Ouvrir le menu principal

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?

film de Philippe de Chauveron sorti en 2019
Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?
Réalisation Philippe de Chauveron
Scénario Philippe de Chauveron
Guy Laurent
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du 24
Les Films du Premier
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 99 minutes
Sortie 2019

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? est une comédie française coécrite et réalisée par Philippe de Chauveron, sortie en 2019[1]. Il s’agit de la suite de Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?, succès de 2014.

SynopsisModifier

Claude et Marie Verneuil sont de retour. Ils font face à un nouveau cataclysme : leurs quatre filles et leurs quatre gendres veulent quitter la France : Odile et David veulent partir en Israël, Chao et Ségolène en Chine, Isabelle et Rachid en Algérie, tandis que Laure et Charles veulent partir en Inde, car cette dernière se voit offrir un poste là-bas et Charles veut faire carrière à Bollywood. Claude et Marie vont alors tout faire pour que tous les membres de la famille restent en France. De leur côté, André et Madeleine Koffi, les parents de Charles, sont de retour en France pour le mariage de Viviane, leur fille, mais là non plus, tout ne se passera pas comme prévu.

Résumé détaillé

Claude et Marie Verneuil reviennent à Paris de leur tour du monde dans les familles de leurs gendres respectifs; terminant leur voyage à Pékin, ils sont entourés de touristes chinois dans leur avion. Ils sont soulagés de rentrer en France malgré tout car leur voyage avait très mal commencé, Claude a oublié le jambon qu'il devait emmener pour André Koffi, le père de Charles son gendre. Clovis le chien l'a en effet mangé au moment du départ.

De leur côté, les gendres se réunissent autour de David concernant le projet re-bio de nourriture hallal bio; ayant chacun des parts, ils veulent savoir où en est David... qui leur explique que le projet a du retard. Ils se séparent mécontents. Chacun ressent un ras-le-bol de la vie à Paris, Chao devient paranoiaque à cause des agressions dont sont victimes les asiatiques dues aux sommes en liquide qu'ils détiennent sur eux, Rachid en a assez de défendre des femmes voilées (parfois intégralement), Charles n'obtient que des petits rôles au théâtre (dont souvent de dealers) et David n'arrive à percer dans l'affaire du re-bio.

Pendant ce temps, Claude et Marie rentrent chez eux à Chinon où Claude va prendre sa retraite; lors du pot de départ, il explique qu'il va écrire la biographie d'un écrivain du XIXe siècle. Marie, quant à elle se met à la marche nordique de façon intensive, y compris la nuit.

Lors d'une promenade à Saumur, Claude apprend qu'une entreprise va fermer et pourrait être rachetée pour un euro symbolique, que le poste de directeur d'agence bancaire se libère pour cause de départ à la retraite.

Les gendres expliquent à leur femme respective leurs appréhensions concernant la vie en France et commencent à parler de l'envie de retourner dans le pays d'où ils sont originaires: Rachid souhaite aller en Algérie et essaie de convaincre Isabelle que là-bas, nombre de femmes qui veulent ôter leur voile ont besoin de soutien. David souhaite faire l'alyah (émigrer en Israël) et Odile est partante en lui précisant qu'il faudrait apprendre l'hébreu. Chao souhaiterait retourner en Chine où il pourrait être à la tête d'une agence bancaire tandis que Charles souhaiterait faire carrière à Bollywood en Inde, là où Laure (qui est enceinte) se voit proposer un poste de juriste.

Lors du repas de famille de retrouvailles, l'ambiance qui au début paraît chaleureuse devient tendue quand Claude et Marie révèlent tous les clichés auxquels ils ont été confrontés lors de leur voyage; les couples en viennent à nouveau à se disputer.

En Côte d'Ivoire, Viviane, la soeur de Charles converse par skype avec Nicole qui s'avère être sa compagne; Viviane apprend qu'en France le mariage homosexuel est désormais possible et explose de joie quand elle apprend qu'elle va pouvoir se marier... mais Madeleine sa mère la surprend et lui fait avouer qu'elle veut se marier. Pour ne pas annoncer à son père qu'elle est lesbienne, Viviane prétend qu'elle va se marier avec Nicolea, que son père traduit par Nicolas.

Rendant visite au curé de Chinon qui a marié Laure, Marie apprend qu'un réfugié afghan du nom d'Arash est hébergé dans la sacristie et le curé lui demande de l'héberger chez elle. Sans en parler à Claude, elle le fait loger dans l'abri de jardin et l'embauche comme jardinier. Plus tard, Claude découvre Arash en train de tondre la pelouse et prend un couteau car il le prend pour un terroriste islamiste. Marie lui explique la situation.

Lors d'un nouveau repas de famille, Claude et Marie apprennent que leurs gendres et donc leurs filles (et leurs petits-enfants) vont s'en aller à l'étranger et qu'ils risquent de ne plus les voir. Refusant cela, ils sont prêts à tout pour empêcher que cela se produise. Claude tente de leur expliquer ce que c'est d'être français mais cela ne suffit pas à les dissuader.

David a toutefois bien du mal à apprendre l'hébreu et réfléchit sur sa décision de s'en aller ou non.

