Piéral

acteur français
Pieral
Nom de naissance Pierre Aleyrangues
Naissance
Levallois-Perret, France
Nationalité Drapeau de la France France
Décès (à 79 ans)
Paris 13e, France
Films notables Les Visiteurs du soir
L'Éternel Retour

Piéral, nom de scène de Pierre Aleyrangues, souvent crédité aux génériques de films anciens comme le nain Piéral, né le à Levallois-Perret et mort le à Paris, est un acteur français.

Piéral mesurait 1 mètre 23 et il est souvent présenté comme l'un des acteurs de petite taille les plus célèbres du cinéma français.

BiographieModifier

DébutsModifier

Piéral est placé en nourrice de l'âge de six mois à trois ans à Gy-l'Évêque (Yonne) puis retourne vivre à Levallois-Perret.

Ses parents ne lui ayant rien dit sur son nanisme, il n'en prend conscience que lorsqu'il voit son jeune frère devenir aussi grand que lui.

Suivant des cours à la Haute École de Joaillerie pendant l'Occupation, il a 17 ans lorsqu'il est abordé dans la rue par un inconnu qui lui demande s'il veut faire du théâtre. Il est alors embauché par Henri Lartigue pour jouer au théâtre de l'Avenue le rôle d'un bouffon du roi dans Fariboles. On se souvient de son rôle dans Minetti de Thomas Bernhard, dans des cabarets, le music-hall et le cirque. Les frères Bouglione l'engageront pour Blanche-neige et les sept nains au Cirque d'Hiver.

Son goût pour le transformisme le mène à jouer un numéro d'imitation de Mae West.

Carrière cinématographiqueModifier

Il débute au cinéma en 1941 dans Les Visiteurs du soir de Marcel Carné, puis tourne dans L'Éternel Retour de Jean Delannoy, où il fait la connaissance de Jean Cocteau qui devient un ami, et auquel il rend visite quasi quotidiennement pendant trois ans, ce dernier lui ayant promis un rôle dans L'Aigle à deux têtes que finalement il n'obtiendra pas. Jean Delannoy, l'emploiera également dans Notre-Dame de Paris et La Princesse de Clèves.

«Le capitan» (1960) où il retrouve son ami Jean Marais mais aussi Bourvil, Elsa Martinelli et Lise Delamare.

Il tourne ensuite avec d'autres grands cinéastes, comme André Hunebelle, Max Ophüls, Luis Buñuel, Christian-Jaque

Les réalisateurs lui réservaient souvent des rôles inattendus : grande duchesse dans Voyage Surprise, psychanalyste dans Cet obscur objet du désir, lui-même dans Nuit docile. C'était l'interprète idéal du réalisme poétique (Marcel Carné, la série Le Roi Mystère) ou du surréalisme (Pierre Prévert, Luis Buñuel).

Il joua aussi dans quelques téléfilms, comme dans la série Les Cinq Dernières Minutes, ainsi que dans le clip vidéo parodique Dog Police[1].

Il était connu pour son dandinement caractéristique, et son visage bonhomme et jovial qu'il a prêté souvent à des personnages maléfiques.

L'acteur est mort à l'hôpital Broca de Paris, des suites d'un cancer généralisé. Son corps a été incinéré le mois de son décès dans la même ville au cimetière du Père-Lachaise.

Piéral est l'auteur de souvenirs intitulés Vu d'en bas, publiés en 1976, dans lequel il parle avec facilité de sa petite taille, tout en rappelant les souffrances qu'elle lui a occasionnée, en particulier à l'école.

BisexualitéModifier

Piéral ne faisait pas mystère de sa bisexualité, après avoir été dépucelé par une prostituée dans une maison close, il a sa première expérience homosexuelle en 1942 avec un étudiant qui l'a abordé dans la rue, puis une seconde avec un acrobate marié du cirque d'hiver Bouglione. Il raconte dans ses souvenirs que dans le domaine du plaisir son nanisme, au lieu de faire de lui un laissé pour compte, lui valait plus de propositions qu'il n'en désirait[2]. et qu'il eut une grande passion pour une certaine Angela, de vingt ans son aînée : « Je n'ai pas seulement aimé Angela sentimentalement. Notre histoire a été une grande passion des sens. J'ai été l'amant le plus ardent et le plus comblé par une maîtresse qu'on m'enviait[3]. »

Il a tourné dans des films à thématique homosexuelle à la fin de sa vie.

FamilleModifier

Célibataire, Piéral a un frère cadet, Jean, père d'une fille et d'un garçon[4].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

DiscographieModifier

  • L'Écolier (1975).

PublicationModifier

  • Piéral, Vu d'en bas, Robert Laffont, 1976.

Notes et référencesModifier

  1. [vidéo] youtube.com.
  2. Piéral, Vu d'en bas, Mémoires, Robert Laffont, 1976, p. 63.
  3. Piéral, op. cit., p. 190.
  4. Piéral, op. cit., p. 61 : « je n'ai jamais été jaloux de mon frère, je n'ai pas envié son sort, rêvé d'être comme lui, ingénieur, marié et père d'un fils et d'une fille ».

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus. 694 portraits, 2147 noms, Éditions cinéma, 2008.

Liens externesModifier