Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Nicolas Sarkozy.
Nicolas Skorsky
Nicolas Skorsky 2013.jpg
Nicolas Skorsky en 2013.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web


Nicolas Skorsky, né le à Paris et mort à Paris le [1], est un compositeur et producteur de musique français.

Sommaire

BiographieModifier

Il commence la musique et la scène dès l’âge de six ans.

Puis c’est au lycée Masséna de Nice qu’il fait ses études secondaires et se dirige vers le conservatoire où il se passionnera pour le solfège et l’harmonie.

Il profite de « l’occasion 68 » pour se réinstaller à ParisCatherine Sauvage, habituée à chanter Aragon ou Léo Ferré, lui prend une chanson Gare du nord dont il a écrit les paroles et la musique alors qu'il n’a que seize ans. Le hasard le place ensuite sur la route d’un vieux Maître de musique, José Viavava, qui le prend sous son aile et lui enseigne l’orchestration.

Avec cette carte de visite, il arrive chez Carrère comme auteur-interprète de Comme je t'aime(1972 Disques Carrère N°6061 148). C’est un commencement de succès ; Rod Mc Kuen (Time and Distances) aux États-Unis et Ornella Vanoni en (Ho Chiesto troppo) en Italie adaptent la chanson.

Il devient l’auteur-compositeur d’importants succès commerciaux tels que Une bague et un collier (Ringo 1972 Disques Carrère), (Claude François), Chanson Populaire 1973 Disques Flèche n° 6061 188, La Bonne franquette (Herbert Pagani)1974 EMI n° 252638-2, Chanson Française (Claude François) 1975 Diques Flèche n° 6061 867 puis "Pour ne rien te cacher" Marie Laforêt 1974 Disques Polydor, "Finalement on s'habitue" Daniel Guichard 1973 Barclay n°75.504, etc.

Nicolas s’oriente ensuite vers la production, d’abord en 1974 avec Crystal World (Crystal Grass Polydor inc), qui devient un des premiers hits français aux États-Unis dans le genre musical nouveau qu’est la Disco-Music… Il fonde alors sa propre société Fauves-Puma qui produit La vie en couleur, (Polydor, 1976) interprété par un homme-orchestre, Rémy Bricka dont 500.000 disques seront vendus. À ce palmarès vient s’ajouter le grand prix de composition de la Yamaha Music Foundation qui lui est décerné au World Festival à Tokyo pour Dans le ciel (Into the sky1976 Polydor KK Japon).

L’artisan est devenu entrepreneur et sort Santa Esmeralda (Casablanca Records, 1977). Il sera ensuite sept fois album d’or en France, album de platine dans tous les pays d’Europe, Japon, Amérique latine et surtout premier album français à obtenir un disque d’or aux USA, certifié par le R.I.A.A. , n°1 au Magazine Billboard.

Il est invité au journal télévisé d’Antenne 2 par Patrick Poivre d’Arvor et François Ceyrac (Président du CNPF) au titre du plus jeune chef d’entreprise français ayant réussi à exporter sa musique.

  • Rencontre avec Donna Summer pour le film Thank God it's friday dont il écrit le thème instrumental Sevilla Nights et qui devient disque de platine aux États-Unis (1978 Casablanca Records & Filmworks).
  • Il compose l’indicatif de l’émission de TV NBC SPORTS (1979).
  • Quelques médailles d’or en patinage artistique sont remises aux J.O. sur l'air de Santa Esmeralda.
  • Il produit l’album Jazz-Rock de Jean-Claude Petit The best of all possible worlds (WEA 1980)
  • Il compose sa seconde partition de long métrage pour le film Douce France (1985) de François Chardeaux avec Andréa Férréol, Barbara Rudnik et Patrick Bouchitey puis la musique de Studio Folies (feuilleton TV sur France 3).

