Ouvrir le menu principal

Les Quinquegentiens sont une confédération berbère qui résidait entre Saldae, et Rusuccuru au iiie siècle, dans l'actuelle Grande Kabylie, en Algérie[1]. Leur territoire s'étendait à la frontière orientale de la province romaine de Maurétanie césarienne, et bien s'ils soient officiellement sous domination romaine, ils agissaient de manière très autonome.

ÉtymologieModifier

L'ethnonyme Quinquegentiens signifie « les gens des cinq tribus » en latin. Cela suggère que les Quinquegentiens sont une confédération de plusieurs tribus berbères différentes au lieu d'une seule tribu[2].

Histoire militaireModifier

Les Quinquegentiens apparaissent pour la première fois dans les rapports romains en 253, lorsqu'il forment une coalition avec les Bavares et les Fraxinenses, deux autres tribus ou confédérations berbères de la région, et envahissent et pilonnent des colonies dans la province romaine de Numidie. Ces hostilités conduisent à une intervention romaine, mais en raison de problèmes plus urgents, comme la mort de l'empereur Émilien et la succession impériale, la guerre dure 9 ans. En 262, le légat de Numidie, Caius Macrinius Decianus, réussi à rétablir l'ordre. La confédération tribale est dissoute, et les tribus sont repoussées dans leurs terres natales. Au cours de l'insurrection, les Quinquegentiens constituent l'élément principal de la rébellion.

En 289, les Quinquegentiens envahissent la partie orientale de la Maurétanie césarienne. Cette fois, ils sont de nouveau soutenus par les Bavares. La rébellion est un succès au début, mais en 297, les forces romaines de Maximien Hercule lancent une offensive sanglante qui repousse les rebelles dans leurs terres natales, dans l’Atlas et les montagnes de Grande Kabylie ; cependant, Maximien n'est pas satisfait de ce résultat et au début de l'an 298, il envahit leurs pays d'origine pour infliger une punition plus sévère aux rebelles ; en utilisant des tactiques de la terre brûlée. Les Quinquegentiens vaincus sont déportés et dispersés. La même année, l'empereur renforce les limes entre la Maurétanie césarienne et la province d'Afrique. La guerre est conclue et les Quinquegentiens disparaissent des rapports romains.

AnnexesModifier

RéférencementModifier

RéférencesModifier

  1. Gaston Louis Emmanuel Du Fresne marquis de Beaucourt, Paul Allard et Jean Guiraud, Revue des questions historiques, vol. 41, Librairie de Victor Palmé, (lire en ligne), p. 38
  2. Camps 2012.

BibliographieModifier

  • Casimir Creuly, « Les Quinquégentiens et les Babares : anciens peuples d'Afrique », Revue Archéologique, vol. 3,‎ , p. 51-58 (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018)
  • Gabriel Camps, « Cinq », Encyclopédie berbère, no 13,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018)