Lycée Masséna

établissement français d'enseignement secondaire et supérieur situé à Nice

Le lycée Masséna est un établissement français d'enseignement secondaire et supérieur, situé au 2, avenue Félix-Faure à Nice, avec une annexe au 8, rue de l'Hôtel-des-Postes. Le proviseur est Serge Ferrari. Outre le secondaire, le lycée accueille sept filières de classes préparatoires aux grandes écoles.

Lycée Masséna
Image illustrative de l’article Lycée Masséna
L'allée centrale du lycée Masséna.
Généralités
Création 1812
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 41′ 58,12″ nord, 7° 16′ 31,41″ est
Adresse 2, avenue Félix-Faure
06050 Nice
Site internet http://www.lycee-massena.fr/
Cadre éducatif
Type Public
Directeur Serge Ferrari
Formation Scientifique
Littéraire
Économique et social
Nbre d'options 9
Options MPSI, MP, PCSI, PC, PSI, BCPST, Hypokhâgne, Khâgne, ECS
Protection Logo monument historique Classé MH (2017)

HistoireModifier

À l'origine se trouve le couvent des Augustins déchaux, face au Pont-Vieux[1]. Ces derniers s'installent à cet emplacement en 1643 et font construire leur couvent à partir de 1644 ; il est achevé à une date inconnue, entre 1663 et 1672[2].

Après l'occupation du comté de Nice par la France révolutionnaire en 1792, les bâtiments sont attribués à l’école centrale du département. Celle-ci est supprimée par l'arrêté du préfet des Alpes-Maritimes du 13 brumaire an XI (), suivant en cela la loi du 11 floréal de l'an X qui mettait fin aux écoles centrales et instaurait les lycées[3]. Un arrêté des consuls du 1er vendémiaire an XII () ordonne la création du lycée de Nice[4]. Les travaux, qui débutent en novembre 1805, avancent lentement, et sont même suspendus deux fois[4],[5]. Ils se terminent vers le milieu de l'année 1811[5]. Le lycée ouvre en février 1812 avec comme proviseur, François de Orestis, par ailleurs maire de Nice[6],[7] ; c'est alors le seul lycée du département[3].

Après la restitution du comté de Nice à la maison de Savoie, le lycée ferme fin juin 1814[5]. Victor-Emmanuel Ier, roi de Piémont-Sardaigne et comte de Nice, y installe par la suite la Compagnie de Jésus : le lycée devint un collège royal qui ouvre en 1820. Puis les Jésuites sont expulsés (1848) et le collège royal est remplacé par un Collegio Convitto Nazionale.

En 1860, à la suite de l'annexion du comté de Nice à la France, l'établissement redevient un lycée (impérial, puis national). De gros travaux ont lieu en 1875-1876, et de nouveau à partir de 1909 jusqu'en 1931, sous la conduite de l'architecte Henri Ebrard[8], pour le moderniser et l'adapter au nombre croissant d'élèves. On doit également, après 1926, lui ouvrir une annexe, dans l'ancien hôtel du Parc impérial, pour accueillir la population installée à l'ouest de Nice.

En 1944, quelques jours après le débarquement des Alliés en Normandie, cinq élèves du lycée partent défendre l'arrière-pays niçois. Arrêtés par Gestapo, ils sont fusillés le à Saint-Julien-du-Verdon. Depuis cette date, une commémoration officielle a lieu chaque année dans la cour du lycée, en présence des personnalités politiques locales.

L'établissement reste lycée de garçons jusqu'en 1963 ; la même année, le lycée Félix-Faure est renommé en lycée Masséna, en mémoire d'André Masséna qui prit part en son temps, à sa construction.

Il est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du , puis classé par arrêté du [9].

Enseignement secondaireModifier

Le lycée Masséna est un établissement d'enseignement général. Ses élèves proviennent du quartier du Port, du Vieux-Nice et des communes avoisinantes de l'Est de Nice : Villefranche-sur-Mer, Beaulieu-sur-Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Èze.

