Optimodalité

L’optimodalité se définit comme « l’optimisation des performances techniques, économiques et environnementales des chaînes de transport des marchandises ».

Il s’agit, à la fois, de développer des synergies nouvelles entre les différents modes et moyens de transport, et aussi de mettre au point et de financer de nouveaux matériels visant à améliorer la productivité de chaque maillon de la chaîne (navires à grande vitesse, péniches fluviomaritimes, wagons pivotants…)

En France et EuropeModifier

Dans cette optique d’optimisation, une association (loi 1901) nommée « Cercle pour l’Optimodalité en Europe » (C.O.E.) a été créée en 2007 sur une initiative privée lancée et conduite par différents dirigeants d’entreprises de premier plan du monde des transports (route, rail, air, mer, fluvial), de l’intermodalité (Merroutage, Fluviomaritime, Combiné rail-route classique, Aéro-ferroviaire, Ferroutage), de la gestion et du financement des infrastructures, et d’experts du monde logistique. L’objet du C.O.E. est de détecter et analyser les synergies réalisables tant du point de vue des idées, que des savoir-faire et des moyens de production de la chaîne logistique pour en améliorer l’impact environnemental.

Les acteursModifier

Certains « acteurs » du monde du transport se sont formellement engagés dans cette nouvelle dynamique. Ce sont notamment : Jean-François Roverato (président de APRR), Jean-Marc Lacave (directeur général de CMA CGM), Pierre Blayau (président de Geodis), Philippe Mangeard (président de Modalohr), Philippe Louis-Dreyfus (président de Louis Dreyfus Armateurs), Alain Rousset (président du conseil régional d'Aquitaine), Alain Bréau (vice-président de TLF), Patrick Vandevoorde (Responsable PPP de la Caisse des dépôts), Corinne Namblard (directrice générale de Galaxy, Luc Nadal (directeur général délégué du Fret SNCF) mais aussi l’ADEME, Alstom Transport, CFT, Dexia, VNF, FNTR, EDF, RFF, le Grand port maritime de Marseille, le Port de Nantes Saint-Nazaire, Veolia Transports, Eurofer, Fedex, GCA, Kuehne & Nagel, Marseille Manutention, Mory Group, Plataforma Aquitaine-Euskadi, S.I.TO S.p.A., VTG, BP2S, CNT, COFHUAT, FERRMED, Roissy-CargoRail EXpress, l'Association Route Roulante, TDIE, Transports Passion et UPF... avec notamment un soutien affiché[réf. nécessaire] dans cette démarche de la part de Jacques Barrot, vice-président de la Commission européenne, du ministère français de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durable, de la Banque européenne d'investissement.

Travaux et projets potentiellement optimodauxModifier

Les autoroutes de la merModifier

Les autoroutes fluvio-maritimesModifier

Les autoroutes ferroviairesModifier

Les trains mixtes et longsModifier

  • Projet de trains mixtes combinés semi-remorques et conteneurs ;
  • Entre Marseille Dourges et Luxembourg ;
  • Entre Le Havre et Linz (Autriche) via Ludwigshafen (Allemagne).

TGV Fret aéroferroviaire (projet CAREX)Modifier

Les réflexions transverses du COEModifier

Pour porter le mieux le changement et la volonté d’innover, le Cercle a entrepris plusieurs réflexions transversales pour avancer encore plus loin :

  • Matériels et véhicules innovants, typologie des matériels labellisés par le Cercle et panorama des leviers financiers pour trois premiers projets Locomotives hybrides, barges RO-RO et conteneur 45’ et navires RO-RO ;
  • Trains longs, étude de circulation des trains longs d’autoroute ferroviaire, Présentation du Dossier de Sécurité à EPSF et RFF ;
  • Compétitivité des modes complémentaires à la route, évaluation de la performance globale des solutions optimodales et Communication à destination des professionnels de la route en cœur de cible ;
  • Éligibilité des projets Optimodaux aux crédits carbone, sur la base d’expériences concrètes ou d’études dédiées, la prise en compte de la performance environnementale de l’Optimodalité, c’est-à-dire l’impact des combinaisons entre les différents modes en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Ces réflexions transverses qui concernent la démarche de fond conduite par les membres du Cercle permettent d’alimenter et de cadrer les projets à venir et sont conçues pour contribuer, dans le domaine du transport, à amorcer un changement profond dans le rapport de notre civilisation industrielle avec l’environnement.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier