Guipel

commune française d'Ille-et-Vilaine

Guipel
Guipel
Mairie de Guipel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ille-Aubigné
Maire
Mandat
Isabelle Joucan
2020-2026
Code postal 35440
Code commune 35128
Démographie
Gentilé Guipellois
Population
municipale
1 696 hab. (2017 en augmentation de 0,36 % par rapport à 2012)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 54″ nord, 1° 43′ 17″ ouest
Altitude Min. 58 m
Max. 113 m
Superficie 25,11 km2
Élections
Départementales Canton de Melesse
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Guipel
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Guipel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guipel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guipel
Liens
Site web www.guipel.fr

Guipel est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 696 habitants[Note 1].

GéographieModifier

Guipel se situe en Bretagne dans le département d'Ille-et-Vilaine, à 30 kilomètres de Rennes.

ToponymieModifier

Les formes anciennes du nom de la commune sont Guippetel en 1040 et Guypeel au XVe siècle[1].

Guipel est issu du breton guik (« village ») et du saint breton Péel[source insuffisante][2],[3].

La forme bretonne actuelle est Gwipedel.

Le gentilé est Guipellois.

HistoireModifier

Langue bretonneModifier

À la rentrée 2016, l'école Diwan de La Mézière a déménagé à Guipel[réf. souhaitée].

Politique et administrationModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1856 1870 Joseph Anne Aliix    
1870 1874 Pierre Loncle    
1874 1876 Joseph Bazin    
1876 1898 Pierre Loncle    
1898[4] ? Albert Loncle    
         
1984 mars 2001 Yves Ollivier   Informaticien
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Rehault    
mars 2008 mai 2020 Christian Roger DVG Artisan
mai 2020 En cours Isabelle Joucan[5]   Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2017, la commune comptait 1 696 habitants[Note 2], en augmentation de 0,36 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4491 4211 4801 4771 4581 4651 4721 5571 564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5781 6071 6571 6731 7951 7521 7111 7061 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5581 5011 4601 3191 3031 3241 2201 2041 210
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1221 1261 0711 1901 2831 4201 5451 5621 690
2017 - - - - - - - -
1 696--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église paroissiale Saint-Martin de Guipel.
  • Étang de la Picquelais, un des étangs méso-eutrophes d'Ille-et-Vilaine[10].
  • Église Saint-Martin, construite de 1864 à 1872 par Aristide Tourneux, à l’emplacement d’une église du XVIe siècle[11].
  • Manoir de Launay-Jan, datant du XVIe siècle.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2017, légale en 2020.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Les Noms de lieux bretons de Haute-Bretagne par Jean-Yves Le Moing.
  2. saint Péel a pu être, à l'origine, le patron de cette paroisse (Vies des saints de Bretagne, appendice, 13).[Information douteuse]
  3. « Etymologie et Histoire de Guipel », infobretagne. (consulté le 23 décembre 2016)
  4. Les élections des maires : arrondissement de Rennes, L'Ouest-Éclair du 11 décembre 1919, no 7269 (lire en ligne).
  5. Ouest-France, « Résultats municipales 2020 Guipel [35440] : en direct score des listes, taux abstention », sur Ouest-France.fr (consulté le 1er juin 2020)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 65.
  11. « Église paroissiale Saint-Martin », notice no IA00130840, base Mérimée, ministère français de la Culture

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Seigneurie du Chesnay-Piguelais en Guipel, cotes 15 J 105 à 15 J 135 > Fonds de Langle (15 J), Archives I&V.
  • François Duine, Guipel des origines jusqu'à nos jours, Annales de Bretagne, n° 36, 2, 1924-1925, pp. 229–269.