Lors d'un week-end où les couples sont invités à nouveau à Chinon, Chao qui arrive le premier aperçoit Arash avec une tronçonneuse allumée et le prend (lui aussi) pour un terroriste islamiste. Il menace de le blesser sérieusement en lui lançant des lames métalliques. Plus tard, Claude ayant surpris Arash en train de prier et ayant installé une ceinture pour son dos (que Claude prend pour une ceinture d'explosifs) l'assomme d'un coup de pelle en plein visage et lui casse trois dents.

Claude et Marie ont l'idée de montrer à leurs gendres que la France est un superbe pays , que les gens croient vivre en enfer alors qu'ils sont au paradis, ils passent devant le théâtre de Saumur... où Claude a demandé à la directrice du théâtre de rechercher un comédien noir pour un rôle et que Charles aille à un essai. Claude parle ensuite de l'agence bancaire qui aurait cruellement besoin d'un directeur, qu'il y a une entreprise à reprendre et enfin que les producteurs de vin locaux auraient besoin d'un avocat pour lutter contre les multinationales. Les gendres comprennent le manège mais sont pourtant touchés par le plan de leurs beaux-parents.

Claude apprend également de la bouche de Charles que Viviane va se marier avec une femme et éclate de rire en pensant à la réaction qu'aura André Koffi... qui s'évanouira au restaurant au moment où il comprend que sa fille est lesbienne.

Finalement, David se décide à ne pas aller en Israël et à reprendre l'entreprise proche de Chinon, Charles accepte de rester à Saumur car il est retenu pour le rôle et Rachid accepte d'aider les producteurs de vins locaux. Seul Chao persiste à se rendre en Chine... mais Marie réussit à l'en empêcher car elle a fait croire à l'ambassade chinoise que Chao était pro-tibétain.

André Koffi est alité chez les Verneuil et est exigeant sur sa nourriture; Claude finit par le convaincre d'assister au mariage de sa fille... faute de quoi Madeleine le quittera.

Le mariage a lieu et le couple Verneuil est ravi d'avoir leurs filles proches de chez eux ainsi que leurs petits-enfants.

Fiche techniqueModifier

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données Unifrance

DistributionModifier

ProductionModifier

Tournage

Contrairement au premier film Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? où seuls deux plans avaient été filmés à Chinon (Indre-et-Loire), la suite laisse apercevoir bien davantage sur la ville de résidence des Verneuil et sur la région. On aperçoit ainsi le centre de Chinon, sa forteresse royale, la ville de Saumur (Maine-et-Loire)[2]avec notamment son théâtre et son château.

Le tournage au Château de Chenonceau a été fait en extérieur dans les jardins de Diane de Poitiers, en utilisant un drone[3].

Faux-raccords
  • Lors de la scène où le couple Verneuil est à bord du vol les ramenant vers la France et où ils critiquent les pays de leurs gendres qu'ils ont dû visiter, on aperçoit brièvement avant cette scène qu'ils sont à bord d'un Airbus A380 d'Air France (immatriculation F-HPJA), mais après cette scène, on voit leur avion atterrir et il s'agit cette fois-ci d'un Boeing B777 d'Air France (immatriculation F-GSPD),
  • Lors du trajet en TGV des quatre gendres invités par leur beau-père à se rendre à Chinon, on aperçoit brièvement extérieurement qu'ils sont à bord d'une rame TGV Atlantique, mais la scène suivante en intérieur se déroule à l'étage supérieur d'un TGV Duplex.

AccueilModifier

CritiquesModifier

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?

Score cumulé
SiteNote
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Figaro 
CinéSéries 
Première 

Les avis divergent au sujet du film dans la presse française.

Si Le Figaro est positif en écrivant « Ce second opus est encore meilleur que le premier sorti en 2014. Le scénario cosigné Philippe de Chauveron et Guy Laurent est particulièrement bien écrit. Les répliques fusent. Les rebondissements sont multiples »[4].

CinéSéries est un peu plus mesuré « offre de joyeuses et politiquement correctes retrouvailles avec la famille Verneuil »[5].

Tandis que Première émet un avis négatif « Qu'est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? s’avère beaucoup moins inspiré que son aîné et malgré les efforts surhumains déployés par Chantal Lauby et Christian Clavier (plus patriote que jamais), le concept semble déjà bien usé »[6].

ExploitationModifier

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  France 6 711 618 entrées[7] 17

  Total Monde 9 605 779 entrées[7] 24

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Découvrez la bande-annonce de la comédie Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? », sur Le Blog TV News.
  2. « Christian Clavier pour un vrai tournage à Chinon ? », sur La Nouvelle République, (consulté le 5 février 2019).
  3. Claire Bommelaer, « Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?, une sacrée publicité pour le Val de Loire », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 17 juin 2019)
  4. « Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? : un film plus réussi encore que le premier », sur FIGARO, (consulté le 27 février 2019)
  5. « Critique de Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? (Film, 2019) », sur CinéSéries, (consulté le 27 février 2019)
  6. « Qu’est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ? est une suite assez anecdotique (critique) », sur Premiere.fr, (consulté le 27 février 2019)
  7. a et b « Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu », sur JP's Box-Office (consulté le 19 avril 2019)

BibliographieModifier

Liens externesModifier