Ouvrir le menu principal

Corps des Gardiens de la révolution islamique

(Redirigé depuis Pasdarans)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasdaran.
Corps des Gardiens de la révolution islamique
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nom officiel
سپاه پاسداران انقلاب اسلامیVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflits
Seal of the Army of the Guardians of the Islamic Revolution.svg
sceau

Le corps des Gardiens de la révolution islamique (en persan : سپاه پاسداران انقلاب اسلامى, Sepâh-e Pâsdârân-e Enghelâb-e Eslâmi), souvent appelé Gardiens de la Révolution (abrégé GRI) ou Sepâh-e Pâsdârân — fréquemment abrégé en Pasdaran — est une organisation paramilitaire de la République islamique d'Iran dépendant directement du Guide de la révolution, le chef de l'État iranien.

Selon la constitution iranienne, alors que l'armée régulière iranienne est chargée de la défense des frontières du pays et du maintien de l'ordre dans le pays, les Gardiens de la Révolution sont chargés de protéger le système de la République islamique[1].

L'actuel commandant en chef du corps des gardiens de la révolution islamique est Hossein Salami (depuis avril 2019).

Les Gardiens de la révolution sont depuis le 8 avril 2019 inscrits sur la liste des organisations terroristes des États-Unis[2].

Sommaire

Description du corps des PasdaranModifier

 
Membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique en 1999.

Le Sepah-e Pasdaran est séparé de l'armée iranienne régulière et lui est parallèle. Ils sont très bien équipés avec leur propre marine, armée de l'air et forces terrestres. La force est aussi responsable des missiles d'Iran sur lesquels l'armée régulière n'a aucun contrôle. Son quartier général se situe sur la base aérienne de Doshan Tappeh, siège également du commandement de l'armée de l'air iranienne.

Des efforts récents ont été faits afin de créer un commandement conjoint entre l'armée régulière et les gardiens de la révolution, mais ils ont été limités par leur nature et n'ont pas eu d'impact significatif.

Le corps des gardiens de la révolution a été fondé par un décret du 5 mai 1979, en tant que force soumise à l'autorité de l'ayatollah Khomeini. Ils sont en fait placés sous l'autorité du Guide de la Révolution, actuellement Ali Khamenei. Ils sont devenus une force armée à part entière pendant la Guerre Iran-Irak où l’utilisation de vagues humaines, constituées très souvent d’adolescents inexpérimentés (Basij), contre l’armée irakienne causèrent des pertes pour les GRI 2 fois supérieures à celles subies par l’armée régulière.

En 2000, on estime que les GRI regroupent 130 000 hommes dans une vingtaine de grandes formations, dont des unités parachutistes, d’opérations spéciales ou d’infanterie de marine.

L'ancien président d'Iran Mahmoud Ahmadinejad (auquel Hassan Rohani a succédé le 4 août 2013) était membre des gardiens de la révolution pendant la guerre Iran-Irak.

Plusieurs de ses hauts-commandants ont été assassinés lors d'un attentat-suicide, le , à Zahedan (Sistan-Baloutchistan) revendiqué par le groupe radical sunnite Joundallah[3],[4].

Branches & Commandement
Force Qods
(inconnu)
Basij
11 000 000 (est. 2005)
Forces maritimes des gardiens de la révolution (en)
20 000 (est. 2005)
Forces aériennes des gardiens de la révolution
(inconnu)
Forces terrestres des gardiens de la révolution
(inconnu)
Commandant en chef
Général Hossein Salami

Département de sécurité et de renseignement extérieursModifier

Cette structure spécifique des GRI pour les opérations de renseignements et d’actions clandestines gère différents services ou cellules chargées des opérations clandestines dans le monde entier.

Il est responsable des groupes ‘’Al-Qods’’, cellules des Pasdarans opérant à l’étranger, qui assurent la formation, l’entraînement et parfois, l’encadrement de mouvements islamiques, comme en Bosnie-Herzégovine durant la guerre civile dans ce pays ou un soutien aux mouvements chi’ites irakiens dans la guerre en Irak.

Commandants du Corps des GardiensModifier

Influence sur l'économie iranienneModifier

Article connexe : Économie de l'Iran.

Les gardiens de la révolution sont le plus grand groupe d'influence économique en Iran. Entre autres, ils contrôlent des ports et aéroports sur lesquels passent des marchandises non déclarées, notamment le port de conteneurs de Bandar Abbas. Ils détiennent ou contrôlent des entreprises dans le secteur du bâtiment, de la construction navale et des télécommunications.

Entreprises détenues ou sous contrôle des gardiens de la révolution :

  • Khatam ol-Anbia (grand holding, aussi "Khatam ol Anbia Gharargah Sazandegi Nooh" - BTP, secteur militaire)
  • Oriental Oil Kish
  • Ghorb Nooh
  • Sahel Consultant Engineering
  • Ghorb-e Karbala
  • Sepasad Engineering Co
  • Omran Sahel
  • Hara Company
  • Gharargahe Sazandegi Ghaem
  • SADRA (construction navale)
  • Telecommunication Company of Iran (TCI) (50 %, depuis oct. 2009)
  • Islamic Republic of Iran Broadcasting : Chaîne publique nationale iranienne dirigée de 2004 à 2014 par Ezzatollah Zarghami, précédemment membre du Corps[5]

Une partie des entreprises liées au Pasdaran, notamment Khatam ol-Anbia, est inscrite sur la liste des organismes sanctionnés par les États-Unis et l'Union européenne[6].

Implantation au LibanModifier

Il dispose d'un quartier-général opérationnel libanais à Ras al-Aïn (Baalbek). L'une de ses fonctions est de piloter les activités militaires hors d'Iran[réf. nécessaire].

Cinq commandements opérationnels sont situés à Beyrouth-sud, Tyr, Aïn Boussawr, Mlita (Djebel Safi) et Macheghara (Beka'a Ouest). Le chef au Liban est Assadalah Hadji Reza Asgar (« Abou Asager »)[réf. nécessaire].

Classement comme organisation terroristeModifier

Le 23 octobre 2018, le Corps des Gardiens de la révolution islamique est classé comme organisation terroriste par l'Arabie saoudite et Bahreïn[7].

Le 8 avril 2019, les États-Unis font de même[8].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Profile: Iran's Revolutionary Guards », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 15 février 2019)
  2. Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Washington considère les Gardiens de la révolution comme une organisation terroriste », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 8 avril 2019)
  3. Plusieurs arrestations en Iran après l'attentat contre les Gardiens de la révolution, Le Monde-AFP, 20 octobre 2009
  4. Delphine Minoui, Après l'attentat sanglant, l'Iran accuse le Pakistan, Le Figaro, 19 octobre 2009
  5. (en) Mehran Riazaty, Khomeini’S Warriors: Foundation of Iran’S Regime, Its Guardians, Allies Around the World, War Analysis, and Strategies, Xlibris Corporation, (ISBN 9781514470312, lire en ligne)
  6. Décision du Conseil du 23 juin 2008 mettant en œuvre l'article 7, paragraphe 2, du règlement (CE) no 423/2007 concernant l'adoption de mesures restrictives à l'encontre de l'Iran
  7. Reuters Editorial, « Saudi, Bahrain add Iran's Revolutionary Guards to terrorism lists », sur U.S. (consulté le 8 avril 2019)
  8. Le Point, magazine, « Iran : les Gardiens de la révolution placés sur la liste des organisations terroristes », sur Le Point (consulté le 8 avril 2019)

Voir aussiModifier