Prison d'Aiud

prison roumaine

Prison d'Aiud
(ro) Penitenciarul Aiud
Image de l'établissement
Tour de guet à la prison d'Aiud
Localisation
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Coat of arms of Transylvania.svg Transylvanie
Județ Alba
Municipalité Aiud
Coordonnées 46° 18′ 49″ nord, 23° 43′ 38″ est
Géolocalisation sur la carte : județ d'Alba
(Voir situation sur carte : județ d'Alba)
Prison d'Aiud
Géolocalisation sur la carte : Transylvanie
(Voir situation sur carte : Transylvanie)
Prison d'Aiud
Géolocalisation sur la carte : Roumanie
(Voir situation sur carte : Roumanie)
Prison d'Aiud
Installations
Type Prison
Fonctionnement
Opérateur Drapeau de la Roumanie Administration nationale des pénitenciers (RO) (d)

La prison d'Aiud (en roumain : Penitenciarul Aiud) est un complexe pénitentiaire roumain situé dans la localité d'Aiud (Județ d'Alba), dans le centre de la Transylvanie. Elle est tristement célèbre pour le traitement de ses détenus politiques, en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale sous le régime d'Ion Antonescu, et plus tard sous le régime communiste.

HistoireModifier

Premiers joursModifier

La première mention de la structure date de 1786. De 1839 à 1849, elle servit de prison à côté du tribunal d'Aiud. Après avoir été dévastée par un incendie en janvier 1849, une nouvelle prison est construite en 1857 et achevée en 1860. Une unité d'isolement, nommée Zarca (du hongrois zárka, signifiant solitaire), a été ajoutée en 1881–1882. Enfin, entre 1889 et 1892, une unité en forme de T avec 312 cellules individuelles a été érigée[1].

L'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondialeModifier

Au cours de la période 1926-1943, quelque 143 militants communistes ont été emprisonnés au pénitencier d'Aiud. De plus, après la défaite de la rébellion des légionnaires en 1941, des membres de la Garde de fer y furent également détenus. Le plus grand nombre de prisonniers politiques détenus à Aiud pendant la guerre s'est produit à la fin de 1944, lorsque 851 détenus avaient été reconnus coupables de crimes politiques et 6 étaient soupçonnés d'avoir commis de tels délits[2].

L'ère communisteModifier

Avec les prisons de Sighet, Gherla et Râmnicu Sărat, le pénitencier d'Aiud était le lieu de détention le plus important et le plus dur pour les prisonniers politiques de la Roumanie communiste[3]. Les prisonniers politiques ont été détenus dans cet établissement de 1945 jusqu'à la révolution roumaine de 1989. En 1945, il ne restait plus que 164 détenus à Aiud; à la fin de 1946, il y avait 345 détenus condamnés pour crimes politiques. Ces chiffres ont augmenté en 1947 à 256, et en 1948 à 889. Dans l'ensemble, au cours des 4 premières années après la guerre, les autorités ont incarcéré à la prison d'Aiud 2 405 personnes condamnées et 1 683 personnes inculpées[3],[4].

D'octobre 1948 à novembre 1949, plus de 4 000 prisonniers politiques ont été amenés à la prison d'Aiud, alors qu'au début des années 1950, le taux annuel était supérieur à 2 000[5]. Selon une étude réalisée par le Centre international d'études sur le communisme, 16,2% de tous les prisonniers politiques de la Roumanie communiste ont passé du temps à Aiud[6]. De 1945 à 1965, 563 décès ont été enregistrés à la prison, culminant en 1947, 1950 et 1961 à 110, 81 et 49, respectivement. Ces décès étaient principalement dus au typhus, au froid, au manque de soins médicaux, à la malnutrition et à la détention solitaire à la Zarca[5]. Le nombre total de décès de prisonniers à Aiud de 1945 à 1989 a été estimé à 782[7].

Un rapport de la CIA de janvier 1954 observe : « La prison d'Aiud est l'une des plus grandes et des plus dures de Roumanie. Aucune lettre ou colis provenant de chez eux n'est autorisé aux prisonniers politiques, sauf qu'ils sont parfois autorisés à écrire chez eux pour des vêtements d'hiver. [...] La punition consiste en l'enfermement dans la « réserve », une boîte presque sans air ; travail forcé; ou travailler sur le célèbre canal Danube-mer Noire . »[8]. Dans ses mémoires, Donnez-nous chaque jour notre prison quotidienne, Ion Ioanid raconte les 12 années qu'il a passées dans les prisons et les camps de travail de la Roumanie communiste. Il note que l'isolement d'Aiud du monde extérieur était le plus sévère et déclare : « Sa réputation était bien établie. La prison de toutes les prisons. C'est devenu un symbole. Le Saint des Saints. »[9].

