Bataille du pont du Feneau

La bataille du pont du Feneau fut la dernière bataille de l'invasion de l'île de Ré par les forces anglaises venues apporter leur aide à la rébellion huguenote de La Rochelle. Cet échec final força les Anglais à se replier vers l'Angleterre.

Bataille du pont du Feneau
Description de cette image, également commentée ci-après
Peinture de Laurent de La Hire représentant la bataille.
Informations générales
Date 8 novembre 1627
Lieu Pont du Feneau, île de Ré
Issue Victoire française décisive
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Commandants
Jean de Saint-Bonnet de Toiras
Henri de Schomberg
Louis de Marillac
Pierre de Gondi, duc de Retz (1602-1676) (b)
George Villiers (1er duc de Buckingham)
Mountjoy Blount  (c)
Milord Grey  (c)
Forces en présence
Schomberg : 4000 fantassins et 200 cavaliers
Toiras : 600 hommes
Garnison du Fort La Prée : 1800 hommes
Total : 6600 hommes
8500 hommes dont 1500 malades
Soit 7000 hommes, dont environ 1000 huguenots
Pertes
Entre 500 et 600 morts ou blessés
ou
Quelques dizaines
1800 morts dont toute la cavalerie
Un millier de blessés
4 canons

Rébellions huguenotes

Batailles

Coordonnées 46° 13′ 01″ nord, 1° 27′ 18″ ouest

Avant la bataille modifier

Côté britannique modifier

Les forces anglaises, ayant été défaites plus tôt dans la journée au siège de Saint-Martin, se replient vers Loix, où sont situés leurs navires d'où ils ont débarqué. À cause de vivres de mauvaise qualité, leur armée comprend de nombreux malades[1]. Elle est commandée par George Villiers, duc de Buckingham, et composée de 12 régiments d'infanterie et 4 canons, ainsi que quelques protestants rochelais volontaires[2]. Les forces anglaises sont couvertes par leur cavalerie en arrière garde, constituée d'au moins 68[3] chevaux[4].

Les troupes de Buckingham pensent que les Français n'attaqueront pas. Sans prendre de précautions, elles marchent dans le désordre, en rangs ni serrés ni ouverts. Elles parviennent jusqu'au pont en bois bâti sur le chenal du Feneau, qui fut mis en place lors de leur débarquement[5]. Il relie l'île de Loix du reste de l'île de Ré[2].

Côté français modifier

Les forces françaises, de leur côté, sont commandées par le Maréchal Henri de Schomberg qui, informé par Jean de Saint-Bonnet de Toiras de la retraite des Anglais depuis Saint-Martin[5], a rassemblé son armée et s'est mis à leur poursuite. Les forces françaises se composent alors du régiment des Gardes françaises avec d'autres troupes royales, et la cavalerie est dirigée par Louis de Marillac[6].

La bataille modifier

La tête de colonne de l'armée anglaise se dirige vers Loix. Deux bataillons anglais, menés par le colonel[7] Sir Edward Conway, Sir Peregrine Barty et Sir Henery Spry, ont traversé le pont. Un autre, mené par le colonel[7] Sir Charles Rich, frère du comte de Hollande[8], Henry Rich, et demi-frère de Milord Montjoy, Sir Alexander Brett et le lieutenant de Sir Thomas Morton (lui-même étant malade) s’apprêtent à passer le pont[2] avec les 4 canons[3]. Deux autres bataillons restent devant le pont, commandés par le colonel[7] Sir William Courtney, le lieutenant-colonel[7] Sir Edward Hawley et Sir Ralph Bingley[2].

