Phrixos

personnage de la mythologie grecque
Phrixos
Phrixos und Helle.jpg
Phrixos et Hellé d'après une fresque de Pompeï
Biographie
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Argos fils de Phrixos
Presbon (d)
Cylindros (d)
Cytissoros (en)
Phrontis (en)
Mélas (d)
Démoléon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Phrixos, en grec Φρίξος, est le fils d’Athamas, roi de Thèbes, et de Néphélé.

ÉtymologieModifier

Fils de Néphélé, de νέφος / néphos, « nuage », son nom Φρίξος se base sur l’adjectif « hérissé », un qualificatif qui rappelle, selon Jean Haudry, l’adjectif hittite warhui- « poilu, hirsute » qui désigne la peau dont est formée la toison d’or de l’égide hittite. Phrixos serait originellement un bélier. Cette identification est confirmée par les documents montrant Hellé seule sur un bélier. Pour le comparatiste, le bélier est le feu qui, tout comme la toison d’or, symbolise la fortune[1].

MytheModifier

 
Représentation de Phrixos volant sur un bélier vers la Colchide sur un dichalkon frappé à Halos, Phthiotide au IIIe siècle av. J.-C.

Phrixos et sa sœur Hellé étaient détestés par leur belle-mère, Ino. Elle ourdit un complot pour se débarrasser des jumeaux, faisant rôtir toutes les graines de Béotie afin qu'elles ne poussent pas. Les fermiers, effrayés par la famine, demandent alors de l'aide à un oracle voisin. Mais Ino a soudoyé les hommes envoyés à l'oracle pour mentir et rapporter que l'oracle exigeait le sacrifice de Phrixos et Hellé.

Phrixos et sa sœur allaient être sacrifiés à Zeus lorsqu’ils parvinrent à s’enfuir sur un bélier à la toison d'or (Chrysomallos), que lui donna sa mère Néphélé.

En passant d’Europe en Asie, Hellé tomba dans la mer, appelée depuis Hellespont et se noya ; quant à Phrixos, il aborda en Colchide.

Éétès, fils du dieu solaire Hélios et roi de Colchide, l'accueillit et l'a traité avec bonté et lui donna sa fille Chalciope en mariage. En remerciement, Phrixos a sacrifié le bélier à Poséidon et a donné au roi la toison d'or du bélier, qu'Æetès a accrochée dans un arbre dans le bosquet sacré d'Arès dans son royaume, gardée par un dragon qui ne dormait jamais. Phrixos et Chalciope ont eu quatre fils, qui ont ensuite rejoint les Argonautes : Argos, Phrontis, Melas et Cytisoros.

Phrixos vécut donc à la cour d'Éétès jusqu'à un âge avancé mais un jour ce dernier apprit d'un oracle qu'il mourrait aux mains d'un descendant d'Eole et tua Phrixoso[2].

Ses fils, en revanche, réussirent à retourner à Orchomenus où ils fondèrent leur royaume.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Haudry, Sur les pas des Indos-Européens : Religion - Mythologie - Linguistique, Yoran Embanner, 2022, p.320-321
  2. « HYGINUS, FABULAE 1-49 - Theoi Classical Texts Library » (consulté le )

« Phrixos », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 15 vol., 1863-1890 [détail des éditions].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier