Oberführer

Insignes de grade SS avec feuille de chêne

Voir l’image vierge

Insignes de grade (pattes de collet et pattes d’épaule) des uniformes des officiers de la SS, ayant au moins une feuille de chêne aux pattes de collet (ce sont des officiers généraux sauf pour les cas des Standartenführer et Oberführer) :

  • de 1933 à (1re rangée, en haut)[a] ;
  • après (2e rangée, au milieu)[b].

Les insignes du Reichsführer-SS (rangée du bas) sont restés inchangés de 1934 à 1945.
Le grade d’Oberst-Gruppenführer n'est apparu qu'en 1942 (il ne figure donc pas dans la rangée du haut).

Oberführer est un grade utilisé dans la SS.

Au sein de la SS, c’est à l’origine un titre honorifique et une reconnaissance de l'importance politique de son titulaire, comme pour Emil Maurice.

Ensuite, à partir de 1932 dans la SS politique ou policière, puis à partir de 1938-1939 au sein de la Waffen-SS, il traduit une réelle fonction de commandement d’unités de combat. Ce grade est ainsi le plus haut grade d’officier supérieur : il se situe ainsi, dans le sens hiérarchique ascendant, entre le grade de Standartenführer (équivalent de colonel, notamment dans l'armée française) et celui de Brigadeführer (premier grade d’officier général, équivalent de brigadier général, ou de général de brigade dans le cas de l'armée française).

Contexte historiqueModifier

Le grade d’Oberführer était à l'origine un grade du parti nazi : il a pour la première fois était utilisé en 1921. Il servait à identifier des membres du parti chargés de superviser des unités paramilitaires dans une zone géographique donnée[1]. De 1921 à 1925, il s'est d’abord agi d’un titre dans la SA, mais il est devenu à proprement parler un grade de la SA à partir de 1926.

Oberführer a commencé à être utilisé en tant que grade de la SS à partir de 1925, mais d’abord sous le nom de Gauführer (en), désignant ainsi un responsable de zone territoriale (dénommée Gau). Il a ensuite été renommé Oberführer en 1928 pour désigner l'un des trois commandants d’une zone appelée SS-Oberführerbereich. En 1930, une réorganisation de la SS en SS-Gruppen et SS-Brigaden a placé le grade d’Oberführer en dessous de celui de Brigadeführer. En 1932, Oberführer est devenu un grade parfaitement établi dans la hiérarchie redéfinie de la SA, de la SS et du NSKK[1],[2].

Un Oberführer portait deux feuilles de chêne sur ses pattes de collet ; et à l'origine (ce jusqu'en 1942), ses pattes d’épaules étaient celles d’un officier général de la SA ou de la SS[3]. En 1938, le statut de SS-Oberführer a commencé à changer au moment où se formait la SS-Verfügungstruppe, troupe à vocation militaire nettement plus affirmée qui allait peu après être renommée Waffen-SS. Comme le grade de Brigadeführer a alors été estimé équivalent à celui d’un Generalmajor de la Wehrmacht dans l'armée de terre (la Heer) et l'armée de l'air (la Luftwaffe), et que le grade de Standartenführer a de même été estimé équivalent à celui d’un Oberst, le grade d’Oberführer s'est en conséquence retrouvé sans correspondant (sauf dans la marine du Reich — la Kriegsmarine — où le grade équivalent était celui de Kommodore) et il a ainsi été considéré comme un colonel « senior »[4]. Cette distinction a ensuite persisté dans les cercles d’historiens pour la plupart des textes se référant à un Oberführer comme étant un colonel « senior »[4],[5]. Néanmoins, certains historiens ont déclaré que ce grade serait l'équivalent d’un brigadier de la British Army[6], position qui pose ensuite problème pour les correspondances de grades des officiers généraux ; c'est pourquoi cette seconde position, la moins fréquente, n'est pas adoptée ici où l'on considère donc le rang d’Oberführer comme le rang le plus élevé des officiers supérieurs (et non le rang le plus faible parmi les officiers généraux).

C'est le grade d’officier supérieur le plus élevé.

Dans l'ordre hiérarchique descendant, pour les grades comportant une ou plusieurs feuilles de chêne au collet (les grades d’Oberführer et Standartenführer ne sont pas des grades d’officiers généraux, mais d’officiers supérieurs), on a le tableau suivant :

Ordre
hiérarchique
descendant
Insignes de col
(1942-1945)
Grade dans la SS Suffixe pour la police[c] Suffixe pour la Waffen-SS[d] Équivalent dans les armées de terre ou de l’air Équivalent dans la marine
Officiers généraux
N/A
N/A
Pas d’équivalent
N/A
N/A
Reichsmarschall[e]
Pas d’équivalent
1
  Reichsführer-SS und Chef der deutschen Polizei
N/A
Generalfeldmarschall Großadmiral
2
  SS-Oberst-Gruppenführer und Generaloberst der Polizei und Generaloberst der Waffen-SS Generaloberst Generaladmiral
3
  SS-Obergruppenführer und General der Polizei und General der Waffen-SS General[f] Admiral
4
  SS-Gruppenführer und Generalleutnant der Polizei und Generalleutnant der Waffen-SS Generalleutnant Vizeadmiral
5
  SS-Brigadeführer und Generalmajor der Polizei und Generalmajor der Waffen-SS Generalmajor Konteradmiral
Officiers supérieurs avec feuilles de chêne au collet
6
  SS-Oberführer
Néant
Néant
Pas d’équivalent
Kommodore
7
  SS-Standartenführer und Oberst der Polizei
Néant
Oberst Kapitän zur See