Le Maréchal de Schomberg, ayant traversé le village de La Couarde, est informé par Marillac de la position adverse[2] : la tête de colonne britannique s'engage lentement, sur le pont du Feneau, qui dû à son étroitesse ne permet qu'à quelques soldats de passer à la fois[6]. Jugeant le moment opportun, le maréchal ordonne au capitaine de Bussi-Lamet de charger l'arrière-garde anglaise avec son escadron. Il est suivi de près par Marillac et Schomberg lui-même, à la tête du reste de la cavalerie[5]. Les cavaliers anglais, composant l'arrière garde britannique, ripostent mais sont défaits. De nombreux Anglais sont tués, dont Sir William Cunningham et d'autres capturés comme Milord Montjoy Blount, colonel de cavalerie et demi-frère de Sir Charles Rich et du comte de Hollande[9], Henry Rich[2]. L'infanterie britannique intervient alors mais finit par être vaincue aussi. Deux régiments de l'infanterie française, celui de Piémont alors commandé par François Duval de Fontenay-Mareuil[10], et celui Champagne alors commandé par Pierre Arnaud[11], arrivent dans la mêlée[12]. Une grande partie des forces anglaises est poussée violemment dans les fossés boueux et vaseux avoisinants[5]. Les 2 bataillons anglais en avant du pont sont vaincus. Certains protestants rochelais volontaires parviennent à traverser le pont. Les Français s'engagent dessus, tuant tout sur leur passage, notamment Sir Charles Rich et Sir Alexander Brett, qui tentent de le défendre[3]. Il existe alors deux versions de l'issue de la bataille.

Version britannique modifier

Après avoir traversé le pont, les forces françaises, Marillac en tête, sont confrontées à Sir Thomas Fryar et au lieutenant-colonel Hackluit, commandant 40 piquiers et 20 mousquetaires qui gardent l'artillerie et les munitions. Ils sont aussitôt assistés par Sir Piers Crosby, commandant d'un régiment irlandais. Les Français, alors pris de panique, se retirent vers le pont malgré les ordres de Marillac. Ils se regroupent ensuite et Saligny, avec un groupe de piquiers, charge à nouveau. Ils sont cependant repoussés et perdent un commandant. Ils chargent une ultime fois, sont à nouveau repoussés et se replient, pourchassés par les Anglais jusqu'au-delà du pont. Dans leur fuite, ils font tomber Marillac de cheval. Les Anglais mettent fin à la poursuite et repassent le pont, qui est mis sous la garde de Sir Piers Crosby. Quelques jours plus tard, quand les conditions sont favorables, celui-ci brûle le pont, et les forces anglaises survivantes rembarquent dans leurs navires[2],[3].

Version française modifier

 
Combat et victoire obtenue sur les Anglois par Michel de la Mathoniere, 1627.

Marillac met pied à terre et prend le commandement[13]. Après avoir traversé le pont, les premières forces françaises s'emparent de l'artillerie ennemie : les 4 petits canons[5]. Le nombre des soldats au front n'est pas très grand, car une part des forces françaises est occupée à capturer des prisonniers ainsi que l'arsenal anglais. Marillac donne l'ordre de déplacer l'arsenal cent pas derrière. Le comte de Saligny arrive alors avec quelques hommes frais. Il se bat remarquablement et les soldats anglais haussent leurs piques et marchent vers lui. Il ne lui reste alors qu'une douzaine d'hommes dont Feuquiere et Porcheux, capitaines au régiment des Gardes françaises[14], qui contiennent les adversaires anglais. Les hommes autour de Marillac se replient en désordre, malgré ses ordres, le renversant même. Mais Saligny et ses hommes tiennent bon et contiennent les Anglais, ce qui donne le temps aux autres forces françaises d'être rafraîchies et de retourner dans la mêlée. Le combat dure deux heures, au terme duquel les Français triomphent[13].

L'armée britannique est en débandade. La chaussée de Loix est couverte de cadavres, les fossés sont remplis de chevaux et d'hommes qu'on assomme dans la boue. Des soldats anglais crient qu'ils sont catholiques en brandissant des chapelets et demandent grâce, mais les troupes françaises continuent leur massacre. De nombreux soldats français de valeur sont dans la mêlée : le marquis d'Annonay, Charles de Lévis-Ventadour, qui sera duc de Ventadour ; Antoine d'Aumont de Rochebaron, marquis de Villequier ; le chevalier de Chappe et son frère ; Jean d’Estampes-Valençay, baron de Valençay ; le comte de Charraux ou Chârost Louis de Béthune, qui deviendra capitaine des gardes du corps du Roi et gouverneur de Calais ; le comte de Saligny, « homme de cœur et de singulière vertu » ; Isaac de Raynié, seigneur de Drouet ; L'isle-Cerillac ; Manassès de Pas de Feuquières ; L'isle Montmartin ; Pierre Arnaud, mestre de camp du régiment de champagne ; Alexandre de Garnier, seigneur des Garets ; de Jonquieres ; Jean-Louis 1er de Louët de Calvisson ; et Jacques de Castelnau de La Mauvissière. Toiras lui-même se bat, l'épée à la main. Les soldats se répandent de tous les côtés, dans les marais, sur les sentiers des fossés, dans les vignobles, toujours sous le feu meurtrier des troupes françaises qui les poursuivent[6]. Schonberg ordonne aux forces françaises poursuivant les Anglais en direction de Loix de s'arrêter car les fuyards s'y sont ralliés et réorganisés. De plus, la nuit tombe. La retraite est sonnée. Le maréchal fait garder le pont jusqu'à s'être assuré que l'armée britannique s'est retirée du sol de l'île[12].

