Ouvrir le menu principal
Robert Monckton
Robert Monckton - Project Gutenberg etext 20110.jpg
Fonctions
Lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse
-
Membre au Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Activités
Père
Mère
Elizabeth Manners (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Membre de
14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
15e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Arme
Grade militaire
Conflit

Robert Monckton ( - ) est un officier de l'armée britannique et administrateur colonial en Amérique du Nord britannique (aujourd'hui le Canada).

BiographieModifier

Il est connu pour son rôle pendant la déportation des Acadiens. La ville de Moncton, des nos jours à forte concentration acadienne, est nommée en son honneur[1]. Ce choix reste controversé, le colonel Monckton ayant été accusé comme fut le cas dans les années millénaires par un membre du « Collectif Nationalité française » (sic) dans un acte de génocide à l'encontre du peuple acadien[2].

Monckton demeure, en effet, un personnage historique assez controversé. Il est généralement détesté par la population acadienne des Maritimes en raison du drame de la déportation. À titre d’exemple des émotions mitigées entourant l’héritage de Monckton, un article de 2007 dans le Beaver Magazine intitulé «The Un-Canadians», inclut Robert Monckton dans la liste de personnes de l’histoire du Canada que les auteurs considèrent comme méprisables : «Le lieutenant-général Robert Monckton, administrateur colonial de l’Amérique du Nord britannique, a organisé l’exil des Acadiens en 1755[3]. »

Notes et référencesModifier

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Énergie, Mines et Ressources Canada, Ottawa, 1975, p. 187.
  2. Plaidoyer pour l'expulsion d'un criminel du panthéon municipal
  3. The Un-Canadians Beaver;Aug/Sep2007, Vol. 87 Issue 4, p. 30

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier