Persécutions des chrétiens

La persécution des chrétiens recouvre une diversité d'actions et de comportements dont le point commun est la répression du christianisme et l'élimination des chrétiens, culturelle et même physique, par des pouvoirs religieux ou laïcs. Ces persécutions peuvent aller jusqu'au massacre organisé.

L'Empire ottoman eut une politique de persécution envers les chrétiens qui culmina avec les massacres hamidiens à la fin du XIXe siècle, puis les génocides arménien, grec et assyrien pendant la Première Guerre mondiale et la guerre civile turque. Ce fut aussi le cas dans des pays communistes, particulièrement en URSS du temps de Staline, en Albanie, en Chine populaire ou en Corée du Nord.

TypologieModifier

Selon l'Index Mondial de Persécution, il y a deux formes principales de persécution : d’un côté, la violence physique et matérielle (« persécution marteau ») et de l’autre côté, la violence d’oppression au quotidien (« persécution étau »)[1]. Cette dernière est la plus difficile à mesurer car elle passe souvent inaperçue. C'est la raison pour laquelle, six critères sont mesurés pour élaborer la liste : les persécutions personnelles, les persécutions familiales, sociales, constitutionnelles, ecclésiales et les violences physiques[2].

Période romaineModifier

Du Moyen Âge au XVIIIe siècleModifier

Révolution françaiseModifier

Génocide arménienModifier

En 2007, l'Association internationale des spécialistes des génocides (International Association of Genocide Scholars) est parvenue à un consensus selon lequel « la campagne ottomane contre les minorités chrétiennes de l'Empire entre 1914 et 1923 constituait un génocide contre les Arméniens, les Assyriens et les Grecs pontiques d'Anatolie[3]. ». Premier génocide du XXe siècle perpétré d'avril 1915 à juillet 1916, voire 1923, au cours duquel les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie périssent du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur. Il est planifié et exécuté par le parti au pouvoir à l'époque, le Comité Union et Progrès, plus connu sous le nom de « Jeunes-Turcs », composé en particulier du triumvirat d'officiers Talaat Pacha, Enver Pacha et Djemal Pacha, qui dirige l'Empire ottoman alors engagé dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Empires centraux. Il coûte la vie à environ un million deux cent mille Arméniens d'Anatolie et d'Arménie occidentale. Le Génocide Arménien fait l’objet d’un négationnisme de la part de la population et des autorités turques.

Révolution russe et régime soviétiqueModifier

Chrétiens d'OrientModifier

Pays communistes et chrétiensModifier

Les persécutions dans les pays qui appliquent le communisme se caractérisent notamment par la complexité d'obtention d'autorisations gouvernementales pour le culte, les destructions d’églises et les arrestations de croyants pour des rassemblements de prière maison [4],[5].

Pays appliquant la charia et chrétiensModifier

Les persécutions dans les pays qui appliquent la charia se caractérisent notamment par la complexité d'obtention d'autorisations gouvernementales pour le culte, des discriminations pour les nouveaux convertis, dans la recherche d’emploi par exemple, des attaques ou des meurtres sur des chrétiens et des incendies dans des églises [6],[7].

Persécutions contemporainesModifier

Outils d'analyseModifier

Il existe un Observatoire de la liberté religieuse dans le monde[8], créé par l'organisation catholique Aide à l'Église en détresse (AED)[9] qui fournit une base documentaire sur la situation de l'Église catholique et des principales religions dans le monde pour plus d'une centaine de pays[10].

L'ONG chrétienne évangélique Portes Ouvertes, dresse une étude annuelle sur la persécution des chrétiens, intitulée Index Mondial de Persécution [11].

Le Pew Research Center publie également des informations sur la persécution religieuse, mais sans faire de distinction entre les diverses religions. Leur étude présente l'intérêt de distinguer la persécution « officielle », orchestrée par l'État, de l'hostilité populaire dans chaque pays[12].

