Ștefana Velisar Teodoreanu

poétesse, romancière et traductrice roumaine

Ștefana Velisar Teodoreanu (née Maria Ștefana Lupașcu, également crédité comme Ștefania Velisar ou Lily Teodoreanu ; – 30 ou ) était une romancière, poète et traductrice roumaine, épouse de l'écrivain Ionel Teodoreanu. Encouragée à écrire par son mari, elle est une fine représentante du mouvement traditionaliste Poporaniste, qu'infuse avec des thèmes moraux de l'Orthodoxie roumaine, et des échos de littérature moderniste. Ses œuvres de jeunesse, qui coïncident avec la Seconde Guerre mondiale se composent principalement de romans centrés sur les conflits internes et la triomphe de la morale des provinciales comme elle. Formant un contrepoint aux livres de son époux, ils sont très appréciés à leur époque mais seront plus tard critiqués pour être idyllique et didactique.

Ștefana Velisar Teodoreanu
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités

Anti-communiste comme son mari, Velisar aide des écrivains et des personnalités politiques persécutés par le régime communiste. Elle continue à publier, principalement des traductions collaboratives jusqu'à la fin des années 1960, et lui vaut des éloges pour ses interprétations de la littérature russe classique. Pendant le même intervalle, elle devient veuve, au moment où sa famille est mise sous pression par le pouvoir communiste ; son beau-frère Păstorel a été emprisonné, tout comme son ami Dinu Pillat, tandis que d'autres personnes dans son cercle de connaissances fuient la Roumanie. De nouveau bien vu par le pouvoir à la fin des années 1960, Velisar se retire au Monastère de Văratec. Ses derniers travaux comprennent un livre de mémoires sur ses années avec Teodoreanu, ainsi que des lettres qu'elle a envoyées à la famille Pillat, collecté en un livre en 2010.

BiographieModifier

Origines et débutsModifier

Née en Suisse dans la station de ski de Saint-Moritz, ses parents sont les diplomate Ștefan Lupașcu (1872-1946)[1] et son épouse française Maria Mazurier[2],[3]. Son père, un franc-maçon de haut-rang, est un descendant de la noblesse boyard de Moldavie[4]. Il est l'oncle paternel du philosophe français Stéphane Lupasco. La mère de Velisar, une ancienne gouvernante est boudée par Lupașcu et est largement absente de la vie de Velisar ; avec son père, lui aussi loin de par ses affaires diplomatiques et ses voyages d'affaires, elle est surtout élevée par sa famille roumaine. Plus tard, elle racontera avoir fréquenté l’école primaire en France[5]. Elle est diplômée de l'École centrale pour filles de Bucarest, dirigée par sa tante Maria, épouse du romancier Barbu Delavrancea.

Pendant les campagnes de la Première Guerre mondiale, elle vit avec ses cousines Delavrancea, Celia et Henrieta à Iași ; c'est grâce à eux que vers 1916, elle rencontre l'étudiant et écrivain en herbe, Ionel Teodoreanu, fils de l'avocat-politicien Osvald Teodoreanu[6]. Selon ses dires, il est immédiatement attiré par son teint sombre et ses « brillants yeux noirs », mais il admire aussi ses tentatives littéraires, et l'encourage à continuer. En , des versets attestant de son amour pour elle sont publiés dans le magazine Însemnări Literare[7].

Elle épouse Ionel en 1920, lors d'une cérémonie à laquelle assistent les membres du cercle littéraire de la Viața Românească, y compris le doyen Garabet Ibrăileanu — qui prend part à la danse[8]. Elle devient donc la belle-sœur de l'humoriste Păstorel, qu'elle admire[9], bien que, selon le poète Ștefan I. Nenițescu, elle est maintenant la plus talentueuse des Teodoreanu[10]. Elle donne naissance à des jumeaux, Ștefan "Cefone" (ou "Afane") et Osvald "Gogo"[11]. La nouvelle famille vit dans une maison rue Kogălniceanu à Iași, et est pendant de longues années, voisine avec les Ibrăileanu, Petru Poni, et Alexandru Philippide[12]. Ils ont pour ami proche le romancier Mihail Sadoveanu, avec qui ils se rendent en Turquie en 1934[13]; à l'époque, Sadoveanu rejoint la même loge Maçonnique que Lupașcu.

Avec les frères de Teodoreanu et Sadoveanu, Velisar est fréquemment invitée aux réunions de la Viața Românească. Son premier texte est publié en 1929, par Tudor Arghezi dans le magazine Bilete de Papagal ; elle contribue également à la revue Fundațiilor Régaler et à Familia. Son nom de plume « Velisar » est utilisé par son mari dans son œuvre majeure, le roman La Medeleni (1925), pour un personnage directement calqué sur Lupașcu. Velisar elle-même apparaît dans un autre roman de son mari Bal mascat, publié à ses débuts[14].

Seconde Guerre mondialeModifier

 
Ștefana et Ionel Teodoreanu en 1931. Dessin de Ștefan Dimitrescu

Déménageant à Bucarest en 1938[15], la famille est maintenant propriétaire d'une maison de maître rue Romulus à l'ouest de Dudești[16]. Ils sont également propriétaires d'une maison rue Mihai Eminescu à Dorobanți, qu'Ionel reçoit de la Fédération des Communautés Juives, pour ses services en tant qu'avocat[17]. Velisar est devenue une auteure publiée peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale, avec Calendar vechi en 1939, qui lui vaut le prix de l'Association des Intellectuels roumains. Ce roman est suivi en 1940 par Viața cea de toate zilele et, en 1943 par une histoire lyrique, Cloșca cu pui[18].

Sa prose, considérée par la critique comme la quintessence du « parfum féminin », et même « massivement maternelle »[19] balance vers le lyrisme et l'ornementation. En , le critique moderniste Eugen Lovinescu écrit que son « très tendre talent » se démarque des autres auteures féminines émergentes de l'époque : elle adhère ni à la « psychologique de l'érotisme » de Cella Serghi et Lucie Démétrius, ni à la « sensualité incendiaire » de Sorana Gurian[20]. Selon la chercheuse Elena Panait, à la fois pour la construction des personnages et en termes de message littéraire message, les œuvres de Velisar la rapproche de Rabindranath Tagore, Léon Tolstoï, et Ivan Tourgueniev. Elle reste une lectrice passionnée de Tagore dans ses vieux jours[21].

Viața cea de toate zilele, écrit à la première personne, montre les tourments de Baba, une femme au foyer prise au piège dans un cadre provincial, et blessée dans un accident. La stérilité de sa vie dans un târg se termine avec le geste de libération de Baba, un retour à la liberté et l'auto-discipline imposée de la campagne[22],[23]. Cette vision des provinciaux et de la terre est vue par le savant Aurel Martin comme un ethos régionaliste, montrant l'attachement culturel de Velisar à la Moldavie[24]. Riche en symboles chrétiens, jusqu'à la scène finale (avec un « par inadvertance » signe de croix), Viața cea de toate zilele montre selon Panait « la foi en les valeurs humaines telles que la solidarité, la tolérance, la puissance de la mère et de l'amour conjugal »[25]. Ce message optimiste est atténué dans Cloșca cu pui, qui comprend des représentations de femmes désespérées.

Petru Comarnescu, qui a lu Viața... comme un roman psychologique, est impressionné par le travail, le voyant comme un échantillon de la « douceur roumaine et de sa grandeur spirituelle », « très différent de la production littéraire des écrivains contemporains ». Selon la critique Bianca Burța-Cernat, le ton général de ces travaux est « idyllique et moralisateur », « involontairement a-temporelle », et redevable à La Medeleni, ainsi qu'au traditionalisme cultivé par Viața Românească. Comme le note Burța-Cernat, son rapport au Poporanisme se fait grâce à son mari, plutôt que comme un « participante directe » —en cela, elle ressemble à Profira Sadoveanu, fille de l'écrivain et elle-même romancière[26]. En se concentrant également sur des éléments a-temporels, Panait voit Velisar comme une « rétro-moderniste », en ce qu'elle applique les techniques modernes d'écriture sur une vieille idéologie littéraire — « reconditionnement des conventions littéraires obsolètes », mais avec quelques « très timides innovations »[27]. Elle fait également valoir que l'ensemble de ces fragments sont des allusions directes à La Medeleni.

Au cœur de la Seconde Guerre mondiale, sous le régime pro-nazi de Ion Antonescu, les Teodoreanu se tournent vers le nationalisme roumain. Păstorel devient un auteur de propagande anti-communiste[28], tandis que Teodoreanu et sa femme écrivent des textes déplorant la destruction de la Grande Roumanie en 1940. Tous les deux franchissent les lignes officielles en discutant de la Transylvanie du Nord, cédée sous la pression nazie : Ionel avec ses romans qui passent la censure officielle, Velisar avec une lettre de soutien pour le magazine en exil Gazeta Transilvaniei[29].

Répression communiste et travail de traductionModifier

En tant que romancière, Velisar est publiée de nouveau après le coup d'état d'août 1944, avec Acasă (1947)[30]. Centrée sur une femme, il est noté pour sa « cruauté [...] doublé par une compréhension et une triste compassion »[31]. À l'époque, son mariage avec Teodoreanu prend l'eau, ses maîtresses commençant à être connues, juste avant qu'il ne tombe amoureux de l'actrice bessarabienne, Nadia Gray. Gray ne répond pas à ses avances, et il commence à boire[32].

À partir de ce moment, les deux Teodoreanu assistent avec inquiétude la montée du Parti Communiste roumain. Vers 1946, leur maison de la rue Romulus accueille les membres du Parti National-Libéral et des anti-communistes, y compris Mihail Fărcășanu et de leur filleul, Dinu Pillat ; c'était le dernier domicile  roumain de Fărcășanu et de sa femme Pia avant de fuir à l'Ouest. Velisar et les Delavrancea aident également une autre transfuge, la jeune critique littéraire Monica Lovinescu, en lui donnant des recommandations et des informations d'identification à utiliser à Paris[33]. La maison du couple est finalement confisquée pendant la nationalisation de 1947[34]. Un cousin de la famille, Alexandru Teodoreanu, est arrêté pour « haute trahison » en 1948. Ionel lui rend visite à la prison Uranus, et le défend en justice, mais Alexandru est condamné et envoyé à la prison d'Aiud[35].

Le régime communiste roumain permet à Velisar d'écrire, mais elle est forcée de s'adapter aux nouvelles exigences politiques; son mari, à cause des éléments politiques de ses œuvres de guerre, est interdit par la censure communiste[36]. Comme son beau-frère marginalisé[37], elle devient traductrice. Dans les années 1950, elle est l'auteure de traductions de littérature russe en collaboration avec d'autre straducteurs : en 1953, une collection de contes de fées russes, avec Xenia Stroe ; en 1955, la prose courte d'Alexeï Morozov, avec Domnica Curtoglu ; en 1955, Oblomov par Ivan Gontcharov, avec Tatiana Berindei, et d'autres versions de Tolstoï, Tourgueniev, et Dmitry Mamin-Sibiryak ; en 1956, des histoires de Maxime Gorki, avec Ada Steinberg. Harcelé par les autorités communistes, son mari meurt de façon inattendue au cours de la tempête de 1954. Velisar est dévastée quand, après les funérailles, elle découvre ses poèmes attestant d'une longue aventure avec une autre femme. Les obsèques sont suivies par Vintilă Russu-Șirianu et Vlaicu Bârna. Ce dernier, qui représente l'Union des écrivains de Roumanie, à plus tard rappelé que Velisar et ses deux fils ont été dignes dans la pauvreté[38].

 
Monastère de Văratec, où Velisar se retire dans ses dernières années

En 1957, avec Sergiu Dan et Irina Andreescu, Velisar traduit Semen Podiachev. En 1958, elle et Sirag Căscanian produisent une version roumaine des contes populaires arméniens d'Aram Ghanalanyan[38]. L'année suivante, Velisar termie Anna Karénine (sur lequel elle a travaillé avec Mihail Sevastos et I. Popovici) et Résurrection de Tolstoï (avec Ludmila Vidrașcu) ; elle publie ensuite la traduction de Quatre Jours de Vsevolod Garshin (en 1962, à nouveau avec Xenia Stroe), et des nouvelles de Leonid Andreyev (avec Isabella Dumbravă, 1963). En 1959, Păstorel est finalement arrêté pour son activité dans la littérature clandestine, impliqué dans le procès de Constantin Noica (à côté de la Dinu Pillat) et détenu pendant trois ans dans les prisons Aiud et Gherla[39].

Dernières annéesModifier

Velisar ravive son amitié avec Sadoveanu, lui rend visite pendant les derniers mois de sa vie. Avec sa veuve Valeria et l'historien de la littérature Zoe Dumitrescu-Bușulenga, Velisar commence à fréquenter un groupe de prières Orthodoxe et cercle littéraire au Monastère de Văratec[40]. C'est aussi là que, dans le nouveau climat de détente, elle revoit Pia Pillat, à qui les communistes ont permis de revenir en Roumanie, et son frère Dinu, libéré de prison. Au cours de l'amnistie des années 1960, Păstorel meurt d'un cancer au moment où les censeurs acceptent de publier un recueil de ses œuvres.

Le travail de traduction de Velisar se diversifie, quand elle et C. Duhăneanu sortent une version de Canaima de Rómulo Gallegos (1966). Suivi en 1967 par Kristin Lavransdatter de Sigrid Undset avec Alex Budișteanu ; puis, en 1971, par La Sonate à Kreutzer, avec C. Petrescu et S. Racevski, et le Premier Amour de Tourgueniev avec Sevastos et M. Cosma ; et, en 1972, par Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski avec Dumbravă. En 1969, Viața cea de toate zilele est réédité par la maison d'édition d'État Editura pentru literatură, avec une préface d'Aurel Martin[41]. Velisar commence également la rédaction de ses mémoires intitulé Ursitul (1970). Réédité en 1979, ce dernier livre est décrit par Burța-Cernat comme son meilleur, bien qu'éclipsé par ses « excellentes traductions de la littérature russe »[42]. Il montre son défunt mari comme son seul vrai idéal amour. Son dernier roman, Căminul, sort en 1971, suivi dix ans plus tard par le recueil de poésie Șoapte întru asfințit (1981).

La dernière résidence de Velisar à Bucarest est une maison de ville mal entretenue dans le quartier de Iancului quartier[43]. En tant qu'invité de l'Union des Écrivains, elle passe souvent  l'hiver au Palais de Mogoșoaia, quand sa maison est rendue inhabitable par les réductions sur les dépenses de chauffage de Nicolae Ceaușescu ; l'été, elle est souvent à la maison ancestrale des Pillat à Izvorani. L'une de ses dernières contributions à l'histoire littéraire est une émission de Radio Roumanie dans laquelle elle discute de Sadoveanu. En 1980, elle préface une édition de poèmes de jeunesse inédits de Sadoveanu, leur donnant un accueil enthousiaste. Vers 1982, elle déménage à Văratec, refusant d'être vu les gens extérieurs au monastère[44].

Velisar meurt cinq ans après la fin du communisme, le 30 ou . Elle est enterrée dans la crypte des Delavrancea au cimetière Bellu, aux côtés de Ionel et Păstorel. Elle laisse dans le deuil ses deux jumeaux —Ștefan meurt en 2006. Ses diverses traductions sont encore publiées, aux côtés de celles d'Otilia Cazimir et d'autres, dans une édition intégrale des récits d'Anton Tchekhov. La critique salue cette nouvelle édition parue en 1999[45] et 2006[46]. En 2010, la maison d'édition Humanitas publie sa correspondance avec les Pillat dans le cadre de l'ouvrage collectif Minunea timpului trăit. Sa maison d'Iancului , bien que situé à l'opposé du siège de Pro TV est considérée « au-delà de la réparation »[47]. Une plaque commémorative est apposée sur sa maison des années 1940 dans la rue Mihai Eminescu[48].

