Les ghazis[1] étaient des guerriers religieux, fraichement convertis à l'Islam et sûrs de gagner le paradis par le combat.

Sous l'Orient médiéval, mus par leur caractère fanatique et leur indiscipline, ces soldats se jetaient avec ardeur dans les batailles, souvent inconscients de la nature de leur ennemi et pouvant même oublier les ordres de leur général.

Au XIIIe siècle, lorsque tomba le sultanat des seldjoukides de Roum (en Anatolie), nombre de petits émirats, composés de ghazis, apparurent. Ces ghazis turcomans (Akindji) étaient essentiellement des barons et des chevaliers musulmans, frontaliers des marches byzantines.

Notes et référencesModifier

  1. ghazi en turc : gazi, de l'arabe : ḡāzi, غازٍ, conquérant