De 1945 à 1948, le directeur de la prison d'Aiud était Alexandru Guțan ; pendant son mandat, le premier programme de rééducation en Roumanie communiste y a eu lieu. D'après son témoignage (disponible dans les archives du National Council for the Study of the Securitate Archives, « un travail de diversion politique qui conduirait à la discorde et à l'écrasement » était nécessaire[10]. Alors que Ștefan Koller était le commandant de la prison, de 1953 à 1958, les conditions étaient extrêmement dures et plus de 100 détenus sont morts[11]. La plupart des décès à Aiud sont survenus de 1958 à 1964, lorsque le célèbre colonel de la Securitate Gheorghe Crăciun était responsable[12].

Utilisation actuelleModifier

La prison est aujourd'hui en service en tant que « pénitencier à sécurité maximale »; en février 2022, il y avait 737 détenus à Aiud[13]. En 2017, une salle du pénitencier a été dédiée à la mémoire d'un des prisonniers politiques de la période communiste, Petre Țuțea ; la salle est un espace destiné aux activités d'assistance éducative et psychosociale en faveur des détenus actuels[14].

DirecteursModifier

Les directeurs de la prison d'Aiud à l'époque communiste étaient les suivants[15],[16],[17],[18] :

  • Commandant Alexandru Guțan, 1945-1948
  • Commandant Alexandru Farcas, 1948-1950
  • Capitaine Nicolae Dorobanțu, 1950–1953
  • Colonel Stefan Koller, 1953–1958
  • Colonel Gheorghe Crăciun, novembre 1958 - 31 décembre 1964
  • Colonel Iorgu Volcescu, 1965-1973
  • Colonel Traian moldave, 1973-1978
  • Lieutenant-colonel Mihai Damian, 1978-1981
  • Colonel Vasile Rus, 1er décembre 1981-1er avril 1987
  • Colonel Vasile Țârtan, 1er avril 1987-26 avril 1991

Détenus notablesModifier

Ceci est une liste partielle des détenus notables de la prison d'Aiud; le symbole † indique ceux qui y sont morts.

Notes et référencesModifier

  • (ro) « Cadru istoric », Martiri Aiud (consulté le )
  • « Wayback Machine », sur web.archive.org (consulté le )
  • a et b (ro) Andrei Muraru, Dicționarul penitenciarelor din România comunistă: 1945–1967, Iași, Polirom, (ISBN 978-973-46-0893-5, OCLC 297531689, lire en ligne)
  • (ro) Hațegan, « Aiud – lagăr de exterminare pentru opozanții sistemului comunist », HotNews, (consulté le )
  • a et b (ro) Țârău et Ciupea, « Morții penitenciarului Aiud 1945–1965 » (consulté le )
  • (ro) « Recensământul populației concentraționare din România în anii 1945–1989 (date preliminare) » (consulté le )
  • (en-US) « TORTIONARII INCHISORILOR ROMANIEI (1) », sur Cuvântul Ortodox, (consulté le )
  • « Information Report – Rumania – Aiud Prison » [archive du ], Central Intelligence Agency, (consulté le )
  • Ion Ioanid, Închisoarea noastră cea de toate zilele. Editia a III-a. Vol. I, Bucharest, Romania, Editura Humanitas, (ISBN 978-973-50-4203-5), p. 473
  • Ionescu, « Makarenko's and Țurcanu's Re-Education Projects: Debunking a Myth in Romanian Historiography », Partial Answers: Journal of Literature and the History of Ideas, vol. 20, no 1,‎ , p. 1–26 (DOI 10.1353/pan.2022.0004)
  • (ro) Iancu, « Poveștile torționarilor care au semănat groaza în temnițele comuniste: au bătut, au ucis și au trăit regește după Revoluție », (consulté le )
  • (ro) « Cei mai temuţi şefi ai Securităţii - colonelul Gheorghe Crăciun, despre care se spune că ar fi inventat carcera de 60/60 de centimetri căptuşită cu cuie », sur adevarul.ro (consulté le )
  • (ro) « Penitenciarul Aiud », anp.gov.ro, Administrația Națională a Penitenciarelor (consulté le )
  • (ro) Pau, « Sala "Petre Țuțea" a Penitenciarului Aiud a fost sfințită », basilica.ro, (consulté le )
  • (ro) Țimonea, « Torționarii de la Penitenciarul Aiud: reeducare și teroare în perioada comunistă », (consulté le )
  • (ro) Găină, « Cei mai temuți șefi ai Securității – colonelul Gheorghe Crăciun, despre care se spune că ar fi inventat carcera de 60/60 de centimetri căptușită cu cuie », (consulté le )
  • (ro) Cicău, « Miliția Spirituală: Cinci ardeleni apar pe lista torționarilor din lotul Vișinescu », (consulté le )
  • (ro) « Torționarii închisorilor României », www.cuvantul-ortodox.ro, (consulté le )
  • Liens externesModifier