Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Le détail du haut de la grille pricnipale

Le Parc de Blossac est un parc et un jardin de Poitiers aménagé par Paul Esprit Marie de La Bourdonnaye, comte de Blossac, Intendant du roi Louis XV entre 1753 et 1770.

Sommaire

HistoireModifier

 
Muraille du XIIe-XIVe siècle et la "Tour à l'oiseau" derrière lesquels a été aménagé le parc au XVIIIe

Au début du XVIIIe siècle, la ville de Poitiers n'est plus une cité de premier ordre comme elle le fut aux siècles précédents. L'intendant le Nain avait déjà aménagé, à la fin du XVIIe siècle, la promenade des Cours, mais le reste de la ville était encore doté d'un urbanisme médiéval gênant et peu commode. comte de Blossac, nommé intendant en 1751, avait pour projets la création de nouvelles rues, la démolition des anciens remparts et la création d'un grand espace vert sur la pointe sud du plateau poitevin. De tous ces projets, seuls furent réalisés quelques boulevards, le Pont-Neuf (1778) et le grand parc qui porte aujourd'hui le nom de son créateur, terminé en 1770.

Le parc occupe une superficie de 9,5 ha à l'emplacement de l'ancienne nécropole antique de Blossac-Saint-Hilaire. Au XVIIIe siècle, ce terrain était occupé par des vergers et limité sur sa partie sud par les remparts d'Aliénor d'Aquitaine, restaurés par Jean de Berry à la fin du XIVe siècle.

StructureModifier

 
Grille d'entrée principale

Jardin à la françaiseModifier

Le jardin est aménagé dans le goût français, de part et d'autre d'une grande allée. Des allées perpendiculaires donnent des vues sur la vallée du Clain. L'emplacement est propice à la contemplation de la nature selon le goût de l'époque. Ainsi, le modèle en est l'esplanade de Saint-Germain-en-Laye. Pour l'occasion les remparts furent restaurés : c'est une rareté en France à l'époque où l'on méprisait le gothique, peut-être due au goût pour les ruines. L'ancien chemin de ronde et les tours de guet telles que la grande Tour à l'Oiseau sont aménagés avec des bancs de pierre.

De part et d'autre des allées s'alignent des arbres taillés en rideau, et différents axes secondaires s'ouvrent sur d'autres vues. Un labyrinthe s'y trouvait alors, de même que des mûriers afin d'y élever des vers à soie. Il est alors appelé "Parc des Gilliers". Vers 1840 on y inaugure un jet d'eau.

L'entrée est encore ornée d'une grille en fer forgé ornée des armoiries du comte.

Jardin anglaisModifier

 
Cygne noir dans la ménagerie.

En 1899, à l'occasion d'une année consacrée aux expositions et foires, un petit jardin anglais est aménagé à l'emplacement d'un des bosquets. À cette occasion le parc est orné de statues et de bronzes, de bassins, de ponts et de kiosques rustiques. Une petite ménagerie s'y trouve désormais.

Jardin de rocailleModifier

 
Pergola du Jardin d'Ombre

Un jardin de rocaille a été aménagé dans les années 1970 au pied des rochers qui longent le boulevard Sous-Blossac.

Jardin contemporainModifier

À l'est, là où se trouvait le labyrinthe, un grand pré fut aménagé au cours du XIXe siècle. C'était le lieu de la plupart des festivités poitevines au début du XXe siècle. Dans les années 1960, la gare routière occupa l'espace avant son transfert dans la cour de la gare. Depuis 2002, le grand pré a retrouvé sa fonction d'origine, avec l'ajout du « Jardin d'ombre et de lumière », composé de bosquets, d'un théâtre de verdure et d'une grande pergola contemporaine.

Sculptures du parcModifier

IconographieModifier

 
L'entrée du Parc de Blossac, par Gaspard Duché du Vancy, aquarelle et crayon sur papier, vers 1780 (Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers)

Le peintre et dessinateur français Gaspard Duché de Vancy a réalisé une grande aquarelle de l'entrée du parc. On y reconnait la grille, les armoiries de Blossac et les arbres taillées, beau décor pour des promeneurs élégants à la mode des années 1780. Par la suite le parc, avec ses allées rectilignes et rigoureuses, apparait régulièrement dans les gravures du XIXe siècle, et a été photographié par Alfred Perlat et Jules Robuchon.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier