Washi

papier japonais
(Redirigé depuis Papier japon)

Le washi, savoir-faire du papier artisanal traditionnel japonais *
Image illustrative de l’article Washi
Un exemple de washi : kyo chiyogami.
Pays * Drapeau du Japon Japon
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2014
* Descriptif officiel UNESCO

Le washi, également prononcé wagami (和紙) littéralement « papier japonais », est le papier fabriqué artisanalement au Japon depuis le VIIe siècle. Ce papier aux longues fibres de mûrier à papier entrelacées est léger, flexible et solide.

En 2014, le washi est inclus dans la liste du patrimoine immatériel de l'humanité de l'Unesco.

Histoire modifier

Le washi[1] 和紙 est le papier fabriqué artisanalement au Japon depuis le VIIe siècle, après l'apport des techniques de papier de soie par les Chinois avec le bouddhisme[2], l'écriture et autres éléments culturels.

Le papier japon utilisé par Rembrandt[3] est « soyeux, nacré, jaune[4] clair ou gris ».

La résistance de ce papier est telle qu'il a été utilisé lors de la Seconde Guerre mondiale pour la confection de « ballons incendiaires » dans le projet Fugo[5] : un millier de ces ballons[2] auraient atteint les États-Unis, causant la mort d'au moins cinq personnes en Oregon.

Utilisation modifier

Il en existe plus de quatre cents sortes, aux motifs et couleurs variés, utilisées pour rédiger des cartes ou invitations, recouvrir des boîtes ou fabriquer les fenêtres translucides des portes coulissantes (shōji), des emballages, des faire-part, des abat-jour ou des cerfs-volants. Il peut aussi être utilisé pour créer des ustensiles, notamment des bols, en les recouvrant de laque, des parapluies en les enduisant d'huile de pérille, des imperméables (kamiko), des lanternes (chōchin), des lampes (andon), des éventails (uchiwa ou sensu)[1].

Le washi sert de support pour des œuvres artistiques, gravures de Jacques Hnizdovsky ou aquarelles de Takeuchi Seiho, parmi beaucoup d'autres. L'artiste contemporain Jeannine Cook utilise ce papier en collage dans ses dessins à la pointe de métal[6], tandis que d'autres l'emploient dans la création de sculptures, pliages, et découpages[7],[8],[9].

La restauration des documents graphiques nécessite l’utilisation d’un papier à la fois très fin et résistant. Dans tous les ateliers, les restaurateurs connaissent les qualités du papier japon, originaire de l'Extrême-Orient. Malgré son extrême légèreté, il offre cette capacité unique de résistance physico-chimique qu’aucun autre papier ne possède.

C'est aussi un papier très utilisé pour les partitions de musique. Il est encore employé en modélisme pour recouvrir les ailes et le fuselage des avions. Pour cet usage, on emploie aussi du papier de couleur, tel le papier orange caractéristique des boîtes de construction de modèles réduits de planeurs Chalange et Bonnet. Une fois collé sur la structure, le papier est tendu une première fois par une pulvérisation d'eau, puis renforcé et protégé par l'application d'une ou plusieurs couches de vernis cellulosique.

Composition modifier

Les fibres utilisées les plus connues portent les noms de kōzo (Broussonetia papyrifera), gampi (Wikstroemia sikokiana) et mitsumata (Edgeworthia chrysantha). Chacune d'entre elles confère au papier des caractéristiques particulières.

Alors qu'il est fabriqué à partir des fibres du mûrier à papier, il est appelé, en Occident par erreur, papier de riz ou papier de soie car le mûrier blanc (Morus alba L.), arbre assez proche du mûrier à papier, est celui où on élève le bombyx, la chenille qui produit la soie.

Fabrication modifier

Dans le documentaire Gérard de par le monde : Japon, « Fukui, les maîtres des forêts » de Sébastien Fallourd (Arte, 2018), Eriko Takeda et Gérard Depardieu rendent visite au fabricant de washi Iwano Ichibē[10], trésor national vivant du Japon.

Le journal télévisé du 13 h de TF1 a fait un reportage sur le washi fabriqué à Salasc dans l’Hérault par Benoît Dudognon[11] selon la technique du nagashizuki[12].

Simili Washi modifier

Au début du XIXe siècle, la papeterie Van Gelder installée dans l'est des Pays-Bas envoie des agents au Japon pour se renseigner sur la fabrication du papier. Les informations recueillies ont permis le développement d'un nouveau papier appelé « Simili Japon ». Ce papier est encore produit aujourd'hui par la papeterie Schut qui racheta la Van Gelder Papermill en 1710. La papeterie Schut fut vendue à son tour à la papeterie française Claire Fontaine en 1998[13].

Ce papier est utilisé en reliure, mais aussi pour la calligraphie et en gravure, notamment dans le tirage des manières noires.

Patrimoine culturel immatériel de l’humanité modifier

En 2014, l'Unesco inscrit le washi sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[14].

Trois communautés du Japon sont concernées:

Fabricants modifier

 
Exemple usinage d'IseWashi pour o-fuda du temple d'Ise.

Japonais modifier

Français modifier

  • Benoît Dudognon et Stéphanie Allard[12] (Arles)

Notes et références modifier

  1. a et b « Washi, le papier japonais qui dure mille ans », La modernité de l’esthétique traditionnelle, sur www.nippon.com, (consulté le ), p. 1.
  2. a b c d et e Toru Yamanaka, « Le washi, célèbre papier japonais, traverse les âges sans prendre un pli », sur Le Point, (consulté le ).
  3. « Arrêt sur… Rembrandt graveur : à la recherche de l'expressivité », sur BnF, (consulté le ) : « La texture particulière et le ton doré du papier japon de l’épreuve ».
  4. « Rembrandt. La lumière de l’ombre. Glossaire : Supports », sur BnF, (consulté le ).
  5. (en) « Project Fugo: The Japanese Balloon Bombs », sur Warfare History Network, (consulté le ).
  6. « Vernissage de Jeannine Cook "Terratorium" - Villeneuve-sur-Yonne - Villeneuve-sur-Yonne - Germain Pire », sur agenda.germainpire.info (consulté le )
  7. « « Washi » : le papier japonais », sur nippon.com, (consulté le )
  8. (en-US) « Paper Artist | Paper Sculpture | Nahoko Kojima », sur Nahoko Kojima 小島 奈保子,‎ (consulté le )
  9. (en) « Paper Narratives », sur American Craft Council (consulté le )
  10. « Gérard de par le monde : Japon (1/5) : Fukui, les maîtres des forêts »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [vidéo], sur Arte, (consulté le ) : « Il se rend ensuite à Otakiko, où Ichibei Iwano, promu “trésor national vivant”, lui détaille les secrets de fabrication du papier washi. ».
  11. « Benoît Dudognon fabrique du papier japonais “made in France” », sur TF1, (consulté le ).
  12. a et b Jean Talabot, « Menacé de disparition, le papier washi japonais renaît “made in France” », sur Le Figaro, (consulté le ).
  13. « “Schut Papier” Papeterie, papier pour la gravure, feuilles en tube ou en rouleau », www.polymetaal.nl (consulté le 2 janvier 2018).
  14. « Le washi, savoir-faire du papier artisanal traditionnel japonais », sur Unesco, (consulté le ).
  15. a et b Juliette Hochberg, « Japon : les traditions derrière la modernité », sur Le Figaro, (consulté le ) : « Mino : spécialiste du papier ».
  16. (en) « Paper of the Gods », sur The Rafu Shimpo, (consulté le ).
  17. (en) « Artisans », sur Echizen washi, (consulté le ) : « Ichibei Iwano ».
  18. Marianne Payot, « Erik Orsenna à la poursuite du papier », sur L'Express, (consulté le ) : « Direction le Japon, pays de l'origami, où Ichibei Iwano, Trésor vivant ».

Annexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Lien externe modifier