Situation en 2014Modifier

En 2014, parfois à l'instar d'autres religions, des Églises chrétiennes sont persécutées à des degrés divers dans plusieurs pays[13] comme la Somalie, le Nigéria, la Syrie, l'Égypte, l'Irak, l'Iran, le Turkménistan, l'Ouzbékistan[14], le Pakistan, l'Inde, la Corée du Nord, le Laos, le Viêt Nam...

Toujours en 2014, les auteurs du Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde[15] estiment entre 100 et 150 millions le nombre de chrétiens qui subissent des atteintes à leur religion dans les termes de l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme[16]. D'après Marc Fromager, directeur de l'AED France, « 200 millions de chrétiens ne sont pas libres de vivre leur foi »[17]. Selon l’Index mondial de persécution 2014 publié par Portes Ouvertes, 2 123 chrétiens sont morts persécutés en 2013[18]. Pour 2014, l'ONG recense au moins 4 344 chrétiens assassinés à travers le monde pour leur foi ainsi que 1 062 lieux de cultes visés[19].

En outre, la Somalie et l'Irak rejoignent la Corée du Nord – où des milliers de chrétiens sont morts ou forcés au travail dans des camps depuis 1953 – dans la liste des pays où il est interdit de simplement prier et même de croire[19]. Si les chrétiens ne sont pas les seuls discriminés, ils sont les plus touchés dans les atteintes à la liberté de croire dans la mesure où ces atteintes se déroulent dans 110 pays sur 198 étudiés par le Pew Research Center en 2014, souvent victime de fanatisme religieux notamment islamique tel qu'il est à l’œuvre au Moyen-Orient avec l'organisation État Islamique ou Boko Haram au Nigéria mais aussi au Pakistan ou, dans une moindre mesure, en Inde où le parti politique nationaliste Bharatiya Janata Party prône un hindouisme identitaire. À ce tableau s'ajoutent les persécutions et rackets organisés par les groupes mafieux ou armés en Amérique latine – particulièrement au Mexique et en Colombie – où les chrétiens sont souvent en proue de la lutte contre le crime organisé et la corruption. Enfin, le nombre de Chrétiens chassés de chez eux atteint des sommets en 2015 avec 700 000 chrétiens de Syrie – soit 40% d'entre eux – et 130 000 d'Irak ayant quitté leur pays d'origine[19]. Au Moyen-Orient, « les chrétiens risquent tout simplement de disparaître »[20], s'alarme Marc Fromager, dans son ouvrage sorti en 2015 : Guerres, pétrole et radicalise, les chrétiens d'Orient pris en étau.

Situation en 2018Modifier

Le rapport dirigé par l’évêque anglican de Truro (Royaume-Uni), Philip Mounstephen, sur la persécution des chrétiens dans le monde et dont une version provisoire est publiée le révèle que « dans certaines régions, le niveau et la nature des persécutions sont sur le point de répondre à la définition internationale du génocide, adoptée par l’ONU ». Il estime qu’à l’échelle mondiale, une personne sur trois, quelle que soit sa religion est victime de persécution, si on inclut aussi les persécutions dites « économiques » (refus de logement, d’emploi), et précise que « les croyants persécutés sont chrétiens, dans une écrasante majorité des cas (80 %) »[21].

Situation en 2019Modifier

Portes Ouvertes affirme que 260 millions de chrétiens ont été persécutés dans le monde en 2019, soit une augmentation par rapport aux 245 millions en 2018[22]. Toutefois, le nombre de chrétiens tués pour leur religion a baissé de 31%, soit de 4.305 à 2.983 personnes.

Organisme de défense des chrétiensModifier

Certaines organisations combattent spécifiquement la persécution des chrétiens dans le monde, comme Christian Solidarity International, l'Œuvre d'Orient et Portes Ouvertes [23].

