Ouvrir le menu principal

Nola (Italie)

commune italienne

Nola
Nola (Italie)
La rue Imbroda
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Campanie Campanie 
Ville métropolitaine Stemma Città Metropolitana di Napoli.png Naples 
Code postal 80035 (Nola et Polvica), 80037 (Piazzolla)
Code ISTAT 063050
Code cadastral F924
Préfixe tel. 081
Démographie
Gentilé nolani
Population 34 597 hab. (30-11-2016[1])
Densité 887 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 56′ 00″ nord, 14° 32′ 00″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 34 m
Superficie 3 900 ha = 39 km2
Divers
Saint patron San Felice
Fête patronale 15 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Campanie

Voir sur la carte administrative de Campanie
City locator 14.svg
Nola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Nola

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Nola
Liens
Site web http://www.comune.nola.na.it/

Nola est une ville de la ville métropolitaine de Naples, en Campanie (Italie), dont le centre est située à 23 km à l'Est du centre de Naples, et à 20 km au Nord de Pompei.

ToponymieModifier

Nom francisé : Nole

GéographieModifier

Nola est le « chef-lieu » de l'Agro nolain, un territoire historique partagé entre les actuelles ville métropolitaine de Naples et province d'Avellino.

HistoireModifier

Vers -1700, durant l'âge du bronze, se trouvait à Nola un hameau (La Croce del Papa) qui fut entièrement recouvert de cendres lors d'une éruption du Vésuve, préservant remarquablement bien le site archéologique, permettant une meilleure connaissance du quotidien à cette époque dans la région[2].

Appelée Nuvlana sur les monnaies les plus anciennes, ce fut l'une des premières villes de Campanie, et les Anciens[3] attribuaient sa fondation au peuple indigène des Ausones. Il est en tout cas certain que ce peuple tenait la ville de Nole vers

Elle est ensuite occupée par les Étrusques (Étrurie de Campanie, capitale : Vulturnum). Elle atteint alors un niveau élevé de richesse et de luxe, ce qui en fit une cible pour les peuples voisins, qui s'en emparèrent.

En , les Osques de Nole se liguèrent aux Samnites de Naples pour faire face à l’invasion romaine, mais Nole fut prise par le consul Petilius lors des guerres samnites en .

Assiégée par Hannibal dans la deuxième guerre punique, elle fut vaillamment défendue par le consul Marcellus, qui battit par trois fois le général carthaginois sous ses murs, en -216, -215 et -214 (Voir sur Wikipedia les différents affrontements : "Bataille de Nola ()"; ...).

Lors de la guerre sociale, elle fut livrée par un traître aux Samnites, qui parvinrent à la défendre jusqu'à ce que Marius, leur allié, fût vaincu par Sylla. Ce dernier soumit la ville et tout le Samnium en

Sept ans plus tard, Spartacus et son armée de révoltés dévastèrent de nouveau le pays, ce qui détermina plus tard les empereurs Auguste et Vespasien à y fonder des colonies romaines. Nole n'en garda pas moins le statut de municipe, ainsi que ses institutions locales et l’usage de la langue osque.

L'empereur Auguste, qui en avait fait une colonie romaine, y mourut en l’an 14 de notre ère.

Pline l'Ancien dit que la région de Campanie est réputée pour la qualité de l'airain de ses cloches. Plus tard, le mot latin campana désignera la cloche, et donnera "campanile" ou "campanule" (originellement, il désignait une balance romaine, les cloches étant appelées « tintinnabulæ ». La région Campanie, ou peut-être un fondeur habile du nom de Campus, ont pu en faire glisser le sens).

Nole était desservie par la Via Popilia reliant Capoue à la province de Nocera Inferiore et au sud de la péninsule, et un embranchement la reliait à Abella et Avellino. Mommsen [4] affirme d'ailleurs que d'autres routes devaient la relier à Néapolis et Pompéi, mais la carte de Kiepert annexée à l'ouvrage n'en fait pas mention.

Au IVe siècle, un Bordelais, sénateur chrétien, Paulin de Nole, en devint l'évêque : il y développa un culte et un pèlerinage en mémoire de son prédécesseur, le saint évêque martyr Félix de Nole, dont il rédigea la Vie et Passion, et bâtit un complexe religieux sur sa tombe. La légende populaire affublera saint Paulin d'une cloche dans ses représentations, et en fera le fondateur des cloches d'église occidentales modernes.

PersonnalitésModifier

Personnalités natives de NolaModifier

  • Pomponio de Algerio, (1531-1556), étudiant en Droit à l'Université de Padoue, élève du professeur de Droit Matteo Gribaldi juriste proche des idées luthériennes. Condamné à mort pour hérésie
  • Giordano Bruno, dit « Nolanus » (1548-1600), philosophe, astronome et théologien
  • Félix de Nole (50-95), premier évêque de Nole

AutresModifier

  • Paulin de Nole (353-431), mort à Nola, évêque de Nole à partir de 409 et poète latin
  • Octave (63 av. J.-C.- 14 après J.-C.) mort à Nola, est le premier empereur romain et le fils adoptif de Jules César.


AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19 novembre 1995 16 avril 2000 Francesco Ambrosio AN  
16 avril 2000 12 giugno 2004 Giuseppe Serpico RI puis DL  
12 juin 2004 7 juin 2009 Felice Napolitano Forza Italia  
7 juin 2009 8 mai 2018 Geremia Biancardi PdL puis Forza Italia  
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Piazzolla, Polvica

Communes limitrophesModifier

Acerra, Camposano, Casamarciano, Cicciano, Cimitile, Liveri, Marigliano, Ottaviano, Palma Campania, Roccarainola, San Felice a Cancello, San Gennaro Vesuviano, San Paolo Bel Sito, San Vitaliano, Saviano, Scisciano, Somma Vesuviana, Visciano

Évolution démographiqueModifier

Habitants recensés

 


Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Page Wikipédia en italien.
  2. Livre d'Anne Lehoërff, Préhistoires d'Europe - De Néandertal à Vercingétorix, collection "Mondes anciens", année 2016
  3. Cf. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique.
  4. Cf. Mommsen, Corp. inscr. Lat. X. 142

Liens externesModifier