Bilan de la bataille modifier

L'air est en fumée et en feu, la terre couverte de cadavres, l'eau est rougie par le sang[12].

Le bilan de la bataille est lourd pour les Anglais : environ 1 800 morts[12] dont 5 colonels, 3 lieutenants-colonels, 20 gentilshommes tels que Sir Henry Spry, Sir Charles Rich, Sir Alexander Brett, Sir Ralph Bingley, Sir William Cunningham, et 150 officiers[13]. Ils comptent aussi un millier de blessés[6]. 46 de leurs drapeaux sont capturés. Parmi les militaires capturés, se trouvent Milord Montjoye, commandant de cavalerie, le colonel[14] Milord Grey, grand maître de l'artillerie, 35 capitaines ou officiers, 12 gentilshommes et entre 100 et 120 soldats. Tous les chevaux de leur cavalerie — dont celui de Buckingham — sont capturés, ainsi que leurs 4 canons[13].

Le colonel Milord Grey tomba durant la bataille dans un marais salant. Pour éviter sa mise à mort, il cria "Cent-mille écus pour ma rançon !". Il fut donc fait prisonnier[15].

Le Maréchal de Schonberg ne dit pas un mot sur les pertes françaises[6], cependant elles avoisinent sûrement le nombre de 500 ou 600[2], ou quelques dizaines[16]. Parmi les blessés se trouvent le Général des Galères, Pierre de Gondi, s'étant pris un tir de pistolet chargé de 2 balles à l'épaule ; le marquis de Villequier ayant reçu un tir de mousquet qui le traversa de part en part (mais « la blessure fut sans danger »[14]) ; De Lade, le capitaine des gardes de Schonberg et écuyer de celui-ci, ayant reçu un coup de pistolet au genou ; Cussigny (André, seigneur de Cussigny), blessé d'un coup de pique à la gorge[13], et Porcheux ayant eu la cuisse rompue[12]. Toiras lui-même faillit être blessé, recevant deux tirs de pistolets qui trouèrent son chapeau[13].

Après la bataille modifier

Des 46 drapeaux dont le premier a été capturé par Sieur de Belinghem aidé par Sieur de Moüy de la Mailleraye[12], tous sont envoyés à Paris par Claude de Saint-Simon et suspendus aux voûtes de Notre-Dame[1].

 
Messire de Schonberg après la victoire, présente les anglois captifs à sa majesté, XVIIe siècle.

Toiras rentre à la citadelle de Saint-Martin, où sont conduits les prisonniers, pour surveiller les mouvements de la flotte anglo-rochelaise. Une partie d'entre eux sera rendue à l'Angleterre contre rançon. Schomberg aussi retourne à Saint-Martin pour se reposer. Il ne préfère pas s'éloigner de l'île avant d'être sûr du départ définitif de Buckingham[6].

Du côté britannique, environ 2 000 survivants sont sur les navires anglais ainsi que Benjamin de Rohan, seigneur de Soubise et frère cadet d’Henri II de Rohan, un protestant français. Buckingham, après avoir donné du repos à ses troupes, repart le 17 novembre pour l'Angleterre, après 3 mois et 6 jours de bataille, promettant aux Rochelais protestants qui les ont approvisionnés en eau fraîche à deux reprises de revenir avec une armée plus grande. Il ne pourra pas tenir cette promesse, étant assassiné par John Felton au Greyhound Pub à Portsmouth le 23 août 1628, avant le départ de la seconde expédition.

