Haute-Bretagne

région traditionnelle de l'est de la Bretagne
(Redirigé depuis Pays Gallo)

Haute-Bretagne
Pays Drapeau de la France France
Département Côtes-d'Armor, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique, Morbihan
Région française Drapeau de la Bretagne Bretagne
Coordonnées 48° nord, 2° ouest

Image illustrative de l’article Haute-Bretagne
la Haute-Bretagne (partie coloriée en bleu)

La Haute-Bretagne désigne la partie orientale de la Bretagne. Ce qui se dit, en gallo, Haote-Bertagne (gallo ABCD), Haùtt-Bertaèyn (gallo ELG[1]) ou Haott B·rtingn (gallo MOGA[2]). En breton, le territoire est qualifié de Breizh-Uhel.

La frontière linguistique de la Haute-Bretagne correspond à la partie romane ou gallésante, tandis que la Basse-Bretagne est la partie bretonnante (cf frontière linguistique bretonne). La langue régionale y est le gallo, appartenant à la famille des langues d'oïl. Le breton n'y est pas une langue majoritaire.

PrésentationModifier

Une frontière linguistique évolutiveModifier

 
Carte du XVIe siècle, la Haute-Bretagne est mentionnée à l'est de la Bretagne.
 
la Haute-Bretagne de langue gallèse en 1950. Les différents tons racontent l'extension progressive de l'usage du gallo dans les campagnes au détriment du breton. La limite entre la Haute et la Basse-Bretagne a peu à peu glissé vers l'Ouest.

La Haute-Bretagne a significativement progressé vers l'ouest au cours des siècles. Vers la fin du Xe siècle, selon la transformation en breton continental du UU en GU ou GO des noms de lieux, alors que le roman transformait ce même UU en V, la toponymie montre que la limite joignait sans doute Saint-Malo à Saint-Nazaire.

Par exemple, au Xe siècle, Vern-sur-Seiche, Vignoc, Vigneux-de-Bretagne ou Vezin-le-Coquet parlaient roman, alors que Guignen, Guer, Guémené-Penfao ou Guipel parlaient breton.

En[1554, la limite joignait Saint-Brieuc au Croisic, signalées en Basse-Bretagne. Aujourd'hui, la limite joint Paimpol à Vannes, même si cette limite disparait peu à peu du fait de l'abandon de la langue bretonne par nombre d'habitants de l'Ouest de la région et de l'apprentissage de la langue par des Bretons de l'est de la Bretagne.

Elle comprend[3] :

La limite linguistique occidentale suit approximativement une ligne Saint-Brieuc-Vannes, tandis que les limites orientales se perdent avec les parlers mayennais, angevin, et poitevin, aux confins du Maine, de l'Anjou, ainsi que des communes situées au sud de la Loire (pays de Retz, Marches de Bretagne).

Une appellation touristiqueModifier

Par ailleurs, le nom de « Haute-Bretagne » est actuellement utilisé par le Comité départemental du tourisme d'Ille-et-Vilaine pour promouvoir ce seul département[4].

Un ensemble culturelModifier

Simone Morand a beaucoup œuvré en faveur de la culture gallèse.

Notes et référencesModifier

  1. Le Concellois - mars 2014.
  2. Lieux de Haute-Bretagne - Chubri.
  3. Rapport sur le gallo d'octobre 2015, p. 18.
  4. Agence de développement touristique d’Ille-et-Vilaine, « Page d'accueil », sur bretagne35.com (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Conseil régional de Bretagne, Gallo, étude et préconisations (rapport), (lire en ligne [PDF]).
  • Association Chubri, « ChubEndret — Dictionnaire de noms de lieux en gallo », sur www.chubri-galo.bzh (consulté le ).
  • Association Gallo Tertõt, Joël Paris, « Le gallo, une langue méconnue - Le galo, qhi q'cét don ? », Le Concellois - Mairie de Saint-Julien-de-Concelles, no 89,‎ , p. 4 et 5 (lire en ligne).
  • Marc Clérivet, Danse traditionnelle en Haute-Bretagne : traditions de danse populaire dans les milieux ruraux gallos, XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR - Dastum, coll. « Patrimoine oral de Bretagne », (BNF 43622705).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Bertègn Galèzz et La Bouèze, « Page d'accueil », sur galloetculturegallese.com, Centre de ressources gallo et culture gallèse