Petrobras

compagnie pétrolière brésilienne

Petrobras
logo de Petrobras
Logo de Petrobras
illustration de Petrobras
Siège de Petrobras au centre-ville de Rio de Janeiro au Brésil

Création 1953
Fondateurs Getúlio VargasVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonymeVoir et modifier les données sur Wikidata
Action BM&F Bovespa: PETR3, PETR4
NYSE: PBR, PBRA
BMAD: XPBR, XPBRA
MERVAL: APBR
Slogan O desafio é a nossa energia
Siège social Rio de Janeiro, RJ
Drapeau du Brésil Brésil
Direction Roberto da Cunha Castello Branco (depuis 2019)
Président Roberto Castello Branco (d) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires liste jointe
Activité énergie, hydrocarbures
Produits essence, diesel
Effectif 68 829 au 31 décembre 2018
Site web www.petrobras.com

Capitalisation 408 692 millions BRL (décembre 2019)
Chiffre d'affaires 349 836 millions BRL en 2018
Résultat net 15 779 millions BRL en 2018[1]

Petróleo Brasileiro S.A - Petrobras est une entreprise d'État brésilienne de recherche, d'extraction, de raffinage, de transport et de vente de pétrole. Son siège est situé à Rio de Janeiro. Elle est la première entreprise du pays.

Puits de pétrole de la compagnie Petrobras

Elle était en 2004 en tête des 200 premières entreprises brésiliennes et figurait jusqu'en 2014 parmi les 15 plus grandes entreprises pétrolières mondiales. Après la plus importante augmentation de capital de l'histoire, réalisée pour 70 milliards de dollars en septembre 2010 à Wall Street, c'est selon le Forbes Global 2000, la huitième entreprise mondiale[2]. Elle dispose d'une technique avancée pour le forage en eau profonde et ultra profonde, avec des records mondiaux de profondeur (2 km).

En 2015, après des années de limitation réglementaire des prix des carburants à la pompe, dans un contexte de baisse des prix du pétrole, une affaire de corruption impliquant une partie de l'élite politique du pays a coûté plus de 2 milliards de dollars de pertes au groupe, et un effondrement du cours de l'action Petrobras[3].
En 2016, après l'éviction de la présidente du pays, le gouvernement entreprend de privatiser certaines activités de l'entreprise[4].

Elle est détenue à 50,2 % par l’État brésilien en 2020 (contre 75 % en 1995)[4].

HistoireModifier

L'entreprise fut fondée en 1953 par l'État brésilien dans le but de gérer les activités du secteur pétrolier pour le compte de l'Union des États fédérés du Brésil (União en portugais), en remplacement de l'ancien Conseil national du pétrole (CNP). Le gouvernement souhaitait créer une « entreprise de pétrole nationale, mais de capital privé ». La faiblesse de l’investissement privé le conduisit cependant à en faire une entreprise publique. Il fallut 20 ans d'exploration avant de découvrir les premiers gisements[4].

Le gouvernement libéral de Fernando Henrique Cardoso mit fin en 1997 au monopole de Petrobras sur les hydrocarbures du pays. Le secteur privé ne se substitua toujours pas à l'entreprise pour l'exploration, jugée trop couteuse[4].

En mai 2006, Evo Morales a décidé de nationaliser les ressources de gaz et pétrole de Bolivie, ce qui concerne au premier chef Petrobras.

En , Petrobras annonce son souhait d'acquérir à terme jusqu'à 49 % d'Açucar Guarani, filiale spécialisée dans l'éthanol et l'industrie sucrière au Brésil de Tereos, pour 700 millions d'euros[5],[6]. Le , la société a émis pour 70 milliards USD de titres pour financer la difficile et coûteuse exploitation des nouveaux gisements de pétrole découverts récemment en eaux très profondes sous une épaisse couche de sel dans l'océan Atlantique[7] (c'est alors la plus grande opération de capitalisation boursière jamais réalisée).

