Alliance militaire

type d'alliance

Une alliance militaire est un accord formel entre nations concernant la sécurité nationale . Les pays membres d'une alliance militaire acceptent de participer et de contribuer activement à la défense des autres membres de l'alliance en cas de crise[1]. Si une nation est attaquée, les membres de l'alliance sont souvent obligés de venir à sa défense, qu'elle soit attaquée directement ou indirectement. À la suite de la Seconde Guerre mondiale, les alliances militaires se comportent généralement de manière moins agressive et jouent davantage un role de dissuasion[2]. Les alliances militaires diffèrent des coalitions, qui se sont formées pour une crise déjà existante[1].

L'Europe divisée en deux alliances militaires durant la guerre froide : l'OTAN et le Pacte de Varsovie.

Les alliances militaires peuvent être classées en pactes de défense, pactes de non-agression et ententes[3]. Les alliances peuvent être secrètes (comme c'était courant de 1870 à 1916) ou publiques. [4]

Selon un ensemble de données de 2002 susr les alliances militaires, il y a eu 538 traités d'alliance de 1815 à 2003[5]. La grande majorité des alliances impliquent des engagements à soutenir militairement un allié impliqué dans une guerre[5]. La grande majorité est de nature défensive[5].

CaractéristiquesModifier

Les alliances militaires sont liées aux systèmes de sécurité collective mais peuvent en différer par leur nature. Un mémorandum du Département d'État des États-Unis datant du début des années 1950 explique cette différence en notant qu'historiquement, les alliances « étaient conçues pour promouvoir les intérêts nationalistes respectifs des parties et prévoyaient une action militaire conjointe si l'une des parties, dans la poursuite de ces objectifs, était impliquée dans une guerre. » Un arrangement de sécurité collective « n'est dirigé contre personne ; il est dirigé uniquement contre l'agression. Il ne cherche pas à influencer un « équilibre des pouvoirs » changeant, mais à renforcer « l'équilibre des principes »[6].

La motivation évidente des États qui s'engagent dans des alliances militaires est de se protéger contre les menaces d'autres pays. Cependant, des États ont également conclu des alliances pour améliorer les liens avec une nation particulière ou pour gérer un conflit avec une nation particulière[7].

La nature des alliances, y compris leur formation et leur cohésion (ou leur absence), fait l'objet de nombreuses études universitaires passées et présentes, les principaux universitaires étant généralement considérés comme Glenn Snyder et Stephen Walt[8].

Selon une étude de 2019, presque toutes les alliances de 1870 à 1916 étaient secrètes. Dans d'autres périodes, les alliances secrètes ont été rares. L'étude soutient que de 1870 à 1916, le nombre inhabituel d'alliances secrètes a été encouragé par d'autres alliances secrètes. La création d'alliances publiques signalerait à l'allié secret que l'alliance publique avait plus de valeur[4]. Selon Ronald Krebs, les alliances d'avant la Seconde Guerre mondiale étaient généralement « des affaires relativement simples et de courte durée »[9].

Les problèmes communs aux alliances tournent autour du parasitisme et du partage des charges. Les membres d'une alliance sont incités à ne pas contribuer à l'alliance tout en bénéficiant simultanément des biens communs fournis par l'alliance. Selon l'étude classique des alliances de Mancur Olson et Richard Zeckhauser, les petits États profitent fréquemment des contributions des grands États à une alliance[10]. Les petits alliés qui sont militairement vulnérables sont moins susceptibles de resquiller, tandis que les petits alliés stratégiquement importants sont les plus susceptibles de resquiller[11]. Les alliances peuvent également conduire à un aléa moral dans lequel les alliés se comportent de manière plus agressive et imprudente s'ils pensent que l'alliance les aidera en cas de conflit[12],[13]. Dans l'ensemble, les alliances ont un effet dissuasif net sur l'agression[14].

Au sein des alliances, les acteurs peuvent craindre d'être piégés ou abandonnés[15],[16],[17]. Dans un scénario de piège, les alliés sont entraînés dans un conflit pour défendre les intérêts d'un allié que les autres alliés ne partagent pas[15]. Dans un scénario d'abandon, les alliés ne viennent pas au secours d'un autre allié [15]. Un engagements forts envers une alliance peuvent réduire le pouvoir de négociation de cet allié vis-à-vis des autres alliés[15]. Cependant, un allié dont l'engagement envers l'alliance est douteux dispose d'un plus grand pouvoir de négociation[15]. Des engagements faibles envers une alliance peuvent permettre à l'allié de réaligner plus facilement l'alliance si un autre allié est considéré comme insatisfaisant[15]. Des engagements d'alliance forts peuvent renforcer l'alliance de l'adversaire, car l'adversaire peut être confronté à une plus grande menace[15].

Le fait qu'un allié fort ne vienne pas au secours d'un allié plus faible (abandon) peut mettre en péril les autres alliances de l'allié fort. Cependant, cela peut également renforcer les autres alliances, car les autres alliés peuvent parfois préférer que l'allié fort abandonne un allié faible si cela est susceptible d'augmenter les risques d'escalade militaire pour les autres alliés[18].

Historiographie européenneModifier

 
Alliances militaires européennes avant la Première Guerre mondiale : Triple-Entente et Triple-Alliance.

Dans le contexte historique européen, une alliance militaire peut être considérée comme une ligue entre des États indépendants, définie par traité, dans le but d'une action combinée, défensive ou offensive, ou les deux. La plus ancienne alliance de ce type dans le monde aujourd'hui est l'Alliance anglo-portugaise, qui remonte à 1373, lorsque les royaumes d'Angleterre et du Portugal de l'époque ont promis une « amitié perpétuelle » entre les deux pays. Cette alliance est toujours en vigueur aujourd'hui entre l'actuel Royaume-Uni et le Portugal, et les deux ne se sont jamais affrontés dans aucune campagne militaire. Les alliances ont souvent été orientées vers des objectifs spécifiques soigneusement définis dans les traités. Ainsi la Triple Alliance de 1668 entre la Grande-Bretagne, la Suède et les Pays-Bas, et la Grande Alliance de 1689 entre le Saint Empire romain germanique, la Hollande, l'Angleterre, l'Espagne et la Saxe, étaient toutes deux dirigées contre le pouvoir de Louis XIV de France . La Quadruple ou Grande Alliance de 1814, définie dans le traité de Chaumont, entre la Grande-Bretagne, l'Autriche, la Russie et la Prusse, avait pour objet le renversement de Napoléon et de sa dynastie, et l'enfermement de la France dans ses frontières traditionnelles. La Triple Alliance de 1882 entre l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie visait ostensiblement à préserver la paix européenne contre toute action agressive éventuelle de la France ou de la Russie ; ce qui a conduit à son tour, une dizaine d'années plus tard, à la double alliance entre la Russie et la France, pour un soutien mutuel en cas d'action hostile des autres puissances [19].

Parfois, cependant, des tentatives ont été faites pour donner aux alliances un caractère plus général. Ainsi la Sainte-Alliance du 26 septembre 1815 fut une tentative, inspirée par l'idéalisme religieux de l'empereur Alexandre Ier de Russie, de trouver dans les « préceptes sacrés de l'Evangile »[19] une base commune pour une ligue générale de l'Union européenne. gouvernements, son objet étant avant tout la préservation de la paix. De même, par l'article VI du traité quadruple signé à Paris le 20 novembre 1815 – qui renouvela celui de Chaumont et fut de nouveau renouvelé, en 1818, à Aix-la-Chapelle – le champ d'application de la Grande Alliance fut étendu aux objets de intérêt commun non spécifiquement énoncé dans les traités. L'article dit : «  Pour assurer et faciliter l’exécution du présent Traité, et consolider les rapports intimes qui unissent aujourd’hui les quatre souverains pour le bonheur du monde, les Hautes Parties Contractantes sont convenues de renouveler, à des époques déterminées, soit sous les auspices immédiats des souverains, soit par leurs ministres respectifs, des réunions consacrées aux grands intérêts communs et à l’examen de mesures qui, dans chacune de ces époques, seront jugées les plus salutaires pour le repos et la prospérité des peuples, et pour le maintien de la paix de l’Europe.[19][20] »

C'est cet article du traité du 20 novembre 1815, plutôt que la Sainte-Alliance, qui a constitué la base de l'effort sérieux déployé par les grandes puissances, entre 1815 et 1822, pour gouverner l'Europe de concert. D'une manière générale, il a prouvé qu'une alliance, pour être efficace, doit être clairement définie quant à ses objets, et qu'à long terme, le traité dans lequel ces objets sont définis doit – pour reprendre la formule quelque peu cynique d' Otto von Bismarck – « être renforcé par les intérêts » des parties concernées[19]. Pourtant, « l'alliance morale » de l'Europe, comme l'appelait le comte Karl Nesselrode, [19] bien qu'elle n'ait pas réussi à assurer l'harmonie permanente des puissances, a été un instrument efficace pour la paix pendant les années qui ont immédiatement suivi la chute de Napoléon; et il a créé un précédent pour ces réunions périodiques des représentants des puissances, pour la discussion et le règlement des questions d'importance internationale, qui, bien que fastidieuses et inefficaces pour le travail constructif, ont beaucoup contribué à la préservation de la paix générale pendant une grande partie du XIXe siècle.[19]

Voir égalementModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Stefan Bergsmann, Small States and Alliances, , 25–37 p. (ISBN 978-3-7908-2492-6), « The Concept of Military Alliance » (ISBN 978-3-662-13000-1) (Online)
  2. Leeds, « Do Alliances Deter Aggression? The Influence of Military Alliances on the Initiation of Militarized Interstate Disputes », American Journal of Political Science, vol. 47, no 3,‎ , p. 427–439 (ISSN 0092-5853, DOI 10.2307/3186107, JSTOR 3186107, lire en ligne)
  3. Volker Krause et J. David Singer, Small States and Alliances, , 15–23 p. (ISBN 978-3-7908-2492-6), « Minor Powers, Alliances, And Armed Conflict: Some Preliminary Patterns » ( (ISBN 978-3-662-13000-1) (Online)
  4. a et b (en) Kuo, « Secrecy among Friends: Covert Military Alliances and Portfolio Consistency », Journal of Conflict Resolution, vol. 64,‎ , p. 63–89 (ISSN 0022-0027, DOI 10.1177/0022002719849676, S2CID 182507234)
  5. a b et c Jeffry A. Frieden, World Politics: Interests, Interactions, Institutions, 4, , 190 p. (ISBN 978-0-393-67510-8, OCLC 1197968459, lire en ligne)
  6. Robert Tucker et David C. Hendrickson, The Imperial Temptation: The New World Order and America's Purpose, Council on Foreign Relations, , 64–65 (lire en ligne  )
  7. Weitsman, Dangerous Alliances, 18–19 p.[réf. non conforme]
  8. Byman, « Remaking Alliances for the War on Terrorism », The Journal of Strategic Studies, vol. 29,‎ , p. 767–811 (DOI 10.1080/01402390600900887, S2CID 14316259, lire en ligne [archive du ], consulté le )
  9. Krebs, « Perverse Institutionalism: NATO and the Greco-Turkish Conflict », International Organization, vol. 53, no 2,‎ , p. 343–377 (ISSN 0020-8183, DOI 10.1162/002081899550904, JSTOR 2601392, lire en ligne)
  10. Olson et Zeckhauser, « An Economic Theory of Alliances », The Review of Economics and Statistics, vol. 48, no 3,‎ , p. 266–279 (ISSN 0034-6535, DOI 10.2307/1927082, JSTOR 1927082, lire en ligne)
  11. Blankenship, « The Price of Protection: Explaining Success and Failure of US Alliance Burden-Sharing Pressure », Security Studies, vol. 30, no 5,‎ , p. 691–724 (ISSN 0963-6412, DOI 10.1080/09636412.2021.2018624, S2CID 245600314, lire en ligne)
  12. (en) Benson, Meirowitz et Ramsay, « Inducing Deterrence through Moral Hazard in Alliance Contracts », Journal of Conflict Resolution, vol. 58, no 2,‎ , p. 307–335 (ISSN 0022-0027, DOI 10.1177/0022002712467936, S2CID 54823122, lire en ligne)
  13. Brett V. Benson, Constructing International Security: Alliances, Deterrence, and Moral Hazard, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-02724-4, DOI 10.1017/cbo9781139225694, lire en ligne)
  14. Benson, « Unpacking Alliances: Deterrent and Compellent Alliances and Their Relationship with Conflict, 1816–2000 », The Journal of Politics, vol. 73, no 4,‎ , p. 1111–1127 (ISSN 0022-3816, DOI 10.1017/s0022381611000867, lire en ligne)
  15. a b c d e f et g Snyder, « The Security Dilemma in Alliance Politics », World Politics, vol. 36, no 4,‎ , p. 461–495 (ISSN 0043-8871, DOI 10.2307/2010183, JSTOR 2010183, lire en ligne)
  16. Henry, « What Allies Want: Reconsidering Loyalty, Reliability, and Alliance Interdependence », International Security, vol. 44, no 4,‎ , p. 45–83 (ISSN 0162-2889, DOI 10.1162/isec_a_00375, S2CID 215747296, lire en ligne)
  17. Lanoszka, « Tangled up in rose? Theories of alliance entrapment and the 2008 Russo-Georgian War », Contemporary Security Policy, vol. 39, no 2,‎ , p. 234–257 (ISSN 1352-3260, DOI 10.1080/13523260.2017.1392102, S2CID 158217866, lire en ligne)
  18. (en) Iain D. Henry, Reliability and Alliance Interdependence: The United States and Its Allies in Asia, 1949–1969, Cornell University Press, (ISBN 978-1-5017-6305-2, lire en ligne)
  19. a b c d e et f Phillips 1911, p. 695.
  20. ~ Langlois, « Sainte-Alliance et Quadruple-Alliance », sur Langlois • Histoire &c., (consulté le )

BibliographieModifier