Ouvrir le menu principal

Pollice verso (Gérôme)

peinture de Jean-Léon Gérôme

Page d'aide sur l'homonymie Pour l'expression latine, voir Pollice verso.
Pollice Verso
Jean-Leon Gerome Pollice Verso.jpg
Artiste
Gérôme
Date
Type
Huile sur toile
Technique
Dimensions (H × L)
100,3 × 148,9 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
1968.52Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Pollice Verso (« Bas les pouces ! ») est un tableau du peintre français Jean-Léon Gérôme réalisé en 1872. Cette huile sur toile est conservée par le Phoenix Art Museum, à Phoenix. Cette peinture a été réalisée dans le style pompier ou académique.

Ce tableau a inspiré une scène du film Quo vadis ? et c'est en voyant une copie de cette peinture exposée aux États-Unis que Ridley Scott envisage de réaliser un péplum, Gladiator[1].

DescriptionModifier

Un gladiateur armé d'un casque, d'une courte épée et d'un bouclier, presse de son pied la carotide d'un jeune rétiaire terrassé, dont le doigt tendu implore grâce. À côté de la loge impériale, les vestales et la foule réclament la mort en tournant le pouce vers le bas (pollice verso)[2].

Avec une précision hyperréaliste, Gérôme a peint minutieusement les armures des gladiateurs et a précisé les traits de lumière filtrant par les ouvertures des velaria. Il s'est inspiré du mausolée de Glanum pour le décor du panneau du podium. Le peintre a également développé la mythologie des munera (comme dans son tableau Ave Caesar Morituri te salutant) : jugement du public voyeuriste savourant son pouvoir de vie ou de mort apparent (avec le pouce levé et abaissé) , tribune officielle avec l'empereur cynique qui manipule les masses[3]. En réalité, Gérôme mêle dans son tableau cinq siècles de gladiature et interprète mal les sources antiques. Les spectateurs ne venaient pas voir des hommes s'entretuer mais voulaient assister à de belles passes d’arme. Leur pouvoir de décider la mort était très relatif, il a été estimé que chaque gladiateur risquait une fois sur dix d’être égorgé[4].

 
Pollice Verso peut-être mis en relief avec Ave Caesar Morituri te Salutant (1859).

L'artiste choisit d'interpréter le mouvement du pouce Verso (tourné) comme « tourné vers le bas ». Les textes de l'Antiquité, ceux de Juvénal[5] et de l'auteur chrétien Prudence en particulier[6], évoquent bien le peuple en train d'ordonner la mort d'un gladiateur « en renversant le pouce » (en latin : verso pollice) ; mais certains latinistes interprètent plutôt ces deux mots comme « le pouce tendu », voire « le doigt pointé » vers le gladiateur qu'on voulait voir mourir et il est difficile d'imaginer l'éditeur des jeux dans de grandes arènes pouvant décompter les gens tournant le pouce vers le haut ou vers le bas[7]. Le signe de mort, bien plus visible de tous, était peut-être un ou plusieurs doigts tendus (symbole de la lame blanche, de la mort) vers le vaincu ou un geste différent selon les arènes tandis que le signe de grâce, selon un texte de Martial[8] interprété par Éric Teyssier, serait des tissus (mouchoir, foulard) agités par les spectateurs[9].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Scott Christopher Allan, Mary G. Morton, Reconsidering Gérôme, Getty Publications, , p. 57
  2. Hélène Lafont-Couturier, Gérôme, Herscher, , p. 42
  3. (en) Eckart Köhne, Cornelia Ewigleben, Gladiators and Caesars: The Power of Spectacle in Ancient Rome, University of California Press, , p. 31
  4. Jean-Paul Thuillier, « Les dieux vivants de l’arène », Historia, no 643,‎ , p. 48-53
  5. Le poète romain Juvenal, de son nom complet Decimus Junius Juvenalis (55 - 140 apr. J.-C.) relate dans son 1er Livre - 3e Satires, 36-37, la coutume romaine qui consistait à laisser le public décider du sort des combattants blessés en exprimant leur clémence ou leur vindicte avec le pouce : « Jadis ces gens-là jouaient du cor dans les fanfares d’arènes municipales, quelle ville n’a connu leurs joues gonflées ? Les voilà maintenant qui donnent des jeux et lorsque le peuple l’ordonne en renversant le pouce, c’est eux qui tuent, faisant ainsi leur cour à la populace. Cf. « SATIRE 3 (21-40) », sur ugo.bratelli.free.fr (consulté le 2 janvier 2016) ».
  6. Prudence, Contre Symmaque, II, 1098-99 : ce texte polémique contre la religion païenne accuse les Vestales de condamner à mort les gladiateurs alors qu'en réalité, elles ont la possibilité de gracier un condamné lorsqu'elles le croisent dans la rue.
  7. « Quelques idées reçues à propos de Rome », (pdf en 11 p.), sur web.philo.ulg.ac.be, (consulté le 13 février 2019)
  8. Martial, Epigrammes, XII, 28, 7
  9. Éric Teyssier, La Mort en face : Le Dossier gladiateurs, Actes Sud, , p. 121