Sous le gouvernement de Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2011) puis de Dilma Rousseff (2011-2016), l'entreprise est considérée comme un moyen d'aiguillonner le développement économique du pays. Les revenus du secteur pétrolier sont notamment investis dans la construction de chantiers navals, dans le développement industriel et dans la recherche scientifique, permettant de faire reculer le chômage. Cette politique a été contestée par l'opposition et les milieux d'affaires : « Petrobras a été détruite par le PT [Parti des travailleurs]. Il a contrôlé le prix à la pompe, censé juguler l'inflation. Et il a obligé l'entreprise à construire des raffineries dans le Nord-Est, pour créer artificiellement de l'emploi. Sans parler de la corruption », estime le consultant économique Adriano Pires[8].

Processus de privatisationModifier

Alors que Petrobas considérait la production, la transformation et la distribution comme un tout, le gouvernement change de stratégie après la destitution de la présidente Dilma Rousseff en 2016 et décide de séparer les activités de l'entreprise et d'en vendre certaines[4].

L'Institut d'études stratégiques sur le pétrole, le gaz et les biocombustibles (INEEP) relève que « Petrobras est en train d'opérer une évolution inverse à celle du reste du secteur, qu'il soit privé ou public. Tandis que les autres entreprises cherchent en général à 'intégrer' leurs activités, à contrôler l’ensemble de la chaine de production, la distribution, la vente et les produits dérivés, Petrobras se contente désormais d'exporter du pétrole brut. » En conséquence, depuis 2016, le Brésil a accru ses exportations de pétrole brut mais importe davantage d'essence et de diésel[4].

En mai 2016 le président par intérim du Brésil Michel Temer nomme Pedro Parente comme nouveau PDG. Cet ancien ministre de l’énergie est aussi ancien CEO de la filiale brésilienne du céréalier américain Bunge. Il remplace Aldemir Bendine (ancien banquier) qui en avait pris la place de Maria das Gracas Silva Foster[9].

En , Pampa Energia annonce l'acquisition de la participation de 67,2 % que detient Petrobras dans Petrobras Argentina pour 1,2 milliard de dollars[10]. En , Petrobras annonce la vente d'une participation de 90 % dans ses activités dans les gazoducs (comme le gazoduc Urucu-Manaus) pour 5,2 milliards de dollars à un groupe d'investisseur[11]. En , Petrobras annonce la vente de sa participation de 50 % dans la coentreprise Nova Fronteira Bioenergia à son partenaire São Martinho, pour l'équivalent de 148 millions de dollars en action São Martinho[12]. En 2017, 70 % de ses stations-service sont mises sur le marché[4].

Le président Jair Bolsonaro nomme, suite à sa prise de fonction en janvier 2019, à la tête de Petrobras le Chicago Boy Roberto Castello Branco afin de conduire la privatisation de certaines activités de la compagnie[13]. En 2019, 90 % du capital de Transportadora Associada de Gás, son réseau de gazoduc, revient à Engie et à la Caisse des dépôts canadienne. Elle met par ailleurs fin à l’ensemble de ses activités à l'étranger. En 2020, 51 % du capital du réseau de distribution Gaspetro est vendu, ainsi que les actions détenues par Petrobras dans la banque nationale de développement et à la Caisse économique. Roberto Castello Branco promet aussi de vendre dans l'année huit des treize raffineries que possède Petrobras au Brésil[4].

Une grève conduite par vingt mille salariés est observée en février 2020 pour s'opposer à la privatisation. Selon une enquête réalisée en 2019 par l'institut Datafolha, 65 % des Brésiliens sont opposés à la privatisation de Petrobras, tandis que 27 % la soutiennent[4].

Affaire PetrobrasModifier

En 2014, une enquête de la Police Fédérale du Brésil révèle l'existence d'une opération de blanchiment d'argent équivalant à plus de 3 milliards de USD au bénéfice de partis ou de représentants des partis de la coalition au pouvoir[14] (principalement le PT et le PMDB) ainsi que des principales sociétés de construction du pays[15]. Scandale de corruption d'ampleur inédite, le petrolão a, dans ses premières phases, mené à l'emprisonnement des directeurs des entreprises OAS, IESA Óleo e Gás, Camargo Corrêa Construções, UTC et Construtora Queiroz e Galvão ainsi qu'un des ex-directeurs de Petrobras, Paulo Roberto Costa.

Fin 2014, début 2015, les actions de la société pétrolière s'écroulent à la suite de la révélation du scandale et de l'implication de nombreuses personnalités politiques[16]. Fin février, la société de notations financières Moody's place la dette de Petrobras, en catégorie spéculative[17].

