Paul Tirard

diplomate français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tirard.
Paul Tirard
Paul Tirard.jpg
Fonction
Président
Haute Commission interalliée des territoires rhénans (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit

Paul Tirard, né le à Nogent-le-Rotrou, mort le à Paris 17e arrondissement, est un haut fonctionnaire français. Il a été président de la Haute Commission interalliée des territoires rhénans de 1919 à 1930.

BiographieModifier

Paul Tirard naît à Nogent-le-Rotrou le 2 juin 1879, dans une famille d'industriels. Il est le fils de Ferdinand Tirard (décédé en 1909), ingénieur de la marine et d'Augustine Buissot.

Il a étudié le droit (docteur en droit de la Faculté de droit de Paris en 1906), avant de mener une carrière de fonctionnaire, notamment au ministère de la Justice et au ministère des Colonies.

En 1912, il a pris part à la mise en place de l'administration coloniale du Protectorat français au Maroc[1]. En 1913 il devient le premier secrétaire général du protectorat.

Durant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé comme officier.

De 1919 à 1930, il est haut-commissaire, président de la Haute Commission interalliée des territoires rhénans. Il se lie notamment avec Edmond Giscard d'Estaing, directeur des services financiers du haut-commissariat de France en Rhénanie, dont il est le témoin lors de son mariage en avril 1923[2].

De 1933 à 1938, il est président d'Air France, ce qui l'incite à passer son brevet de pilote (catégorie tourisme). Il apprend à piloter un avion auprès de Michel Détroyat à l'école d'aviation de Villacoublay[3].

Il a été président du Conseil d'administration de l'École libre des sciences politiques (en 1936) et maître des requêtes au Conseil d'État.

En juin 1935, il est élu au premier tour de scrutin à l'Académie des sciences morales et politiques, section législation[4], il en deviendra le président en 1943.

Célibataire, il meurt en son domicile[5] le 23 décembre 1945 à Paris (17e arrondissement) 8, rue Anatole-de-La-Forge[6].

FamilleModifier

Paul Tirard a deux sœurs :

  • Adrienne Tirard, née en 1875, elle épouse en 1902 René Michelet (décédé en 1944), architecte, décédée à Cabourg (Calvados) le 23 février 1940[7]. Laquelle a une fille : Yvonne (née en 1904), épouse en 1927 d'Etienne Masson et un fils : Jacques (1909-1922).
  • Jenny Tirard, née en 1883, elle épouse en 1905 Victor Peytral, substitut du Procureur de la République[8], puis ministre des travaux publics, fils de Paul Peytral, ministre des finances, sans postérité.

HommageModifier

 
Tirard et Jean-Marie Degoutte 1920

Le lycée français de Mayence, fondé en octobre 1947, portait son nom[9].

RéférencesModifier

  1. Kerstin Theis, « Paul Tirard (1879-1945), Präsident der Rheinlandkommission », sur Rheinische Geschichte, Landschaftsverband Rheinland (de) (consulté le 20 juillet 2013).
  2. Le Gaulois, 20 avril 1923, p. 2.
  3. R.P. de T., « Un membre de l'Institut apprend à piloter », L'Intransigeant,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  4. Le Matin, 23 juin 1935, p. 1.
  5. Acte de décès de Paul Tirard, numéro 2030, registre de l'état civil de Paris 17ème arrondissement, année 1945
  6. (en) « Paul Tirard, Directed Rhineland Occupation After First World War », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  7. Journal des débats politiques et littéraires, 29 février 1940, p. 3.
  8. Le Figaro, 6 octobre 1905, p. 2.
  9. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 1er et 2 novembre 1947.

BibliographieModifier

  • Paul Tirard, La France sur le Rhin : Douze Années d'occupation rhénane, Paris, Plon,
  • Paul Tirard, L'Art français en Rhénanie pendant l'Occupation 1918–1930. Strasbourg, Dernières nouvelles, 1930
  • Margaret Pawley, The Watch on the Rhine: The Military Occupation of the Rhineland, 1918–1930, I.B.Tauris, (ISBN 978-1-84511-457-2)

Liens externesModifier