Avec la rencontre de Rozlyne Clarke en 1990, il écrit et produit un album pop-dance Gorgeous, c’est un nouveau succès commercial européen avec Eddy steady go (N° 1 des clubs en 90 et 91 ), (1990 Airplay-Carrère). Puis il repart à l’assaut des premières places avec Unity Power (Dancing is like makin’ love 1994 ARS-Carrère) Indra (Save my life 1994 Orlande-Carrère) et S-Express (N°1 au Royaume-Uni, RKR Virgin 1997).

Le lien est fait entre Disco, Dance-Music, Techno et Euro-Dance.

Il est retrouvé mort égorgé dans son domicile parisien le [2]

Composition de musiques de publicitésModifier

Cassette d’or RTL avec Tessi de Teisseire, Philips, Maison de la Presse, automobiles Honda, Club Med, Canal+.

ProductionsModifier

À la fin des années 90, il crée son nouveau label (Dance Floor) chez BMG et produit avec Pedro Castano (La macarena) un album intitulé Oh ! Latino puis le 1er disque de Lââm et lui écrit Mélancolie.

Il adapte sur le mode Techno les authentiques chœurs de l’Armée Rouge qu’il produit à Moscou sous le nom de Red Army Dance.

Il compose et produit Dream Concerto Orchestra, N°1 des ballades en France et album à succès au Japon (1987, Baxter).

En 2001, en tant que compositeur cette fois, il fait une incursion réussie sur le RAP avec le n°1 J’voulais, interprété par Sully Sefil.

La sortie du film d’Alain Resnais On connaît la chanson avec Sabine Azema et Pierre Arditi, va consacrer de nouveau un de ses premiers hits en reprenant comme leitmotiv Ça s'en va et ça revient (la Chanson Populaire qu’il a écrite pour Claude François) et qu'il fera interpréter en 2004 par Benoît Poelvorde dans le film Podium...

La même année, il adapte avec Frédéric Partouche sa composition Santa Esmeralda suite pour les besoins du film de Quentin Tarantino Kill Bill 1, une séquence de 11 minutes qui accompagne la scène du combat au sabre dans la neige entre Uma Thurman et Lucy Liu ; la Bande Originale se vendra à 1 500 000 exemplaires CD (WEA, 2004).

De 1995 à 2010 il revisite la revue Century show puis Paris je t'aime pour La nouvelle Eve, grand cabaret parisien, temple du french-Cancan.

ŒuvresModifier

En tant qu'auteur-compositeurModifier

  • Gare du nord (1970), par Catherine Sauvage [1]
  • La Bonne franquette (1974), par Herbert Pagani [2]
  • Disco Love (1975), par Les Frères ennemis.
  • Cumba Cumba (1976) par The Monstars
  • Sevilla Nights (1978), par Santa Esmeralda. [3]
  • L'art et la manière, extrait du documentaire, composition contemporaine pour le designer Patrick Jouin sur Arte, (2011). [4]
  • Une flic insoumise, réalisé par Stéphane Krausz, France 2 (2012). [5]
  • Notre histoire conjugale, avec Éliette Abécassis, publicité Les 50 Ans de Carrefour (2013).

Pour Claude François

  • Chanson populaire (1973) [6]

Pour Ringo

  • Une bague et un collier (1972) [7]
  • L'amour et la loi (1976)

Pour Daniel Guichard

  • Finalement on s’habitue (1973)

Pour Rémy Bricka

  • La vie en couleur (1976)
  • Marylène (1976)
  • Ah ! Quelle famille (1977)
  • Elle dit bleu, elle dit rose (1977)
  • Marcher sur l'eau (1999)

Pour Sophie Favier

  • Aujourd'hui plus qu'hier… Et bien moins que demain (1984)
  • L'idiote (1984)

En tant que producteurModifier

  • La vie en couleurs par Remy Bricka (1976)
  • Santa Esmeralda (1977)
  • The best off all possible worlds (1979)
  • J’voulais, interprété par Sully Sefil (Rap) (2001)
  • Santa Esmeralda suite (2003)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier