John Monckton (1er vicomte Galway)

John Monckton (1695 - ) de Serlby, dans le Nottinghamshire, était un propriétaire britannique et homme politique Whig qui siégea à la Chambre des communes entre 1727 et 1751. Il fut élevé à la pairie irlandaise en tant que premier vicomte Galway en 1727.

John Monckton
Fonctions
Surveyor General of the Land Revenues of the Crown (en)
-
Membre du 10e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 6e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 9e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 8e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 7e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité
Père
Robert Monckton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Theodosia Fountaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Elizabeth Manners (d)
Jane Westenra (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Edward Monckton (en)
Hon. John Monckton (d)
Henry Monckton (en)
Robert Monckton
William Monckton-Arundell, 2e vicomte Galway
Mary BoyleVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

BiographieModifier

 
Hodroyd Hall, près de Barnsley, siège de la famille Monckton depuis le début du 17e siècle.

John Monckton était le fils aîné de Robert Monckton (1659–1722) (en), seigneur des manoirs de Cavil, près de Howden, et Hodroyd, près de Barnsley, dans le Yorkshire [1]. Opposant à la politique de Jacques II, Robert Monckton s’est exilé aux Pays-Bas et est revenu avec l’armée d’invasion de Guillaume III lors de la Glorieuse Révolution de 1688. Cela établissait un lien familial fort avec le parti whig et Robert avait ensuite remporté l'arrondissement de Pontefract sur les Tories aux élections générales de 1695 [2] et plus tard a représenté Aldborough. La femme de Robert et la mère de John étaient Theodosia Fountaine, fille et héritière de John Fountaine de Melton-on-the-Hill, dans le Yorkshire. John Monckton a fait ses études à Trinity Hall, à Cambridge, où il est entré en 1713 [3],[4].

Il a hérité de son père le domaine familial de Hodryd Hall en 1722. C'était le siège de la famille depuis le début du 17e siècle. En 1725, il acheta le domaine Serlby, dans le North Nottinghamshire, et commença la construction du nouveau siège familial de Serlby Hall, où il constitua une collection remarquable de peintures. Il était membre de la Société des Dilettanti .

Carrière politiqueModifier

Il se présenta sans succès comme candidat whig à Clitheroe aux élections générales britanniques de 1722 [5]. La victoire au siège dépend du contrôle des burgages . Après avoir acheté plusieurs burgages sans succès, Monckton décida de les vendre à Sir Nathaniel Curzon, l'un des candidats victorieux des conservateurs. Dans le cadre de l'accord, Curzon a été transféré à Monckton pour le parlement suivant et il a été dûment élu député de Clitheroe aux élections générales britanniques de 1727. Le , le gouvernement whig de Robert Walpole l'a nommé vicomte Galway et baron de Killard, tous deux de la Pairie d'Irlande. Une pairie irlandaise permet au titulaire de continuer à siéger au Parlement britannique et constitue un moyen de rendre hommage à un allié politique utile [6].

En 1729, il a acheté 77 burgages à Pontefract, l'ancienne circonscription de son père, au prix de 6000 £ aux familles Bland, Dawnay et Frank. Cela lui donna, avec Sir William Lowther, le contrôle conjoint de l’arrondissement et ils décidèrent de désigner chacun un membre lors d’élections ultérieures. Lorsque le mandat de Galway à Clitheroe s’est achevé lors des élections générales britanniques de 1734, il est élu élu député de Pontefract, aux côtés de Lowther [7]. Par la suite, il a bénéficié de postes sous le haut patronage du gouvernement. En 1734, il fut nommé commissaire du revenu en Irlande, poste qu'il occupa jusqu'en 1748. Il a été réélu à Pontefract lors des élections générales britanniques de 1741, mais lors des élections générales britanniques de 1747, il l'a cédée à son fils aîné. Le , il fut réélu pour Pontefract lors d'une élection partielle afin d'acquérir un autre poste rémunérateur qui l'obligeait à être député. En 1749, il fut recommandé par le Premier ministre, son beau-frère, Henry Pelham au poste d'arpenteur général des terres, des bois et des forêts d'Angleterre et du pays de Galles. Pelham, écrivant à son frère, le duc de Newcastle, soulignait que "les dépenses considérables qu'il a engagées pour se faire recruter et, enfin, l'achat d'un quartier sont des mérites que nous ne rencontrons pas tous les jours". Galway a occupé le poste d'arpenteur général et de circonscription de Pontefract jusqu'à sa mort en 1751.

FamilleModifier

Il a épousé en premières noces Lady Elizabeth Manners, fille de John Manners (2e duc de Rutland). Elle est morte en 1730. Leurs enfants étaient:

En , il épousa Jane Westenra, fille de Henry Warner Westenra de Rathleagh, comté de Queen's (Irlande). Leurs enfants étaient

RéférencesModifier

  1. « Biography of Robert Monckton (c.1659-1722) », nottingham.ac.uk (consulté le 21 novembre 2015)
  2. « Pontefract », historyofparliamentonline.org (consulté le 21 novembre 2015)
  3. « Biography of John Monckton, 1st Viscount Galway (1695-1751) », nottingham.ac.uk (consulté le 21 novembre 2015)
  4. John Monckton (1er vicomte Galway) dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  5. « Clitheroe », historyofparliamentonline.org (consulté le 21 novembre 2015)
  6. « MONCKTON, John, 1st Visct. Galway [I] (1695-1751), of Serlby, Notts. », historyofparliamentonline.org (consulté le 21 novembre 2015)
  7. « Pontefract », historyofparliamentonline.org (consulté le 21 novembre 2015)