qui deviendrait le fondateur de l'Abbaye Saint-André de Bruges, y était le recteur et directeur spirituel. Le 6 mars 1889 il fut remplacé par dom Robert de Kerchove, qui fut chargé de la mission de trouver un bon endroit pour la fondation d'une abbaye à Louvain. Il fixa son choix sur le Mont César et en 1895 il put se rendre acquéreur du site. La nouvelle abbaye fut construite dans un style néo-roman, suivant les plans établis par l'architecte Pierre Langerock.

Au mois d'avril 1899 quatorze moines vinrent s'installer et dès le mois d'août dom de Kerchove fut élu abbé. Il choisit comme prieur dom Columba Marmion (béatifié en l'an 2000), qui en 1909 sera élu abbé de Maredsous. Un autre de ses moines, dom Lambert Beauduin fut dès 1909 l'initiateur du mouvement de renouveau liturgique, avant de fonder l'abbaye de Chevetogne.

En 1899 l'aile nord était terminée, en 1904 l'aile est et en 1908 l'aile sud. Ces bâtiments n'étaient pas de trop pour une communauté qui compta jusqu'à 70 moines, avec en plus les jeunes moines d'autres abbayes et les anciens élèves d'écoles abbatiales qui venaient étudier à Louvain, ainsi que les visiteurs et retraitants. En 1904 une grande statue de la Vierge Marie fut inaugurée. En 1907 un chœur grégorien de jeunes fut fondé.

En 1928 l'abbé de Kerchove démissionna et fut remplacé par dom Bernard Capelle. Il continua encore pendant plusieurs années dans la fonction de président de la congrégation belge des bénédictins, fonction qu'il avait accepté en 1918.

BibliographieModifier

  • Idesbald Van Houtryve osb: Dom Robert de Kerchove d'Exaerde, premier abbé du Mont César, Louvain, Ed. du Mont-César, 1950.
  • R. Van Doren: Alfred de Kerchove d'Exaerde, en religion Dom Robert, premier abbé du Mont César à Louvain (1846-1942), dans: Biographie nationale de Belgique, T. XL, 1977-1978, col. 557-559.
  • Guibert Michiels osb: Boven Loven God Loven. Honderd jaar Abdij Keizersberg: een overzicht, dans: Loven Boven Altijdt Godt Loven. 100 Jaar Abdij Keizersberg, Louvain, 1999, p. 51.

Notes et référencesModifier

  1. La famille de Kerchove appartenait à la noblesse d'Ancien Régime. Certaines branches se firent réintégrer dans la noblesse sous Guillaume Ier, mais d'autres, parmi lesquels les ancêtres de Robert de Kerchove, s'abstinrent de le faire. Lorsque le frère de Robert et d'autres membres de la famille se firent, dans les années 1884-1885, reconnaître dans la noblesse belge et purent ajouter 'd'Exaerde' à leur nom, Dom Robert de Kerchove ne s'associa pas à ces démarches et ne fut pas anobli. Toutefois certains de ses biographes l'ont nommé par erreur de Kerchove d'Exaerde. Voir: Luc DUERLOO et Paul JANSSENS, L'Armorial de la noblesse belge, Bruxelles, 1992.
  2. « Image mortuaire Edgar de Kerchove d'Ousselghem »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Lien externeModifier