Articles connexesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. François Vercelletto, De plus en plus de chrétiens persécutés dans le monde, ouest-france.fr, France, 15 janvier 2020
  2. Marie Chabbert, La persécution des chrétiens continue de s’aggraver, lemondedesreligions.fr, France, 16 janvier 2018
  3. (en) « Genocide Scholars Association Officially Recognizes Assyrian Greek Genocides » [PDF], .
  4. Wesley Rahn, In Xi we trust - Is China cracking down on Christianity?, dw.com, Allemagne, 19 janvier 2018
  5. Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christianity in the Global South, Volume 2, Rowman & Littlefield, USA, 2018, p. 844
  6. Erwin Fahlbusch, Geoffrey William Bromiley, The Encyclopedia of Christianity, Volume 4, Wm. B. Eerdmans Publishing, USA, 2005, p. 163
  7. Yves Mamou, Yves Mamou: «Les persécutions de chrétiens ont lieu en majorité dans des pays musulmans», lefigaro.fr, France, 20 mars 2019
  8. Observatoire de la liberté religieuse
  9. « L'Aide à l'Eglise en Détresse », sur L'Aide à l'Eglise en Détresse (consulté le 5 juillet 2016)
  10. Le Point, magazine, « Grave déclin de la liberté religieuse dans le monde », (consulté le 5 juillet 2016)
  11. Laurence Defranoux, «Le nombre de chrétiens persécutés dans le monde augmente», liberation.fr, France, 15 janvier 2020
  12. (en) Pew Research Center, « Rising Tide of Restrictions on Religion », sur http://www.pewforum.org/, Pew Research Center, (consulté le 29 septembre 2012).
  13. Détails sur le site d'Amnesty International
  14. Dans ces deux états, si la répression est systématisée sur plusieurs confessions chrétiennes, essentiellement protestantes, elle relève d'une attitude vis-à-vis des religions en général dans le cadre d'un durcissement autoritaire qui n'épargne pas l'Islam. cf. Sébastien Peyrouse, Le christianisme en Asie centrale. Miroir des évolutions politiques, in Le Courrier des Pays de l’Est, no 1045, mai 2004, p. 51-61, résumé en ligne
  15. voir bibliographie
  16. « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites ».
  17. Marc Fromager, Chrétiens en danger, vingt raisons d'espérer, Editions des Béatitudes, (ISBN 978-2-84024-512-4)
  18. « Plus de 2000 chrétiens sont morts persécutés en 2013 », sur Le Figaro,
  19. a b et c Laurence Desjoyaux, « Les chrétiens victimes de persécution », dans L'Atlas des religions, Le Monde et La Vie, , p. 96-97
  20. Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme, les chrétiens d'Orient pris en étau, Salvator, (ISBN 978-2-7067-1294-4)
  21. (en-GB) « Bishop of Truro’s Independent Review for the Foreign Secretary of FCO Support for Persecuted Christians | Christian Persecution Review », sur christianpersecutionreview.org.uk (consulté le 12 juin 2019)
  22. L'Obs avec AFP, 260 millions de chrétiens "fortement persécutés" en 2019 en raison de leur foi, nouvelobs.com, France, 15 janvier 2020
  23. F.P., Portes ouvertes, une histoire dans l’Histoire, lavoixdunord.fr, France, 3 octobre 2012

BibliographieModifier

HistoriensModifier

OuvragesModifier

EssayistesModifier

  • (fr) Alexandre Del Valle, Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : la nouvelle christianophobie, Paris, Maxima, , 1re éd. (1re éd. 2011), 359 p. (ISBN 978-2-840-01694-6)
  • (fr) Raphaël Delpard, La persécution des chrétiens aujourd'hui dans le monde, Neuilly-Sur-Seine, Michel Lafon, (1re éd. 2009), 347 p. (ISBN 978-2-749-90987-5)
  • (fr) René Guitton, Ces chrétiens qu'on assassine, Paris, Flammarion, (1re éd. 2009), 333 p. (ISBN 978-2-081-22169-7)

Liens externesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Persécution des chrétiens.