Procrastination

tendance à remettre systématiquement à plus tard des actions par manque de motivation

La procrastination (du latin pro « en avant » et crastinus « du lendemain ») est une tendance à remettre systématiquement à plus tard des actions, qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non. Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.

Gilbert Stuart remit durant quinze ans l'achèvement de ce portrait d'Abigail Adams.

Origine

modifier

Procrastiner vient du mot latin « procrastinare » qui signifie « remettre au lendemain », et partage également l'étymologie du terme grec « akrasia », qui signifie « agir à l'encontre de son meilleur jugement »[1].

Profil et comportements types

modifier

Être un retardataire chronique ne signifie pas ne rien faire. Au contraire, le sujet peut être pris d’une véritable frénésie d’activités (aller faire les courses, entamer un grand ménage de printemps, repeindre les volets, prendre des nouvelles de la grand-mère, faire de la maintenance informatique, etc.), tant que celles-ci ne possèdent aucun rapport avec la tâche problématique[2].

Psychologie

modifier

Les causes psychologiques de procrastination sont toujours sujettes aux débats. Par étude clinique, il y aurait une connexion avec l'anxiété et une faible estime de soi. D'un autre côté, par étude méta-analytique, l'anxiété et le perfectionnisme n'ont aucune connexion ou, au mieux, une connexion extrêmement faible avec la procrastination. À la place, la procrastination est fortement connectée avec un manque de confiance en soi (par exemple l'impuissance apprise), l'ennui et l'apathie. La plus forte connexion avec la procrastination, cependant, est l'impulsivité[3][Comment ?].

Selon le psychologue Walter Mischel de l'université Stanford, qui a mené des expériences dans les années 1960, ce phénomène est principalement dû à un manque d'apprentissage de la maîtrise de soi. Selon lui, et quelques autres universitaires à sa suite, on peut apprendre cela[Quoi ?] « vite et bien », ce qui est le cas des enfants, lorsque les parents les guident dans cet apprentissage[4],[5].

René Le Senne distingue, en caractérologie, le sous-type actif, qui fait ce qu'il doit faire indépendamment du plaisir qu'il y trouve, du sous-type émotif, qui agit seulement quand il est porté par l'enthousiasme, et sur ce qui lui apporte des satisfactions immédiates. Le groupement « E nA » (émotif-non actif) peut donc donner une apparence trompeuse d'activité pour un domaine donné, tandis que le groupement nE nA sera le plus propice à la procrastination.

Pour Sigmund Freud la procrastination est un problème de l'égo lié à un manque de confiance en soi : c'est la crainte de l'échec qui entrave l'action. Pour d'autres spécialistes, c'est au contraire l'excès de confiance qui explique la procrastination : le procrastineur se met au travail à la dernière minute, surestimant ses capacités. D'autres analyses sont également contradictoires, avec notamment la théorie que l'optimisme explique la procrastination, avec l'anticipation que dans le futur la motivation viendra, ou à l'inverse que le pessimisme est l'explication : l'anticipation exagérée d'une souffrance au travail conduit au report de l'engagement, par peur.

L'explication la plus en vogue en 2023 serait liée à l'émotion[1] : les procrastineurs sont mal dans leur peau et travailler rend leur situation encore plus pénible, ce qui entraîne à chercher des plaisirs faciles, comme regarder des vidéos sur internet. La procrastination est simplement liée à l'absence de désir : il serait logique de commencer le travail en temps voulu, mais, comme l'ont démontré deux prix Nobel, Richard Thaler et Robert Shiller, l'être humain n'est pas complètement rationnel[1]. Socrate, selon Platon, a affirmé que l'akrasia — c'est-à-dire « agir à l'encontre de son meilleur jugement » — n'existe pas car il n'existe pas de « meilleur jugement » : l'action est seulement la preuve d'une motivation, d'un désir, et qu'en son absence, il vaut mieux songer à un changement d'action, notamment un changement de métier[1].

Neurologie

modifier

Une étude parue en 2022 établit un lien entre la pénibilité, le délai et la récompense pour des tâches fastidieuses[6] ; elle montre que le cerveau des personnes qui procrastinent dévalue la pénibilité d'une tâche si elle est remise à plus tard, mais que la récompense n'est pas dévaluée. À l'inverse, les personnes ne procrastinant pas ne voient pas la tâche comme moins pénible, mais moins gratifiante, en la réalisant rapidement.

La zone du cerveau impliquée dans ce processus serait le cortex cingulaire antérieur, qui établit un calcul coût-bénéfice lorsqu'il est confronté à un choix de repousser ou non une tâche[6].

Génétique

modifier

L'héritabilité de la procrastination a été démontrée grâce à des études sur des jumeaux expliquant les liens entre impulsivité et procrastination[7]. Elles ont notamment montré que :

  • la procrastination est un trait héritable ;
  • l'impulsivité et la procrastination partagent une variabilité génétique importante ;
  • la capacité de gestion des objectifs est une composante importante de cette variation.

Procrastination scolaire

modifier

Différentes études tendent à montrer que des étudiants en phase de stress développent la procrastination et ont tendance à avoir une « addiction à l'internet »[8],[9],[10],[11],[12].

Fréquence

modifier

En 2023, Slate indique que la procrastination augmente : selon une étude du professeur canadien Piers Steel, les personnes se considérant comme procrastinateurs représentent 5 % de la population en 1978 à 26 % en 2007 ; et la procrastination a probablement augmenté ensuite ; d'après les scientifiques, la procrastination est liée au fait de pouvoir se distraire, et le niveau de distraction a beaucoup augmenté en 15 ans, notamment via internet. Slate suggère même que la procrastination est devenue un problème collectif, si l'on considère que les efforts qui devraient être réalisés pour endiguer le réchauffement climatique sont repoussés à plus tard[1].

Journée mondiale de la procrastination

modifier

Le est la « journée mondiale de la procrastination » lancée en 2010 par David d'Équainville, fondateur de la maison d'édition Anabet[13],[14].

En littérature

modifier
  • La procrastination est le symptôme de l'oblomovisme, thème principal d'Oblomov, d'Ivan Gontcharov.
  • Un leitmotiv dans le fameux Journal intime d'Henri-Frédéric Amiel : « […] Je ne lis toujours rien, sauf les journaux, et je ne trouve le temps pour rien. Une immense paresse engourdit de plus en plus mon être, et la procrastination du vieux professeur réduit à zéro ma vie utile. Toujours ni but, ni volonté, ni plan, ni énergie, ni espérance ; vie au jour le jour et à vau-l’eau[15]. »
  • L'expression est utilisée par Marcel Proust dans À la recherche du temps perdu : « Les difficultés que ma santé, mon indécision, ma « procrastination », comme disait Saint-Loup, mettaient à réaliser n'importe quoi, m'avaient fait remettre de jour en jour, de mois en mois, d'année en année, l'éclaircissement de certains soupçons comme l'accomplissement de certains désirs[16]. »
  • La version française de l'un des tomes des Annales du Disque-monde de Terry Pratchett s'intitule Procrastination.
  • Élisabeth Canitrot, La Tentation du lendemain (2010).
  • Le philosophe John Perry a publié en 2012 un essai intitulé La Procrastination : L'Art de remettre au lendemain[17].
  • Le premier chapitre de La Conscience de Zeno d'Italo Svevo traite du rapport entre son héros et le tabac. Il est ainsi question de sa résolution reconduite de jour en jour d'arrêter de fumer dès le lendemain et donc de procrastination.

Notes et références

modifier

Références

modifier
  1. a b c d et e Franklin Schneider, « Et si la procrastination était surtout une affaire de désir ? », sur Slate.fr, (consulté le ).
  2. (en) John Perry, « How to procrastinate and still get things done », The Chronicle of Higher Education (en),‎ (lire en ligne).
  3. (en) Steel Piers, The procrastination equation : how to stop putting things off and start getting stuff done, New York, HarperCollins, (ISBN 978-0-06-170361-4, lire en ligne).
  4. Pourquoi remettons-nous souvent les choses au lendemain ?, article du Le Monde, daté du 7 janvier 2011.
  5. Pourquoi remettons-nous souvent les choses au lendemain ?, Hubert Guillaud, publié le 7 décembre 2010 sur InertnetActu.net.
  6. a et b (en) Raphaël Le Bouc et Mathias Pessiglione, « A neuro-computational account of procrastination behavior », Nature Communications, vol. 13, no 1,‎ , p. 5639 (ISSN 2041-1723, DOI 10.1038/s41467-022-33119-w, lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) Daniel E. Gustavson, Akira Miyake, John K. Hewitt et Naomi P. Friedman, « Genetic Relations Among Procrastination, Impulsivity, and Goal-Management Ability: Implications for the Evolutionary Origin of Procrastination », Psychological Science, vol. 25, no 6,‎ , p. 1178–1188 (ISSN 0956-7976 et 1467-9280, PMID 24705635, PMCID PMC4185275, DOI 10.1177/0956797614526260, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) nha Kim, Hyeongi Hong, Jungeun Lee et Myoung-Ho Hyun, « Effects of time perspective and self-control on procrastination and Internet addiction », Journal of Behavioral Addictions, vol. 6, no 2,‎ , p. 229–236 (ISSN 2062-5871, DOI 10.1556/2006.6.2017.017, lire en ligne) (licence CC)
  9. (en) Shuai-lei Lian, Xiao-jun Sun, Zong-kui Zhou, Cui-ying Fan, Geng-feng Niu et Qing-qi Liu, « Social networking site addiction and undergraduate students’ irrational procrastination: The mediating role of social networking site fatigue and the moderating role of effortful control », PLoS ONE, vol. 13, no 12,‎ (DOI 10.1371/journal.pone.0208162) (licence CC)
  10. (en) Mehmet Kandemir, « Predictors of Academic Procrastination: Coping with Stress, Internet Addiction and Academic Motivation », World Applied Sciences Journal, vol. 32, no 5,‎ , p. 930-938 (ISSN 1818-4952, DOI 10.5829/idosi.wasj.2014.32.05.60)
  11. Kimberly S. Yong et Robert C. Rogers, « The Relationship Between Depression and Internet Addiction », CyberPsychology & Behavior, vol. 1, no 1,‎ (DOI 10.1089/cpb.1998.1.25)
  12. (es) Silvia Castro Bolaños et Karime Mahamud Rodríguez, « Investigaciones Procrastinación académica y adicción a internet en estudiantes universitarios de Lima Metropolitana », Avances en Psicología: Revista de la Facultad de Psicología y Humanidades, vol. 25, no 2,‎ (lire en ligne) (licence CC)
  13. « Journée mondiale de la procrastination : « Ce n'est pas un problème, c'est une solution » », sur 20minutes.fr, .
  14. Big Média Bpifrance.fr, « 7 conseils pour lutter contre la procrastination », sur bigmedia.bpifrance.fr, (consulté le )
  15. Henri-Frédéric Amiel, Journal intime, t. III, édition L'âge d'homme, 1980, p. 618.
  16. Marcel Proust, Albertine disparue, Gallimard, 1988, p. 93.
  17. Perry 2012.

Annexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Ouvrages

modifier
  • Jane B. Burka et Lenora M. Yuen, Pourquoi remettre à plus tard ?, trad. par Brigitte Fréger, Montréal, Le Jour, 1987 (ISBN 2-89044-372-8).
  • Rita Emmett, Ces gens qui remettent tout à demain, trad. par Normand Paiement, Montréal, Éd. de l’Homme, 2001 (ISBN 2-7619-1589-5).
  • Stéphanie Hahusseau, Comment ne pas se gâcher la vie, Paris, Odile Jacob, 2003 (ISBN 2-7381-1276-5).
  • Bruno Koeltz, Comment ne pas tout remettre au lendemain, Paris, Odile Jacob, 2006 (ISBN 2-7381-1710-4).
  • (en) Neil A. Fiore, The now habit : a strategic program for overcoming procrastination and enjoying guilt-free play, éd. revue, New York, Penguin, 2007 (ISBN 978-1-58542-552-5) [la 1re éd. date de 1989].
  • Kathrin Passig et Sascha Lobo, Demain, c'est bien aussi : apprendre à gérer sa vie sans aucune discipline personnelle, trad. par Amélie de Maupeou, Paris, Anabet Éd., 2010 (ISBN 978-2-35266-064-4).
  • Piers Steel, Procrastination : pourquoi remet-on à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui ?, trad. par Pascal Loubet, Paris, Éd. Privé, 2010 (ISBN 978-2-35076-102-2).
  • John Perry (trad. de l'anglais par Myriam Dennehy), La Procrastination : L'Art de reporter au lendemain [« The Art of Procrastination: A Guide to Effective Dawdling, Lollygagging and Postponing »], Paris, Autrement, coll. « Les grands mots », , 136 p. (ISBN 978-2-7467-3341-1 et 978-2-7467-3378-7, lire en ligne).
  • Monique Richter, Aujourd'hui (et non demain), j'arrête de procrastiner ! : plan de bataille pour se réaliser, Paris, Éd. First, 2015 (ISBN 978-2-7540-7254-0).
  • Ludwig Petr, En finir avec la procrastination, Paris, Maxima, 2016 (ISBN 978-2-84001-865-0).
  • Diane Ballonad Rolland, J'arrête de procrastiner ! : 21 jours pour arrêter de tout remettre au lendemain, Paris, Eyrolles, 2016 (ISBN 978-2-212-56279-8).

Articles

modifier

Filmographie

modifier
  • On verra demain : Excursion en Procrasti-Nation (2019), série de films de la chaîne Arte portant sur la procrastination, faisant intervenir une pluralité d’invités dont l’historien Pascal Ory [voir en ligne].

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Bases de données et dictionnaires

modifier