Denzil Holles, célèbre homme d'Etat anglais, écrit à son beau-frère, Thomas Wentworth, dans les Lettres de Stafford, à propos de la bataille et de l'expédition en général : "since England was England, it received not so dishonourable a blow" (Depuis que l'Angleterre est l'Angleterre, elle n'a jamais subi un tel déshonneur)[17].

Deux siècles plus tard, des sauniers près du pont du Feneau ouvrent une fosse pour y ensevelir de nombreux ossements épars sur le sol ainsi que des balles et des boulets[6].

Postérité modifier

La bataille fut mise en peinture par Laurent de la Hyre sous le nom de La défaite des Anglais en l'Île de Ré par l'armée française le 8 novembre 1627 entre le mois de décembre 1627 et le début de l'année 1628. Son format est grand : 112 × 120 cm[1]. Elle est conservée à Paris, musée de l'Armée, hôtel des Invalides[18].

Notes et références modifier

  1. a et b Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, J.-B. Fellens et L.-P. Dufour, (lire en ligne), Chapitre 43, p. 343.
  2. a b c d e f g et h (en) Edward Herbert, 1st Baron Herbert of Cherbury, The expedition to the Isle of Rhe, Londres, Whittingham, , p. 227.
  3. a b c et d (en) Sir William Sanderson, A compleat history of the life and raigne of King Charles, : from his cradle to his grave, Londres, , p. 99.
  4. « « La Défaite des Anglais en l’Île de Ré par l’armée française le 8 novembre 1627 » de L. de La Hyre | Le blog des collections », sur collections.musee-armee.fr (consulté le ).
  5. a b c d et e M.D. Massiou, Histoire politique, civile et religieuse de la Saintonge et de l'Aunis : depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours, Saintes, , p. 376.
  6. a b c d e f et g Eugène Kemmerer, Histoire de l'île de Ré depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours, La Rochelle, impr. G. Mareschal, .
  7. a b c et d (en) John Entick, A New naval history, or, compleat view of the British marine, in which the Royal Navy and the Merchant's Service are traced through all their periods and different branches, Londres, , p. 427.
  8. (en-US) « Charles Rich », sur geni_family_tree (consulté le ).
  9. (en-US) « Henry Rich, 1st Earl of Holland », sur geni_family_tree (consulté le ).
  10. M. Pinard, La Promotion des Lieutenans généraux des armées du Roi, du 25. Juillet 1762. & les Maréchaux de camp depuis la création de cette Charge jusqu'en 1715, Paris, Claude Herissant, (lire en ligne), p. 108.
  11. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1820, L'auteur, (lire en ligne), p. 154.
  12. a b c d e et f Michel Baudier, Histoire du Mareschal de Toiras, où se voient les effets de la valeur et de la fidélité, avec ceux de l'envie et de la jalousie de la cour, ennemies de la vertu des grands Hommes, Paris, Sébastien Cramoisy, (lire en ligne), p. 98.
  13. a b c d e et f Le Mercure françois ou la Suitte de l'histoire de la paix commençant l'an 1605 pour suite du Septénaire du D. Cayer, et finissant au sacre du très grand Roy de France et de Navarre Louis XIII., Paris, (lire en ligne), Tome 14, p. 199.
  14. a b et c Baron de Chabans, Histoire de la guerre des Huguenots faicte en France, sous le regne du Roy Louys XIII, Paris, Toussaint du Bray, (lire en ligne), p. 501.
  15. (en) James Howell, Epistolæ Ho-Elianæ : Fourth edition, Londres, Thomas Guy, (lire en ligne), p. 185
  16. Jean-Claude Castex, Combats_franco-anglais_de_la_Guerre_de_Trente_Ans_et_de_la_Ligue_d'Augsbourg (lire en ligne)
  17. « Holles, Denzil », dans Dictionary of National Biography, 1885-1900, vol. Volume 27 (lire en ligne)
  18. « La défaite des Anglais au Feneau », Chroniques ordinaires des petits moments de la vie rétaise,‎ (lire en ligne, consulté le ).