Il accueille environ 1 650 élèves répartis comme suit : 800 élèves de la seconde à la terminale et 850 étudiants de classe préparatoire aux grandes écoles, dont 150 internes[réf. nécessaire].

Le lycée est aussi renommé pour son architecture comportant de nombreuses mosaïques, des jeux de toits, une certaine influence italienne ainsi que la tour de l'horloge, symbole du lycée. Sur le cadran de cette dernière est inscrite la devise du lycée Horas ne numerem nisi serenas (Je souhaite ne compter que les heures heureuses).

Classement du lycéeModifier

En 2015, le lycée se classe 16e sur 32 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1 199e au niveau national[10]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[11].

Classes préparatoiresModifier

Les Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont des formations du premier cycle de l'enseignement supérieur implantées dans les lycées.

Le lycée Masséna est l'un des sept établissements publics proposant des classes préparatoires aux grandes écoles dans l'académie de Nice, avec le lycée Dumont d'Urville de Toulon, le centre international de Valbonne, le lycée des Eucalyptus à Nice (certaines filières scientifiques seulement), le lycée Rouvière de Toulon (certaines filières scientifiques seulement), le lycée Jules Ferry à Cannes (certaines filières scientifiques seulement), le lycée Carnot à Cannes (filière littéraire seulement) et le lycée Beau-site à Nice (filière commerciale seulement). Il compte 19 classes préparatoires avec plus de 850 élèves.

Le lycée abrite des CPGE littéraires (1 classe de Khâgnes A/L et 1 classe de Khâgnes LSH), économiques et commerciales (2 classes d'ECS), et scientifiques (2 classes de MP, 2 classes de PC, 1 classe de PSI, 1 classe de BCPST).

Classements des CPGEModifier

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECS [12] 4 / 66 élèves 6 % 7 % 32e
sur 95
  3
Khâgne A/L [13] 1 / 41 élèves 2 % 1 % 16e
sur 41
  25
Khâgne LSH [14] 0 / 37 élèves 0 % 1 % 73eex-æquo
sur 73
=
MP / MP* [15] 13 / 75 élèves 17 % 21 % 22e
sur 114
  8
PC / PC* [16] 15 / 78 élèves 19 % 13 % 14e
sur 110
  4
PSI / PSI* [17] 11 / 45 élèves 24 % 23 % 20e
sur 120
  1
BCPST [18] 13 / 47 élèves 28 % 30 % 36e
sur 53
  18
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. Par exemple, en filière ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP ; en khâgne, ce sont l'ENSAE, l'ENC, les 3 ENS, et 5 écoles de commerce.

Anciens élèves célèbresModifier

 
La tour de l'horloge du lycée.

ProfesseursModifier

Anciens professeurs célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Joseph Rance-Bourrey, « À propos du lycée de Nice », Nice-Historique, no 698,‎ , p. 33-39 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  2. Luc Thevenon, « La troisième phase d'installation des Ordres Mendiants à Nice : le XVIIe siècle », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 95, no 163,‎ , p. 321-333 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  3. a et b Victor Emanuel, « Le lycée de Nice sous le Premier Empire », Nice-Historique, no 357,‎ , p. 9-15 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  4. a et b F.N. Nicollet, « Organisation du lycée de Nice (mai 1811 - mars 1812) », Nice-Historique, no 652,‎ , p. 16-20 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  5. a b et c Victor Emanuel, « La liquidation du premier lycée de Nice (1814-1818) », Nice-Historique, no 353,‎ , p. 194-199 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  6. Joseph Rance-Bourrey, « Vieux papiers : Discours prononcé à la première distribution des prix du Lycée de Nice par le proviseur Deorestis (1812) », Nice-Historique, no 705,‎ , p. 440 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2021).
  7. P.J. Cumo, « Le personnel administratif du département des Alpes-Maritimes et de l'arrondissement de Grasse pendant le premier Empire. », dans Les limitations autoritaires de la capacité héraldique : Leur application dans l'actuel département des Alpes-Maritimes et l’ancien Comté de Nice, thèse d'histoire du troisième cycle soutenue à la faculté des Lettres de Nice, (lire en ligne).
  8. Marie-Odile Giraud, « Commission régionale du patrimoine et des sites - Séances du 5 novembre 2015 : Alpes-Maritimes - Nice - Lycée Masséna », sur https://www.culture.gouv.fr/, (consulté le 7 mars 2021).
  9. Notice no PA06000048, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Classement départemental et national du lycée
  11. Méthodologie du classement national des lycées français
  12. Classement 2015 des prépas ECS
  13. Classement 2015 des prépas A/L
  14. Classement 2015 des prépas LSH
  15. Classement 2015 des prépas MP
  16. Classement 2015 des prépas PC
  17. Classement 2015 des prépas PSI
  18. Classement 2015 des prépas BCPST
  19. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z « Un creuset d'hommes de l'art… et d'hommes politique », Nice mag', le magazine d’infos de la Ville de Nice, , p. 27
  20. Anne Clancier, Guillaume Apollinaire : Les incertitudes de l'identité, coll. « Psychanalyse et civilisations », L'Harmattan, 2006, (ISBN 9782296003293), p. 20 [lire en ligne (page consultée le 20 avril 2010)]
  21. Premier président de l'Amicale des anciens élèves du lycée
  22. Who's Who in France
  23. Annie Tschirhart, Quand l'État discipline l'école : Une histoire des formes disciplinaires : Entre rupture et filiation, Éditions L'Harmattan, coll. « Histoire et mémoire de la formation », , 346 p. (ISBN 978-2-296-38604-4, lire en ligne), p. 151
  24. Grégory Boutté, directeur général eBay France, ESCP 95, Emploi center, Le Journal du Net
  25. Philippe-Jean Catinchi, « Jean Delumeau, historien des religions, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020).
  26. « Une Prom’ et une bibliothèque pour Romain Gary », Le Petit Niçois,
  27. « Michel Grisolia est décédé », nicerendezvous.com, . Consulté le 16 décembre 2008.
  28. Jean d' Ormesson, Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, Gallimard, p.72, 2016, aperçu en ligne.
  29. « Pennac Rowling Clooney pour les enfants du Darfour », nicerendezvous.com, . Consulté le 16 décembre 2008.
  30. Caroline Michel, « Les petits secrets d'Henri Proglio, le nouveau patron d'EDF », Capital, . Consulté le 26 janvier 2010.
  31. « Mon Nice à moi », Le Point, .
  32. Isabelle Maradan, « Les 20 ans de Joann Sfar », sur letudiant.fr,
  33. (en) Dior Konaté, « Diaw, Aminata (1959-) », dans Emmanuel Kwaku Akyeampong et Henry Louis Gates, Dictionary of African Biography, vol. 1 : Abach-Brand, New York, OUP USA, (ISBN 978-0-19-538207-5, lire en ligne), p. 194-196
  34. « Jean-Rémy Bézias - Biographie, publications (livres, articles) », sur http://www.editions-harmattan.fr/, Éditions L'Harmattan (consulté le 27 septembre 2013)
  35. Charles Ehrmann, Les devoirs de mémoire d'un homme d'honneur, Serre Éditeur, 2005, (ISBN 2-86410-436-9)
  36. « Max Gallo, une histoire française », Le Figaro,
  37. Marianne Perruche, Pontalis : Une œuvre, trois rencontres : Sartre, Lacan, Perec, Paris, L’Harmattan, , 297 p. (ISBN 978-2-296-05300-7, présentation en ligne), p. 14
  38. Sébastien Lopoukhine, « À l'écoute de Jean-Bertrand Pontalis », sur https://www.franceculture.fr, (consulté le 7 mars 2021).
  39. « Rue Jules-Romains », dans Marguerite Isnard, Roger Isnard, Per carriera : Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Nice, Nice, Serre, 2003 [lire en ligne]
  40. Le Phare du Littoral, 16 novembre 1872.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Un grand lycée, Amicale des anciens élèves du lycée Masséna, Alp’Azur, 1985
  • Lycée Masséna : à l’aube du IIIe millénaire, 2000

Articles connexesModifier

Liens externesModifier