Insignes de gradeModifier

ÉquivalentsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le grade de Standartenführer figure aussi au début de cette rangée (avec une seule feuille de chêne), bien ce que ce ne soit pas celui d’un officier général : il est en effet équivalent à celui de colonel en France. Comme celles du Reichsführer-SS, les insignes de Standartenführer n'ont pas changé en 1942 : ils sont restés stables de 1933 à 1945. La raison de la présence des insignes de Standartenführer dans cette planche est que sa patte de collet utilise aussi la feuille de chêne comme ingrédient. La raison est identique pour le cas de l’Oberführer.
  2. Probablement pour ne pas prêter à confusion avec ses grades supérieurs qui sont des grades d’officiers généraux, on observe que les insignes de grade d’Oberführer, intermédiaires entre ceux de « colonel » (Standartenführer) et de « général de brigade » (Brigadeführer), se sont rapprochés de ceux du Standartenführer ; en effet :
    • sur les pattes de collet, la première feuille de chêne est désormais identique à celle d’un Standartenführer et la seconde feuille de chêne est beaucoup plus petite ;
    • la patte d’épaule n'est plus celle commune aux officiers généraux, mais elle est devenue celle d’un Standartenführer, officier supérieur également.
  3. L'attribution de ce suffixe est souvent postérieure (en la suivant de quelques mois) à l'attribution du grade de général SS (SS-Brigadeführer, SS-Gruppenführeretc.) et peut ainsi apparaître comme une marque de la reconnaissance de la compétence du policier de la part de la hiérarchie du Reich, et donc sembler avoir un caractère honorifique.
  4. L'attribution de ce suffixe est souvent postérieure (en la suivant de quelques mois) à l'attribution du grade de général SS (SS-Brigadeführer, SS-Gruppenführeretc.) et peut ainsi apparaître comme une marque de la reconnaissance de la compétence du militaire de la part de la hiérarchie du Reich, et donc sembler avoir un caractère honorifique. Ceci se constate dans le titre de Josef Dietrich : SS-Oberst-Gruppenführer und Panzer-Generaloberst der Waffen-SS, où sa hiérarchie (en l'occurrence ce ne peut relever que de la compétence de Hitler, étant donné le rang de Dietrich) a en outre éprouvé le besoin d’adjoindre le préfixe Panzer au mot Generaloberst. En effet la simple dénomination SS-Oberst-Gruppenführer suffit amplement pour comprendre à quel rang se situe l'individu dans la hiérarchie de l'Allgemeine SS ou de la Waffen-SS.
  5. Seul Hermann Göring, commandant en chef de la Luftwaffe (Oberbefhlshaber der Luftwaffe), a porté ce titre, de 1940 à 1945 car les premiers Generalfeldmarschall de la Luftwaffe (en dehors de Göring qui avait reçu ce titre en 1938) ont été nommés en , entraînant la nécessité de créer un rang supplémentaire dans cette armée de l’air, pour raison de préséance à l'égard de son commandant en chef.
  6. Dans le cas de la Wehrmacht, ce grade est accompagné de la spécialité de son détenteur : dans l'armée de terre, on trouve par exemple les General der Infanterie, General der Artillerieetc. ; dans l'armée de l’air, on trouve par exemple les General der Flieger, General der Flakartillerieetc.
  7. Rappel de la section précédente « Contexte historique » :
    Un Oberführer portait deux feuilles de chêne sur ses pattes de collet ; et à l'origine (ce jusqu'en 1942), ses pattes d’épaules étaient celles d’un officier général de la SA ou de la SS[3] […] [; ensuite] le grade créé de Brigadeführer a été estimé équivalent à celui d’un Generalmajor de la Wehrmacht dans l'armée de terre (la Heer) et l'armée de l'air (la Luftwaffe), et le grade de Standartenführer a de même été estimé équivalent à celui d’un Oberst, le grade d’Oberführer s'est en conséquence retrouvé sans correspondant (sauf dans la marine du Reich — la Kriegsmarine — où le grade équivalent était celui de Kommodore) et il a ainsi été considéré comme un colonel « senior »[4]. Cette distinction a ensuite persisté dans les cercles d’historiens pour la plupart des textes se référant à un Oberführer comme étant un colonel « senior »[4],[5].

RéférencesModifier

(de)/(en)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en allemand « Bildtafel der Dienstgrade und Rangabzeichen der Waffen-SS » (voir la liste des auteurs), en anglais « Ranks and insignia of the Waffen-SS » (voir la liste des auteurs) et en anglais « Oberführer » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b McNab 2009b, p. 15.
  2. McNab 2009, p. 29-30.
  3. a et b Flaherty 2004, p. 148.
  4. a b c et d Yerger 1997, p. 235.
  5. a et b Miller 2006, p. 521.
  6. a et b McNab 2009, p. 186.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) T. H. Flaherty, The Third Reich : The SS, Time-Life Books, Inc, (ISBN 1-84447-073-3).
  • (en) Chris McNab, The SS : 1923–1945, Amber Books Ltd, , 192 p. (ISBN 978-1-906626-49-5).
  • (en) Chris McNab, The Third Reich, Amber Books Ltd, 2009b, 192 p. (ISBN 978-1-906626-51-8).
  • (en) Michael Miller, Leaders of the SS and German Police, vol. 1, R. James Bender Publishing, (ISBN 93-297-0037-3).
  • (en) Mark C. Yerger, Allgemeine-SS : The Commands, Units and Leaders of the General SS, Schiffer Publishing Ltd., , 251 p. (ISBN 0-7643-0145-4).

Autres sources bibliographiquesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :