Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Roux.
Patrick Le Roux
Portrait de Patrick Le Roux.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
MorlaixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Historien de l'Antiquité classique, professeur d'université, érudit classiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Maîtres

Patrick Le Roux[1] est un historien français, né le (76 ans) à Morlaix dans le Finistère en France.

BiographieModifier

FormationModifier

Agrégé d’histoire en 1967, Patrick Le Roux a soutenu sa thèse d’État, intitulée « L'armée romaine et l'organisation des provinces ibériques d'Auguste à l'invasion de 409 », en mars 1980 à l’université de Bordeaux III sous la direction de Robert Étienne.

Parcours professionnelModifier

Professeur d’histoire au Lycée Descartes à Tours, puis au Lycée français de Londres, membre de la Casa de Velázquez, il a enseigné l’histoire romaine à Paris-X Nanterre puis à Toulouse II, Rennes II et Paris XIII dont il est professeur émérite.

Directeur de recherche au CNRS de 1992 à 1994, il a également enseigné comme professeur invité à l’ENS Ulm. Membre associé du CRESC[2] (PLÉIADE, UFR Lettres, Sciences de l'Homme et des Sociétés), il a collaboré à L'Année épigraphique de 1973 à 2013 et en fut secrétaire de rédaction à partir de 1992. Il a également participé aux fouilles de Conimbriga (Portugal) et de Baelo Claudia (Province de Cadix) et plus particulièrement de la basilique civile du forum.

Apport à l'histoire romaineModifier

S’il a d’abord travaillé sur l’armée romaine et est resté fidèle tout au long de sa carrière professionnelle à l’histoire des Espagne romaines et aux sources épigraphiques, Patrick Le Roux a apporté son analyse et sa réflexion d’historien de l’antiquité à des questions aussi diverses que celles du droit latin, du monde des cités, de la citoyenneté et des provinces occidentales de Rome. Il a activement participé à plusieurs débats importants au sein de la communauté, par exemple sur la « romanisation ». Enfin, il a contribué à la prise en compte systématique des constructions historiographiques dans les recherches sur l’histoire romaine.

Ses travaux actuels portent sur les histoires provinciales romaines comparées aux modèles nationaux contemporains, sans négliger les recherches sur les inscriptions, les cités et les armées des époques romaines.

DistinctionsModifier

Bibliographie sélectiveModifier

  • L'armée romaine et l'organisation des provinces ibériques d'Auguste à l'invasion de 409 (publications du Centre Pierre Paris 8), Paris, 1982, 493 p.[3],[4]
  • Belo V. L’Épigraphie. Les inscriptions romaines de Baelo Claudia (publications de la (Casa de Velazquez, série « Archéologie X »), Madrid, 1988, 164 p. (en collaboration)
  • L'Année Épigraphique, Volumes 1981-2010.
  • Romains d'Espagne. Cités et politique dans les provinces, Paris, Armand Colin, 1995, 182 p. (Traduction en castillan, Barcelone, 2006).
  • Le Haut-Empire romain en Occident d'Auguste aux Sévères, Paris, Nouvelle Histoire de l'Antiquité-8, Points-Seuil H 219, 1998, 510 p. (traduction en basque, 2014)[5].
  • Révision de Pline l’Ancien, Histoire naturelle. Livre III, texte établi, traduit et commenté par H. Zehnacker, Paris, CUF, 1998.
  • L’Empire romain, Paris, Que sais-je ?, 1536, février 2005, 128 p. (traductions multiples)[6].
  • La péninsule Ibérique aux époques romaines, 206 avant J.-C – 409 ap. J.-C., Paris, Armand Colin, 408 p.
  • La Toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan, Scripta varia 1, Rennes, PUR, 2011, 788 p.[7]
  • Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire, Madrid, Casa de Velázquez, 2012 (collection « Essai »), 212 p.[8],[9]
  • Espagne romaines. L’empire dans ses provinces, Scripta varia 2, Rennes, PUR, 2014. 712 p.[10]
  • "Chasser dans le monde romain. Une lecture renouvelée", Archéologia,n° 563, p. 24-33[11].

Il est en outre l’auteur de plus de 250 articles et contributions scientifiques dans diverses revues françaises et internationales[12],[13],[14],[15].

RéférencesModifier

  1. Juan Manuel Abascal, « El anaquel de Spantamicus. Obras de Patrick Le Roux », sur www.ua.es (consulté le 4 novembre 2018)
  2. « Fiche de Patrick Le Roux », sur univ-paris13.fr/cresc
  3. Leveau, Philippe, « Patrick Le Roux, L'armée romaine et l'organisation des provinces ibériques d'Auguste à l'invasion de 409 », Annales, vol. 42, no 6,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  4. Delplace, Christiane, « Le Roux (Patrick). L'armée romaine et l'organisation des provinces ibériques d'Auguste à l'invasion de 409 », Revue belge de Philologie et d'Histoire, vol. 63, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  5. « Les aventuriers de l'Empire romain », sur www.lhistoire.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  6. « L'Empire romain », sur www.lhistoire.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  7. Nathalie Barrandon, « Patrick Le Roux, La toge et les armes. Rome entre Méditerranée et Océan », Revue historique,‎ (lire en ligne)
  8. « Histara - Les comptes rendus », sur histara.sorbonne.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  9. Colin, Xavier, « Patrick Le Roux, Mémoires hispaniques. Essai sur la pratique de l’histoire. Madrid, Casa de Velasquez, « Essais de la Casa de Velasquez », volume 4, 2012, 214 p. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 127,‎ (ISSN 1271-6669, lire en ligne, consulté le 4 novembre 2018)
  10. « Sélection d’ouvrages présentés en hommage lors des séances 201 5 de l’Académie des Inscriptions et Belles -Lettres », sur http://www.aibl.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  11. « Chasser dans le monde romain. une lecture renouvelée | Archéologia n° 563 », sur www.archeologia-magazine.com (consulté le 4 novembre 2018)
  12. http://www.anneeepigraphique.msh-paris.fr/spip.php?article34
  13. http://sigarra.up.pt/up/pt/web_base.gera_pagina?P_pagina=1016395
  14. http://www.ua.es/personal/juan.abascal/le_roux_patrick.html
  15. https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/annuaire-des-membres-et-des-anciens-membres/

Liens externesModifier