Otto Lasch

général allemand

Otto Lasch
Otto Lasch

Naissance 25 juin 1893
Pleß
Décès 29 avril 1971 (à 77 ans)
Bonn
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Infanterie
Années de service 1914-1918-1935-1945
Commandement 217. Infanterie-Division
349. Infanterie-Division
LXIV. Armeekorps
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne

Otto Lasch, né le à Pleß et mort le à Bonn, est un General der Infanterie allemand dans la Heer au sein de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale qui demanda la capitulation de la forteresse de Königsberg dans les derniers moments de la Seconde Guerre mondiale.

Il a été récipiendaire de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne. La croix de chevalier de la croix de fer et son grade supérieur, les feuilles de chêne, sont attribués pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

BiographieModifier

Lasch naît à Pleß, petite ville de Haute-Silésie, aujourd'hui en Pologne, où son père a la responsabilité des domaines forestiers du prince de Pleß, Hans Heinrich XV von Hochberg (1861-1938). Après ses études secondaires, il entre en 1913 comme Fahnenjunker au 2e bataillon de chasseurs Fürst Bismarck (prince Bismarck) stationné à Culm en Prusse-Occidentale, et au sein duquel il combat lorsque la Grande Guerre éclate l'année suivante. Il est élevé au grade de lieutenant le . Il reçoit la croix de fer de 1re et de 2e classe pour ses faits de guerre. Il est à l'est à partir de 1918, pour défendre les frontières avec les corps francs, contre les incursions bolchéviques.

Lasch est commandant d'un régiment de police (Landespolizei) de 1920 à 1935, au grade de capitaine. Il enseigne le droit pénal dans une école de sciences politiques à Sensburg, en Prusse-Orientale. Il est aussi aide-de-camp de l'inspecteur-général de la police, à Breslau. Il entre ensuite volontairement dans la Wehrmacht en 1935. Il sert à l'état-major d'un régiment d'infanterie, et à partir d', il commande le 3e bataillon du 3e régiment d'infanterie de la 21e division d'infanterie, en tant que lieutenant-colonel. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il fait partie de la campagne de Pologne et au bout de quelques semaines, il est nommé commandant du 43e régiment d'infanterie de la 1re division d'infanterie à la tête duquel il combat pendant la campagne de France en 1940-1941. En , il fait partie du groupe d'armées Nord et il combat aux frontières orientales à Riga, Narva, et au siège de Léningrad. Otto Lasch reçoit la croix de chevalier de la croix de fer, le , pour avoir réussi à franchir la Dvina occidentale et avoir participé à la prise de Riga. Il est élevé au grade de Generalmajor le et commande, à partir du suivant, la 217e division d'infanterie. Il est élevé au grade de lieutenant-général, le et commande, à partir du suivant, la 349e division d'infanterie qui combat à Lvov en .

De septembre à , alors que l'est de l'Allemagne commence à être touché par les combats aériens, et que Königsberg est totalement détruite par l'aviation anglo-américaine, le général Lasch commande le 64e corps d'armée récemment formé, et en même temps commande le 1re région militaire (Wehrkreis I). Il reçoit le la croix de fer avec feuilles de chêne et est nommé général d'infanterie, le , alors que le front s'approche et que la Prusse-Orientale commence à être cernée par les forces armées soviétiques.

Le , il est commandant de la forteresse de Königsberg qui selon Hitler est le bastion imprenable de l'âme allemande. La ville défendue par trois enceintes de bastions et de fortins avec d'importants dépôts militaires et 130 000 hommes, est presque entièrement détruite. L'Armée rouge au bout de trois jours et demi de combats extrêmement violents parvient à la prendre. Le général Lasch capitule sans conditions au soir du , contrevenant ainsi aux ordres d'Hitler qui de ce fait le fait condamner à mort, lui et toute sa famille[1].

Le général Lasch et les survivants de Königsberg sont aussitôt envoyés en captivité en URSS. Lui-même est destiné au camp de Vorkouta au nord de la Sibérie et termine sa captivité à Leningrad à partir de 1953. Il n'est libéré qu'en , lorsque le chancelier Adenauer, en visite à Moscou, demande aux autorités la libération des derniers prisonniers de guerre allemands.

Il meurt à Bonn, alors capitale de la RFA, en 1971, après avoir écrit deux ouvrages de Mémoires.

DécorationsModifier

ŒuvreModifier

  • So fiel Königsberg. Kampf und Untergang von Ostpreußens Hauptstadt, Gräfe & Unzer Verlag, Munich, 1958; réédité en 1994, Motorbuch Berlag; réédité en 2010, Beltheim-Schnellbach: Lindenbaum-Verlag, (récit de son commandement à la bataille de Königsberg)
  • Zuckerbrot und Peitsche, Ilmgau Verlag, Pfaffenhofen/Ilm, 1965 (récit de sa captivité)

RéférencesModifier

Notes
  1. Son épouse et sa fille sont arrêtées, et libérées lorsque la guerre cesse un mois plus tard
Bibliographie
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer. Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas, 2000. (ISBN 3-7909-0284-5).
Liens externes