Régiment des cuirassiers de la garde

Insigne du régiment

Le régiment des cuirassiers de la garde de S.M. l'Empereur, dit aussi les cuirassiers jaunes ou les cuirassiers de Tsarskoïe Selo, était un régiment de la garde impériale de Russie. La fête de ce régiment de cavalerie était le , jour de la fête de saint Julien de Tarse.

HistoriqueModifier

Un oukaze impérial du ordonne la formation du régiment et au printemps 1701 le régiment des fusiliers des dragons du prince Nikita Mechtcherski est formé. Il change son nom en régiment des dragons du prince Volkonski au printemps 1702. Le régiment prend sa formation le , date de sa fondation.

Il fait partie de la Jeune Garde à partir de 1813, puis de la Vieille Garde à partir de 1831. Il était caserné à Tsarskoïe Selo. Son église était l'église Saint-Julien de Tsarskoïe Selo.

ChronologieModifier

 
Nicolas II en uniforme des cuirassiers de la garde
 
Uniforme de parade en 1910
 
Uniforme habituel des cuirassiers de Sa Majesté en 1910
  • 1704, formation de la 11e compagnie de grenadiers
  • , régiment des dragons de Iaroslavl
  • , la compagnie de grenadiers s'intègre au régiment de la garde à cheval
  • , retour de la compagnie de grenadiers au sein du régiment
  • , régiment des dragons de Novgorod
  • , régiment des dragons de Iaroslavl, complété par la noblesse du gouvernement de Iaroslavl
  • , le régiment est formé en neuf compagnies de dragons et une compagnie de grenadiers
  • , la compagnie de grenadiers est dissoute et intégrée aux dragons, avec les grenadiers répartis par dix dans chaque compagnie
  • , renommé 3e régiment de cuirassiers
  • , renommé régiment des cuirassiers de Bevern, en l'honneur de son chef le prince Antoine-Ulrich-Guillaume de Brunswick-Bevern
  • , renommé régiment de cuirassiers de Brunswick
  • , renommé régiment des cuirassiers de Son Altesse Royale le duc de Holstein-Gottorp
  • , renommé régiment de Son Altesse Impériale le grand-duc Pierre Fiodorovitch
  • , réformé en cinq escadrons de deux compagnies
  • , renommé régiment des cuirassiers de la garde de Sa Majesté
  • , renommé régiment des cuirassiers de la garde de Son Altesse le tsarévitch Paul Pétrovitch
  • , intégration d'un sixième escadron à partir du régiment des cuirassiers de Kiev
  • 1787, 150 cuirassiers quittent le régiment pour former les régiments de gendarmes et de cuirassiers de la garde de Gatchina
  • , renommé en régiment des cuirassiers la garde de Sa Majesté
  • , un escadron est intégré au régiment des dragons de Finlande
  • , une partie du régiment est intégrée au régiment des cuirassiers d'Astrakhan
  • 1812, participe à la Guerre patriotique. Il combat à Vitebsk, Smolensk, Viazma à Krasnoïe, à Orcha, Borissov. Son chef, le baron Budberg, est blessé à la bataille de la Moskova.
  • , le régiment est formé avec six escadrons de combat et un escadron de réserve
  • 1813, participe aux guerres de libération, contre la Grande Armée, en combattant à Lützen, Bautzen, Kulm, Königstein[Où ?], Leipzig, Brienne, Arcis-sur-Aube, Fère-Champenoise, et au siège de Paris
  • , intègre la Jeune Garde pour sa bravoure et son courage aux combats de 1812, renommé régiment des cuirassiers de la garde
  • , les cuirassiers natifs des provinces de l'ouest, forment le régiment de cuirassiers de la garde de Podolsk en droits et possessions de la Vieille Garde
  • , la robe des chevaux de la garde devient l'alezan
  • , Nicolas Ier devient chef du régiment qui a le droit de faire partie de la Vieille Garde, le régiment est renommé régiment des cuirassiers de la garde de Sa Majesté
  • , le régiment des cuirassiers de la garde de Podolsk se joint au régiment à l'exclusion de sept officiers, et cent-quatorze cuirassiers qui intègrent le régiment des uhlans de la garde de Son Altesse Impériale le grand-duc Michel Pavlovitch. le régiment se compose désormais de six escadrons.
  • , le régiment change la robe de ses chevaux en bai-brun et échange donc ses chevaux avec ceux du régiment des cuirassiers de la garde de Sa Majesté l'Impératrice
 
Bicentenaire du régiment (1902). Adieux à l'étendard devant l'église régimentaire Saint-Julien, photographie de Bulla
  • , le tsarévitch Alexis est intégré au régiment
  • 1905, une partie du régiment participe au retour à l'ordre dans les provinces baltes
  • 1910, formation d'une division de mitrailleurs
  • , le régiment rejoint la 1re Armée
  • , premiers combats d'éclaireurs du 3e et 4e escadrons (un mort et un blessé) contre les Allemands
  • - , participe à l'invasion de la Prusse-Orientale
  • , à cause de la révolution de février et l'abdication de Nicolas II, le régiment est

renommé 1er régiment des cuirassiers de la garde

  • , renommé régiment des cuirassiers de la garde de Podolsk
  • , s'oppose aux mercenaires nationalistes ukrainiens en montant la garde à la gare de Kiev, réprime le coup de force du 2e régiment ukrainien Poloubotko, qui s'était emparé du centre-ville de Kiev
  • , le régiment se disloque. Il se dissout à Sviatochine, dans les faubourgs de Kiev, au motif du refus de passer sous autorité ukrainienne.

Une grande partie de ses officiers et de ses cuirassiers s'engage dans l'Armée blanche et combat jusqu'en 1920. Les derniers soldats combattants évacuent par Yalta en Crimée, le .

NotesModifier

SourceModifier