Paul Wittek

historien autrichien
Paul Wittek
Biographie
Naissance

Banlieue de Vienne (Autriche)
Décès
(à 84 ans)
Eastcote (Angleterre)
Nationalité
Autrichien
Activité
Historien orientaliste
Autres informations
Domaine
Histoire de l'Empire ottoman
Maître
Johannes Heinrich Mordtmann
Œuvres principales
« Théorie de Ghazi »

Paul Wittek est un historien orientaliste autrichien, né le à Baden dans la banlieue de Vienne et mort le à Eastcote dans le Middlesex (Angleterre). Il est spécialiste de l'histoire du début de l'Empire ottoman.

BiographieModifier

Mobilisé dans l'armée austro-hongroise au début de la Première Guerre mondiale, il sert d'abord comme officier de réserve dans un régiment d'artillerie, en Galicie où il est blessé en octobre 1914, puis sur l'Isonzo en 1917. Il trouve sa passion pour l'histoire ottomane alors qu'il est détaché en 1918 comme conseiller militaire en Syrie puis à Istanbul. Il obtient un doctorat en histoire en 1920 à l'université de Vienne. Il travaille à Istanbul envoyé par l'Institut archéologique allemand entre 1924 et 1934. À son retour, pour fuir le nazisme, il s'installe à Bruxelles puis à partir de mai 1940 à Londres, où il finit sa carrière à l'université de Londres au sein de l'École des études orientales et africaines[1].

Son principal apport à l'étude de l'Empire ottoman est le développement de la « théorie de Ghazi » qui fut la théorie dominante dans l'historiographie ottomane jusqu'aux années 1980[2].

La théorie de GhaziModifier

La théorie de Ghazi défend que l'Empire ottoman est à l'origine le regroupement des ghazis, des guerriers saints de l'islam, qui se sont regroupés pour mener une guerre sainte (ġazā, غزا) contre les chrétiens et élargir le Dar al-Islam (en arabe : دار الإسلام). Paul Wittek développe cette théorie dans son ouvrage Rise of the Ottoman Empire en 1938.

Cette théorie est aujourd'hui obsolète ayant été révisée et réfutée par la génération suivante d'historiens spécialisés en histoire ottomane (principalement Cemal Kafadar)[2],[3].

Notes et référencesModifier

  1. John Wansbrough, « Obituary: Paul Wittek », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, vol. 42, no 1,‎ , p. 137–139 (ISSN 0041-977X, lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b (en) Heath W.Lowry, The Nature of the Early Ottoman State, New York, State University of New York Press, , 143 p. (ISBN 0-7914-5636-6).
  3. (en) Cemal Kafadar, Between two Worlds, The Construction of the Ottoman State., Los Angeles, University of California Press, , 154 p. (ISBN 0-520-08807-7)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (de) Paul Wittek, Das fürstentum Mentesche [« Le beylik de Menteşe »], Istanbul, Universum druckerei, , 192 p. (LCCN ac35002827).
  • (de) Karl Wulzinger, Paul Wittek et Friedrich Sarre, Das islamische Milet [« Le millet islamique »], Berlin et Leipzig, W. de Gruyter & co., , 127 p. (LCCN ac35001211).
  • (en) Paul Wittek, The rise of the Ottoman empire, Londres, The Royal Asiatic Society, , 54 p. (LCCN 40002228).
  • (tr) Paul Wittek, Menteşe Beyliǧi : 13-15 inci asirda garbî Küçük Asya tarihine ait tetkik [« Le beylik de Menteşe »], Ankara, Türk tarih Kurumu basimevi, (réimpr. 1986), 191 p. (LCCN 56055022, DNB 363100423).
  • (en) Paul Wittek, Vocabulary to the Turkish reader, Londres, Lund Humphries & Co., (réimpr. 1956), 134 p. (LCCN 46012483).
  • (tr) Paul Wittek, Osmanlı İmparatorluğuʾnun doğusu [« La formation de l'Empire ottoman »], Istanbul, Sirketi Mürettibiye Basımevi, , 128 p. (LCCN unk83073656).
  • Paul Wittek (trad. V. L. Ménage), La formation de l'Empire ottoman, Londres, Variorum Reprints, (ISBN 0860781003).
  • (en) Paul Wittek, The Rise of the Ottoman Empire: Studies in the History of Turkey, Thirteenth-Fifteenth Centuries, Londres et New York, Routledge, , 194 p. (ISBN 978-0-7007-1500-8, lire en ligne).

Liens externesModifier

Articles connexesModifier