Ouvrir le menu principal

Raymond Subes

artiste français

Raymond Subes, né à Paris le et mort à Étampes (Essonne) le , est un artiste-décorateur français spécialisé en ferronnerie d'art.

Sommaire

BiographieModifier

Ancien élève de l’École Boulle et de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Raymond Subes est l'un des ferronniers d’art français les plus célèbres de la période Art déco. Toute sa carrière, jusqu'en 1970, il travaille dans l'entreprise d’Émile Robert, associé à Ernest Borderel. Il y est d'abord dessinateur, puis directeur artistique et enfin directeur général.

Raymond Subes collabore avec les plus grands décorateurs de son époque : Jacques-Émile Ruhlmann, Léon et Maurice Jallot, Jules Leleu, Michel Roux-Spitz, Alfred Porteneuve, Jean Mayodon, Jean Dunand.

Il réalise les rampes d'escalier et les balustrades du paquebot Île-de-France en 1926, puis des paquebots Lafayette (1930), L'Atlantique (1931) et Le Normandie (1935).

Il conçoit les réverbères télescopiques du pont du Carrousel à Paris et des ferronneries pour la Banque de France, le Palais de Tokyo, les sièges de compagnies d'assurance, les grands hôtels ou restaurants parisiens (comme le Lutetia, Georges V, Fouquet's...), les aéroports (Orly, Le Bourget), des grands magasins, des monuments historiques et des palais nationaux.

Il réalise également des grilles pour la maison de Champagne Pommery, pour le fabricant de biscuits Fossier et pour l'Hôtel de ville de Reims. Raymond Subes a également réalisé la grille en fer forgé de l'escalier du centre culturel Guy Môquet à La Courneuve (1963-1964) ainsi que les grilles d'entrée de l'église Sainte-Odile à Paris.

Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1958.

Raymond Subes meurt le 31 janvier 1970 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (35e division).

ŒuvresModifier

  • Immeubles Walter
  • Vierge à l'enfant du pavillon pontifical de l'exposition internationale de Paris 1937, actuellement N.D de France à Baillet-en-France (95)
  • Portail d'entrée Quai Saint Bernard de la Faculté des sciences de Jussieu Paris 06 (UPMC).
  • Portails monumentaux et rampe de l'escalier d'honneur de l'annexe de la Mairie du XIV ° arrondissement de Paris
  • Portail d'entrée de la Faculté des sciences Bordeaux 1.
  • Ferronnerie de l'église Saint-Louis de Rouvroy.
  • Grille de l'hôtel de ville d'Arras.
  • Grille d'entrée du lycée Racan à Château-du-Loir (disparue).
  • Grille d'entrée du lycée Dumont-d'Urville à Caen.
  • Rampe de l'escalier du Palais des Consuls, Rouen.
  • Rampe de l'escalier du Palais d'Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental, Paris
  •  
    Palais de la Porte Dorée - grilles de l'entresol - Raymond Subes
    Rampe de l'escalier de la Maison de la jeunesse et de la culture Guy Môquet à La Courneuve en 1967.
  • Porte monumentale de la Bibliothèque d'Etude et du Patrimoine de Toulouse.
  • Balcon et grilles de la Grande pharmacie du centre, Rouen[1].
  • Grilles d'entrée rétractables et rampe d'escalier de l'ancienne chambre de commerce de Caen (escalier détruit en 2003, grille inscrite la même année).
  • Portes magistrales de l'amphi Daure à l'Université de Caen (Campus 1).
  • Rampe d'escalier de l'hôtel Malherbe à Caen et statue de Malherbe ornant le hall.
  • Grilles d'entrée de l'hôtel de ville de Nantes.
  • Porte en bronze de l'usine Dassault Aviation à Saint-Cloud.
  • Porte en fer forgé du narthex et du chœur de l'ancienne abbatiale de Saint-Germain-des-Prés (Paris) pour le 14e centenaire de l'abbaye en 1958.
  • Grilles de l'église Saint-Pierre de Roye (Somme).
  • Mobilier de la cathédrale de Rouen en 1955.
  • Insignes de l'ordre des Arts et Lettres en 1955.
  • Grilles arrières du lycée Laplace de Caen (actuel lycée Dumont d'Urville)

Notes et référencesModifier

  1. Patrice Quéréel (préf. Patrice Pusateri et Michel Nouvellon), XXe un siècle d'architectures à Rouen, Rouen, ASI, , 157 p. (ISBN 2-912461-03-0), p. 114-115

SourcesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Philippe Ravon, Catalogue de la vente Raymond Subes par la SVV Coutau-Bégarie, au Château de Larnagol (Lot) le 4 octobre 2008, texte documenté par Anne-Marie Millecamps, Jacques (†) et Marie F. Subes. Raymond Subes avait acquis ce château en 1920.
  • Sur les traces des Expositions universelles à Saint-Cloud, catalogue de l'exposition du musée des Avelines (25 mars au 31 mai 2009), texte documenté par Anne-Marie Subes Millecamps, Saint-Cloud, 2009
  • Sylvain Ageorges, Sur les traces des Expositions universelles de Paris-1855-1937, Éditions Parigramme, 2006

Liens externesModifier