NotesModifier

  1. (ro) Basarab Nicolescu, « Stéphane Lupasco și francmasoneria română », Convorbiri Literare,‎ (lire en ligne)
  2. (ro) Cornelia Pillat, « Ștefana Velisar Teodoreanu. Corespondență inedită: scrisori din roase plicuri », România Literară,‎ (lire en ligne)
  3. Gheorghe Perian, "Velisar Teodoreanu Ștefana", in Aurel Sasu (ed.), Dicționarul biografic al literaturii române, Vol. II, p. 801. Pitești: Editura Paralela 45 (en), 2004. (ISBN 973-697-758-7)
  4. Mihai Sorin Rădulescu, "Despre aristocrația românească în timpul regimului comunist", in Lucian Boia (ed.), Miturile comunismului românesc, p. 349. Bucharest: Editura Nemira (en), 1998. (ISBN 973-569-209-0)
  5. Panait, p. 115
  6. (ro) Constantin Ostap, « Păstorel Teodoreanu, reeditat in 2007 », Ziarul de Iași,‎ (lire en ligne)
  7. Tudor Opriș, Istoria debutului literar al scriitorilor români în timpul școlii (1820–2000), p. 234. Bucharest: Aramis Print, 2002. (ISBN 973-8294-72-X)
  8. Nastasă, p. 208–209
  9. (ro) G. Pienescu, « Al. O. Teodoreanu », România Literară,‎
  10. Panait, p. 116
  11. Ostap (2012), p. 53, 55
  12. Nastasă, p. 379–380, 392
  13. Mihail Sadoveanu, "Roxelana", in Revista Fundațiilor Regale (en), Nr. 1/1946, p. 62
  14. Eugenia Mureșanu, "Vitrina cărții. Cronica literară. Ștefana Velisar-Teodoreanu: Cloșca cu pui", in Viața Ilustrată, Nr. 4/1942, p. 27–28
  15. Ostap (2012), p. 55–56
  16. Lazu, p. 70–71, 325
  17. Lazu, p. 153, 189, 325
  18. Burța-Cernat, p. 61; Panait, p. 115–117
  19. Burța-Cernat, p. 44
  20. Eugen Lovinescu, « Note asupra literaturii noastre feminine », in Revista Fundațiilor Regale (en), Nr. 7/1939, p. 181
  21. (ro) Mihail Constantineanu, « Sadoveanu în ultimul an de viață—Neverosimila vacanță », România Literară,‎ (lire en ligne)
  22. Petru Comarnescu (en), "Note. Viața cea de toate zilele, romanul d-nei Ștefana Velisar-Teodoreanu", in Revista Fundațiilor Regale (en), Nr. 1/1941, p. 220–223
  23. Panait, p. 117–123, 125
  24. Panait, p. 125
  25. Panait, p. 123
  26. Burța-Cernat, p. 61–62. Voir aussi Panait, p. 115–116
  27. Panait, p. 117–125
  28. (ro) Monica Grosu, « Din tainele arhivelor », Luceafărul,‎ (lire en ligne)
  29. Valeria Căliman, « Viața și atitudinea Gazetei Transilvaniei în anii de luptă împotriva Diktatului de la Viena », in Cumidava, Vol. XXI, 1997, p. 201–202, 206
  30. Burța-Cernat, p. 61–62; Panait, p. 116–117
  31. Panait, p. 116–117
  32. (ro) Vlaicu Bârna, « Evocări: Prin ani și peste ani cu Ionel Teodoreanu », România Literară,‎ (lire en ligne)
  33. Camelia Crăciun, "Monica Lovinescu at Radio Free Europe", in John Neubauer, Borbála Zsuzsanna Török (eds.), The Exile and Return of Writers from East-Central Europe: A Compendium, p. 292. Berlin & New York: Walter de Gruyter, 2009. (ISBN 978-3-11-021773-5)
  34. Ostap (2012), p. 57
  35. Ostap (2012), p. 53–54
  36. Lazu, p. 71; Ostap, p. 57
  37. Alexandru Ruja, notes to Păstorel Teodoreanu (en), Tămâie și otravă, p. 15. Timișoara: Editura de Vest (en), 1994. (ISBN 973-36-0165-9)
  38. a et b (ro) « Bibliografia folclorului romînesc pe anul 1958 », Revista de Folclor,‎ , p. 135
  39. Ostap (2012), p. 53–56; Florina Pîrjol, "Destinul unui formator de gusturi. De la savoarea 'pastilei' gastronomice la gustul fad al compromisului", in Transilvania, Nr. 12/2011, p. 21, 25
  40. (ro) "Revista presei", in Observator Cultural, Nr. 167, May 2003; Grigore Ilisei, "Un model de cărturărie românească – Zoe Dumitrescu-Bușulenga", in Convorbiri Literare (en), April 2010
  41. Panait, p. 125–126
  42. Burța-Cernat, p. 62
  43. Lazu, p. 45–46
  44. (ro) Antonio Patraș (en), "Între viață și cărți", in Ziarul Financiar (en), March 16, 2011
  45. (ro) Andreea Deciu, "Un compendiu cehovian", in România Literară, Nr. 47/1999
  46. (ro) Constantin Coroiu, " 'Salonul Nr. 6 e pretutindeni' ", in Convorbiri Literare (en), December 2006
  47. Lazu, p. 46
  48. Lazu, p. 46, 189, 325

RéférencesModifier

  • Bianca Burța-Cernat, Fotografie de grup cu scriitoare uitate: proza feminina interbelică. Bucarest: La Românească, 2011. (ISBN 978-973-23-2946-7)
  • Ion Lazu, Odiseea plăcilor memoriale. Bucarest: Editura Biblioteca Bucureștilor, 2012. (ISBN 978-606-8337-37-1)
  • Lucian Nastasă, Intimitatea amfiteatrelor. Ipostaze din viața privată un universitarilor "literari" (1864-1948). Cluj-Napoca: Editura Limes, 2010. (ISBN 978-973-726-469-5)
  • Constantin Ostap, "Cu gândul la "Teodoreni'...", dans Dacia Literară, N ° 3-4/2012, pp. 53-57.
  • Elena Panait, "'Rétro-Modernisme dans Viața cea de toate zilele par Ștefana Velisar Teodoreanu", dans Culturel Intertexts, Vol. 4, 2015, pp. 115-126.