Ouvrir le menu principal

Philippe Rühl

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruhl.
Philippe Rühl
AduC 150 Ruhl (P.J., 1737-1795).JPG
Gravure de Rühl par E. Thomas sur un dessin de H. Rousseau.
Fonctions
Président de la Convention nationale
6 -
Député de la Convention nationale
Bas-Rhin
-
Président de la Convention nationale
Député de l'Assemblée nationale législative
Bas-Rhin
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
signature de Philippe Rühl
Signature de Rühl dans un document du Comité de Salut Public du 10 Thermidor an II.

Philippe Jacques Rühl, né le à Strasbourg, et suicidé le à Paris, est un homme politique français, député du Bas-Rhin à l'Assemblée législative puis à la Convention nationale.

Il est resté célèbre pour avoir brisé la Sainte Ampoule, le à Reims[1].

BiographieModifier

Fils d'un pasteur luthérien de Worms. Il faisait partie de la chancellerie du prince allemand de Linange-Hartenbourg (Leiningen-Hartenburg), possessionné à Dabo mais résidant en Allemagne, lorsque les événements de 1789 le décidèrent à rentrer en France.

Il fut nommé administrateur de son département en février 1791, puis élu à l'Assemblée législative du 1er octobre 1791 au 20 septembre 1792 où il se fit remarquer par ses idées.

Réélu en tête des députés du Bas-Rhin à la Convention nationale, il présida sa première séance comme doyen d'âge des députés présents et se rangea parmi les Montagnards. Il devint commissaire chargé de surveiller la traduction des décrets, et le 30 brumaire an I (), membre de la Commission des Douze, chargée d'inventorier les papiers trouvés dans l'armoire de fer aux Tuileries. Il fit des rapports sur les divers papiers trouvés, et insista pour qu'il fut procédé sans retard au jugement de Louis XVI.

Envoyé en mission, le 3 nivôse an I () avec Anne Pierre Coustard et Jean-Pierre Couturier, dans les départements de la Meurthe, de la Moselle et du Bas-Rhin, il ne put participer au procès du roi étant malade. Il fut élu, le 6 germinal an II (), à la Commission de salut public, nouveau comité de défense générale, mais fut absent lors du scrutin sur la mise en accusation de Marat. Le 9 prairial an II (), il vota contre le rapport du décret qui avait cassé la Commission des Douze la veille et le 30 il fit l'éloge du général Beauharnais.

Le 28 fructidor an I (), il est élu au Comité de sûreté générale. Envoyé en mission dans la Marne et la Haute-Marne, en vendémiaire an II, il brisa publiquement, le 16 vendémiaire an II (), la Sainte Ampoule, qui contenait l'huile servant au sacre des rois et en envoya les débris à la Convention nationale, qui les reçut avec de vifs applaudissements dont le Moniteur universel fait mention[2]. À peine rentré, il fut envoyé, du 3 frimaire an II () au 19 nivôse an II (), dans le Bas-Rhin pour y organiser un nouveau district en incorporant les communes de Neu-Sarrewerden, de Harskirchen et de Asswiller. Il occupa de nouveau la présidence de l'Assemblée du 16 ventôse an II () au 1er germinal an II (), et, comme Lindet, refusa de contresigner l'arrestation de Danton.

Lors de la chute de Robespierre, il se prononça contre Robespierre, mais prit la défense de ses anciens collègues attaqués par la Convention et faillit être accusé en même temps qu'eux. Ayant participé à l'insurrection de prairial, dont l'échec mit un terme au projet de restauration d'un gouvernement révolutionnaire dominé par les Montagnards, il fut décrété d'arrestation, mais resta consigné chez lui, en raison de son grand âge[3], jusqu'au rapport final de Sevestre[4]. Il est au nombre des cinq « derniers Montagnards ». Traduit devant une commission militaire, le 10 prairial an III (), il se frappa d'un coup de poignard en entendant prononcer sa sentence[5].

PublicationsModifier

  • (la) Tractatio juridica de legitimis natalibus inter illustres praesumendis a Francisco Georgio Ditterich,... Commentarium perpetuum adjecit Philippus-Jacobus Rühl, – 1776, de Franz Georg Ditterich (Auteur), Philippe-Jacques Rühl (Auteur), Ex prelo J. Lorenzii, 1776.
  • Recherches historiques et généalogiques sur la maison de Linange-Dabo, par M. Rühl Reliure inconnue – 1789, Impr. de F.-G. Levrault, 1789.
  • Correspondance de l'Assemblée des comités réunis des sections de Strasbourg, avec le citoyen Rühl,... I. Adresse de l'Assemblée des comités réunis à la Convention nationale. II. Lettre... au citoyen Rühl. III. Réponse du citoyen Rühl, Impr. de P.-J. Dannbach, 1793.

Notes et référencesModifier

  1. Jean-François Lacatte-Joltrois, Recherches historiques sur la Sainte Ampoule, accompagnées d’un dessin lithographié représentant cette précieuse relique, telle qu’elle était avant sa destruction, Paris, Regnier, , 55 p. (lire en ligne), p. 51.
  2. Wilfrid de Fonvielle, La Physique des miracles, Paris, Édouard Dentu, , 199 p. (lire en ligne), p. 45.
  3. Le député Bourdon de l'Oise étant intervenu en sa faveur, le lendemain.
  4. C’est le député qui se déchaina le plus contre les émeutiers de prairial.
  5. Philippe Le Bas, France : dictionnaire encyclopédique, t. 12, Paris, Didot, , 1015 p. (lire en ligne), p. 211.

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :