Pacte trilatéral américano-nippo-coréen

Le pacte trilatéral américano-nippo-coréen, aussi surnommé Principes de Camp David ou désigné simplement par l'acronyme JAROKUS, est un pacte de sécurité signé entre les États-Unis, le Japon, et la Corée du Sud, et annoncé à Camp David le . Le pacte engage les trois pays dans un ensemble d'accords et est considéré comme l'une des alliances de sécurité internationales dirigées par les États-Unis au cours de la dernière décennie, avec notamment Quad Plus et AUKUS[1].

Pacte trilatéral américano-nippo-coréen
Logo de l'organisation
De gauche à droite : Yoon Suk-yeol, Joe Biden, et Fumio Kishida
Situation
Création
Type Alliance militaire
Domaine Sécurité collective
Organisation
Membres Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Japon Japon
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud

Contexte

modifier

Relations nippo-sud-coréennes et menaces dans l'Indo-Pacifique

modifier

De 1910 à 1945, la Corée est contrôlée par l'empire du Japon. Durant cette période, les femmes coréennes, principalement originaires du Sud de la péninsule, étaient contraintes à l'esclavage sexuel par l'armée impériale japonaise. Le souvenir de cette époque rend tendues les relations actuelles entre la Corée du Sud et le Japon[2]. Avec les nouvelles administrations du président sud-coréen Yoon Suk-yeol et du premier ministre japonais Fumio Kishida, les deux pays ont fait d'importantes modifications. En mars 2023, Yoon met fin aux demandes du gouvernement sud-coréen aux entreprises japonaises de dédommager les travailleurs forcés coréens durant la Seconde Guerre mondiale[3]. La Corée du Sud et le Japon soutiennent l'Ukraine lors de l'invasion russe, tandis que la Chine et la Russie approfondissent leurs relations[4].

La présence de la Chine dans la région Indo-Pacifique inquiète les États-Unis. Les relations entre les deux pays restent froides[5]. En octobre 2022, la Corée du Nord tire un missile qui survole le Japon[6], puis menace la Corée du Sud d'une frappe nucléaire en mars 2023[7]. Grâce à un accord avec les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud disposent d'informations en temps réel sur les missiles balistiques nord-coréens[8].

Tentatives de stabilisation de la région Indo-Pacifique

modifier

En avril 2023, le président américain Joe Biden annonce que toute attaque contre la Corée du Sud par la Corée du Nord entraînerait la « fin » du règne de Kim Jong-un. À la Maison-Blanche, Yoon s'engage à produire des armes nucléaires[9]. Le Japon refuse de participer à une démarche attribuée par les États-Unis à la politique intérieure[10].

Sommet du Camp David

modifier
 
Carte du pacte trilatéral américano-nippo-coréen

À Camp David le , Biden fait l'annonce de l’accord[11], marquant la première fois que des dirigeants internationaux se rendent au lieu de villégiature depuis 2015, lorsque le président de l'époque, Barack Obama y avait tenu un sommet du Conseil de coopération du Golfe. C'est la première fois sous la présidence de Biden que les journalistes sont autorisés à entrer à Camp David[12].

Mise en œuvre

modifier

Le pacte met en œuvre un casus foederis formel dans lequel une menace contre un membre constitue une menace contre tous, mais ne reflète pas l'article 5 du Traité de l'Atlantique nord ; la réponse à une attaque contre un membre devant être discutée. L'accord améliore également la défense trilatérale contre les missiles balistiques et les exercices militaires. Les trois pays développeront un cadre de sécurité pour la région Indo-Pacifique[10].

Voir aussi

modifier

Notes et références

modifier
  1. Christy Lee, « Proposed Naval Drills Signal Closer Military Cooperation Among Moscow, Beijing, Pyongyang », Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Megan Lebowitz, « Biden strengthens U.S. ties with Japan and South Korea as leaders meet at Camp David », NBC News, (consulté le )
  3. Choe Sang-Hun, « Historical Disputes Kept Them at Odds. Can Seoul and Tokyo Make Amends? », sur The New York Times, (consulté le )
  4. Edward Wong, « Russia and China Held Military Exercise in East Asia as Biden Visited », sur The New York Times, (consulté le )
  5. Demetri Sevastopulo, « US, Japan and South Korea to deepen security ties to deter China », sur Financial Times, (consulté le )
  6. Motoko Rich et Choe Sang-Hun, « North Korea Fires Powerful Missile, Using Old Playbook in a New World », sur The New York Times, (consulté le )
  7. Choe Sang-Hun, « North Korea Says It Tested a Nuclear-Capable Underwater Attack Drone », sur The New York Times, (consulté le )
  8. « Japan, South Korea to link radar systems to track N.Korea missiles », Reuters, (consulté le )
  9. Peter Baker et David Sanger, « In Turn to Deterrence, Biden Vows 'End' of North Korean Regime if It Attacks », sur The New York Times, (consulté le )
  10. a et b Peter Baker, « Biden Welcomes Japanese and South Korean Leaders to Camp David Summit », sur The New York Times, (consulté le )
  11. Demetri Sevastopulo, « Camp David pact eases Japan-South Korea tensions », sur Financial Times, (consulté le )
  12. Tyler Pager, « At Camp David, Biden's fondness for retreat outpaces immediate predecessors », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes

modifier