Paul Doyen

général français
(Redirigé depuis Paul-André Doyen)

Paul André Doyen, né le à Cabanac-et-Villagrains (Gironde), mort le [1] à Veyrier-du-Lac (Haute-Savoie)[2], est un général de corps d'armée français de la Seconde Guerre mondiale.

Paul Doyen
Generaux Touchon, Lestien et Doyen au sommet du Lautaret 1938.jpg
Le général Doyen (droite), avec les généraux Lestien (centre) et Touchon (en képi) lors d'une manœuvre en 1938.
Fonction
Maire
Veyrier-du-Lac
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Période d'activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinctions

BiographieModifier

 
Le 11e bataillon de chasseurs alpins défile devant le commandant Doyen (à cheval) en juin 1917.

Il sort de Saint-Cyr en 1903 et est affecté à l'infanterie[3].

Il est lieutenant au début de la Première Guerre mondiale[4]. Sa conduite au sein du 11e bataillon de chasseurs alpins lui vaut deux citations[3]. Chef de bataillon commandant le 11e BCA à partir de novembre 1916, il est grièvement blessé le [4].

En 1939, il prend le commandement de la 27e division d'infanterie alpine puis du 18e corps d'armée[3].

Du 13 septembre 1940 à juillet 1941, il est chef de la délégation française de la Commission allemande d'armistice[5]. Il quitte ce poste à la demande des Allemands[6]

Rappelé au service en février 1945 par le général de Gaulle[3], il commande à la fin de la guerre, de mars à mai 1945, les troupes alliées sur le front des Alpes, dirigeant le détachement d'armée des Alpes lors de la Deuxième bataille des Alpes, détachement qui pénètre en Italie et fait la jonction avec la 5e armée américaine commandée par le général Clark[2].

Des rectifications de la frontière avec l'Italie sont accordées à la France lors du traité de Paris de 1947 sur indications du général Doyen[7],[8].

Après guerre, il est de 1945 à 1946, gouverneur militaire de Lyon[7]. Il est témoin à charge lors du procès du maréchal Pétain[9].

Pendant 25 ans, il est maire de Veyrier-du-Lac[10]. Très influent parmi ses confrères, il porte avec d'autres le projet du syndicat inter-communal du lac d'Annecy (SICLA) créé en 1957[11].

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

OuvrageModifier

  • La Campagne du détachement d'armée des Alpes : Mars, avril, , éd. Arthaud, 1948

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Paul-André Doyen sur data.bnf.fr.
  2. a et b « Paul Doyen », sur Larousse.fr (consulté le 3 décembre 2015).
  3. a b c d e f et g « Mort du général Paul Doyen ancien commandant du détachement d'armée des Alpes en 1945 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 août 2020)
  4. a et b Historique du 11e bataillon de chasseurs alpins 1914-1918, Étampes, Imprimerie Maurice Dormann, , 74 p. (lire en ligne), p. 24, 29
  5. Raymond Sereau, L'Armée de l'Armistice : (1940-1942), Paris, Nouvelles éditions latines, , 124 p. (lire en ligne), p. 90.
  6. Robert O. Paxton, L'armée de Vichy, Tallandier, 2004, p. 119
  7. a et b « La CAMPAGNE des ALPES 1944-45 », sur http://www.museemilitairelyon.com (consulté le 3 décembre 2015).
  8. Environ 700 km² avec les plateaux des cols du Petit-Saint-Bernard et du mont-Cenis, la vallée Étroite au-dessus de Bardonecchia, le fort du Chaberton à Briançon, la commune de Tende et la Haute-Roya, Source : Musée militaire de Lyon
  9. « Le procès Pétain : séance de témoins à charge », sur Jalons de l'INA (consulté le 3 décembre 2015).
  10. Jean-Paul Chavas, « Le général Doyen, héros militaire et serviteur de Veyrier-du-Lac », sur www.ledauphine.com, (consulté le 22 août 2020)
  11. Cécile Pietu, Des pionniers de l’environnement : émergence et institutionnalisation de la politique de sauvetage du lac d’Annecy, de l’après-guerre aux années 1970 (mémoire de DEA sous la direction de Didier Renard soutenu à l'Université Lumière-Lyon-II), (lire en ligne), p. 42