Principaux actionnairesModifier

Au [18]:

Janus Capital Management 27,2%
BNDES Participações 19,1%
Templeton Global Advisors 14,0%
Aberdeen Asset Managers 9,76%
Wellington Management 5,98%
Caixa de Previdência dos Funcionários do Banco do Brasil 4,96%
T. Rowe Price International 4,57%
American Century Investment Management 3,29%
The Vanguard Group 1,86%
Invesco Advisers 1,40%

ProductionModifier

La production de pétrole :

  • en 2003, plus de 2 millions de barils par jour ;
  • en 2007, en moyenne 2,3 millions de barils/j.

Petrobras est présente dans 18 pays étrangers, notamment en Angola, en Tanzanie, en Turquie et en Inde où elle s'appuie sur sa maîtrise des forages en eau profonde[19].

Elle prévoit d'investir 112 milliards de dollars sur la période 2008-2012. Le nouveau gisement de Tupi en eaux profondes (6 000 m) recèle entre 5 et 8 milliards de barils de pétrole, ce qui permettrait à Petrobras de produire 4,3 millions de barils/j d'ici 2015.

Formule 1Modifier

L'entreprise avait conclu un partenariat avec l'écurie de Formule 1 Williams entre 1998 et 2008 puis avec Honda en 1999. Comme celle-ci s'est retirée de la compétition, l'entreprise s'est retirée de la Formule 1. Puis en 2014, elle signe son retour en étant sponsor de l'équipe Williams F1 team.

Responsabilité environnementaleModifier

En 2017, l'entreprise Petrobras est identifiée par l'ONG Carbon Disclosure Project comme la troisième entreprise privée émettant le plus de gaz à effets de serre dans le monde[20].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.zonebourse.com/PETR-LEO-BRASILEIRO-S-A-13939/fondamentaux/
  2. Le forbes global 2000 de 2011 sur le site web du magazine.
  3. L’élite politique brésilienne mouillée dans le scandale Petrobras, Le monde, 10.05.2016
  4. a b c d e f g h et i Anne Vigna, « Petrobras, privatisation en eaux profondes », sur Le Monde diplomatique,
  5. Tereos et le géant Petrobras alliés dans les biocarburants brésiliens, Les Échos, 3 mai 2010
  6. Brésil: le roi français du sucre carbure à l'éthanol, Chloé Hecketsweiler, L'Expansion, 16 septembre 2009
  7. Petrobras lance une émission monstre de 70 milliards, Le Devoir, 25 septembre 2010
  8. https://diplomatique.org.br/petrobras-privatizacao-em-aguas-profundas
  9. AGEFI (2016), brève intitulée Pedro Parente prend la tête de Petrobras, publiée : 20.05.2016
  10. Pampa offers Petrobras about $1.2 billion for its Argentine unit, Nicolas Misculin et Jeb Blount, Reuters, 2 mars 2016
  11. Brookfield-led group to buy $5.2 billion Petrobras unit: source, Tatiana Bautzer, Reuters, 6 septembre 2016
  12. Petrobras to sell ethanol unit stake to Sao Martinho for $133 million in shares, Reuters, 15 décembre 2016
  13. « Brésil: un « Chicago Boy » à la tête de Petrobras sous Bolsonaro », AFP,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  14. Brésil: le scandale Petrobras emporte la direction du géant pétrolier, rfi.fr, 5 février 2015
  15. (pt) « Lava Jato aperta cerco contra PT, PMDB e empreiteiras »
  16. Au Brésil, le scandale Petrobras fragilise le pouvoir, la-croix.com, 4 mars 2015
  17. Brésil: le tentaculaire scandale de corruption Petrobras « Copie archivée » (version du 6 août 2018 sur l'Internet Archive), challenges.fr, 4 mars 2015
  18. Zone Bourse, « Petrobras », sur www.zonebourse.com (consulté le 9 décembre 2019)
  19. (en) Brazil's oil giant grows beyond its local roots, Paulo Prada, the New York Times, 7 juillet 2006
  20. (en) Dr. Paul Griffin, CDP Carbon Majors Report 2017, , 16 p. (lire en ligne), page 6

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier