Niamey

capitale du Niger

Niamey
Blason de Niamey
Héraldique
Niamey
Niamey, vue depuis la rive droite du fleuve Niger.
Administration
Pays Drapeau du Niger Niger
Région Communauté urbaine de Niamey
Maire
Mandat
Omar Dogari[réf. nécessaire] (Maire Président de la délégation spéciale)
2021-2026
Démographie
Gentilé Niaméyen ou Niaméen[1]
Population 1 802 910 hab. (2018)
Densité 7 070 hab./km2
Géographie
Coordonnées 13° 31′ nord, 2° 06′ est
Altitude 205 m
Superficie 25 500 ha = 255 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Niger
Voir sur la carte administrative du Niger
Niamey
Géolocalisation sur la carte : Afrique
Voir sur la carte administrative d'Afrique
Niamey

Niamey est la capitale du Niger, située sur le fleuve Niger dans l'extrême ouest du pays. Elle comptait 1 802 910 habitants en 2018, ce qui en fait la ville la plus peuplée de ce pays d'Afrique de l'Ouest. La ville compte cinq communes et est constituée en une communauté urbaine dénommée Communauté urbaine de Niamey (CUN) qui est enclavée dans la région de Tillabéri.

Histoire modifier

 
Niamey en 1930. La ville compte alors 3 000 habitants.

Création de la ville modifier

La ville de Niamey s'est développée autour de l'an 1900 à un endroit où existaient les villages de Foulani Koira, Gaweye, Kalley, Maourey, Zongo, Gamkalé, et Saga. L'ethnie majoritaire dans la région était alors les Songhaï qui se sont mélangés au XVIIIe siècle avec les Kalle, un sous-groupe des Zarmas. Les explorateurs européens sont venus relativement tard dans cette région qui était à l'écart de toute route commerciale importante. Ainsi les explorateurs Heinrich Barth et Charles Monteil, qui ont voyagé dans d'autres parties du Niger, ne sont pas venus dans cette région. Ce n'est qu'en 1898 que le nom de Niamey apparaît dans les rapports de la mission Hourst, du nom de l'officier français Émile Auguste Léon Hourst qui dirigeait une expédition hydrographique.

Le quartier Maouray-Kwaratagui est le centre historique de la ville de Niamey. La région de Niamey est habitée depuis très longtemps par des populations onvoltaïques[Quoi ?] comme les Gourmantchés. Cependant les fondateurs du village de Niamey seraient des Maouris, venus de Matankari vers la fin du XIXe siècle. Ils se seraient installés sur une île appelée Neni Goungou face au Niamey actuel, avant de venir s'implanter sur la rive gauche du Niger, dit-on à côté d'un arbre ce qui donnera plus tard le nom au village : Niame pour Nia, le nom de l'arbre et me en djerma qui signifie rivage où l'on puise de l'eau. Le village de Niamey est habité par environ 600 personnes en 1901 quand la mission Lenfant arrive. Avec l'arrivée et la domination française la ville se met à prospérer. Niamey est alors le chef-lieu du cercle de Djerma qui comprendra les régions comprises entre le fleuve et le Dallol Bosso. Niamey devient la capitale du Niger le , remplaçant Zinder[2].

C'est à Niamey que s'est tenue la deuxième conférence intergouvernementale des États francophones, qui a abouti, le , à la création de l'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue Organisation internationale de la francophonie[3].

C'est également régulièrement à Niamey que passait le Rallye Dakar de 1978 à 2008 avant qu'il ne soit déplacé en 2009 (voir : Rallye Dakar 2009) en Argentine et au Chili du fait des risques encourus par les participants.

Géographie modifier

Situation modifier

 
Pont de l'amitié.
 
Niamey vu par le satellite SPOT.

La ville de Niamey est située entre 13°28 et 13°35 de latitude nord et 2°03 et 2°10 de longitude est, à 415 km à l'est-nord-est de Ouagadougou et à 782 km au nord de Porto Novo. D’une superficie de 240 km2, elle est construite sur un plateau surplombant la rive gauche du fleuve Niger et sur une plaine alluviale de sa rive droite, entre 180 et 240 m d’altitude[4].

Ce fleuve constitue la principale source d'eau potable de la ville bien que sa dégradation constante, provoquée par la désertification et la pollution de ses rives, pose de nombreux problèmes d'assainissement[5]. Ainsi, en 2010, le président de la Fédération des coopératives maraîchères au Niger Idrissa Bagnou déplorait l’ensablement des rives et la contamination des sols, tandis que le président de Association de défense des droits des consommateurs déclarait que l'analyse de l'eau montrait la présence de salmonelles et de staphylocoques[6].

Climat modifier

Le climat est de type sahélien-semi-aride[7]avec une pluviométrie variant de 500 à 750 mm par an. Pour combattre les fréquentes tempêtes de sable apportées par l'harmattan — un vent venant du nord — et la désertification qui s'ensuit, la municipalité a créé dans les années 1960 une ceinture d'arbres composée de margousiers de 2 500 ha (25 km de long, sur une bande de 1 km de large). Cependant, avec l'exode rural causant une urbanisation croissante et l'établissement de nouveaux bidonvilles, cette barrière ne cesse de se réduire[8].

  • D'octobre à fin novembre, le temps est souvent très chaud, avec des températures minimales voisines de 23 / 24 °C et des maximales comprises entre 35 et 38 °C. On est alors à une période de transition, entre les vents de mousson de sud-ouest, chauds et humides (qui sont en nette régression, puis disparaissent totalement), et l'Harmattan, un vent de nord-est chaud, sec, et parfois poussiéreux qui s'impose de jour en jour.
  • De fin novembre à fin février, c'est l'harmattan qui souffle. Il apporte une influence du désert, soit un air toujours très sec, d'assez grandes amplitudes thermiques entre le jour et la nuit, un fort ensoleillement, parfois gêné par une brume de poussières en suspension. Les températures sont nettement moins élevées en cette période : les minimales peuvent s'abaisser jusqu'à 14 - 15 °C, voire 12 °C très ponctuellement, surtout fin décembre et janvier, tandis que la journée, les maximales atteignent entre 28 et 33 °C. Cela en fait la période où il est le plus facile de s'acclimater, grâce aux températures modérées et au temps le plus souvent stable.
  • De mars à mai, l'harmattan est en perte de vitesse, puis finit par tomber totalement. Coupée de l'influence du désert et de toute aération, la ville subit alors un temps caniculaire, avec des journées brûlantes (de 38 °C fin février jusqu'à 42 - 45 °C et même 43 °C en avril) et des nuits chaudes (en moyenne 30 à 32 °C ). Les premières averses orageuses peuvent parfois tomber à la fin du mois de mai, ajoutant alors l'humidité à la chaleur, ce qui donne un ressenti extrêmement lourd.

La saison des pluies, qui s'étend de la fin mai à la fin septembre, est marquée par un flux de sud-ouest : la mousson. Il apporte au début de la saison des pluies des tempêtes de sable, dans lesquelles de nombreuses averses et des orages très violents se développent, avec un pic en août. Cette période correspond au passage du Front intertropical (FIT) au-dessus des pays sahéliens et subsahéliens. Malgré les températures beaucoup plus modérées (minimums à 21 °C, sous les pluies principalement, maximums à 32 à 34 °C), le ressenti est toujours lourd, en raison de la forte humidité ambiante.

Données météorologiques modifier

Relevé météorologique de Niamey
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 16,1 19 22,9 26,5 27,7 25,7 24,1 23,2 23,6 24,2 19,5 16,7 22,43
Température maximale moyenne (°C) 32,5 35,7 39,1 40,9 40,2 37,2 34 33 34,4 37,8 36,2 33,3 36,19
Précipitations (mm) 0 0 3,9 5,7 34,7 68,8 154,3 170,8 92,2 9,7 0,7 0 540,8
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
32,5
16,1
0
 
 
 
35,7
19
0
 
 
 
39,1
22,9
3,9
 
 
 
40,9
26,5
5,7
 
 
 
40,2
27,7
34,7
 
 
 
37,2
25,7
68,8
 
 
 
34
24,1
154,3
 
 
 
33
23,2
170,8
 
 
 
34,4
23,6
92,2
 
 
 
37,8
24,2
9,7
 
 
 
36,2
19,5
0,7
 
 
 
33,3
16,7
0
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Toponymie modifier

Sur l'origine et la signification du nom de Niamey, courent diverses légendes dont celle d'un chef de clan Kalle qui aurait dit à ses esclaves : Wa niammané (« prenez ce pays[9] »).

Culture et patrimoine modifier

 
Arbre du Ténéré, Musée national Boubou-Hama.
 
Musée national Boubou-Hama.

Niamey abrite le Musée national Boubou-Hama, créé le . Celui-ci abrite quantité de collections liées à la culture du pays et reconstitue l'habitat de nombreuses ethnies locales : djerma, peul, touareg et haoussa[10]. On y trouve aussi des collections archéologiques, ethnographiques, paléontologiques ou minéralographiques. L'établissement est doté depuis 1990 du statut d'établissement public administratif[11].

On note aussi l’existence d'un village artisanal dans le quartier Wadata où bon nombre de produits culturels sont fabriqués par des artisans .

La ville a accueilli en décembre 2005 les cinquièmes Jeux de la Francophonie[12]. De plus, sous la présidence de Mouammar Kadhafi, le Niger accueille en 2009 les premiers jeux de la CEN-SAD, regroupant de nombreux pays sahélo-sahariens autour de compétitions sportives[13].

Le Festival international de la mode africaine, qui a lieu tous les deux ans, se tient régulièrement à Niamey. Il a pour but de faire se rencontrer les cinq continents en terre africaine et de favoriser la construction de passerelles pour permettre l'expression des talents. Sa dernière édition a eu lieu à Niamey en 2013[14].

Lieux de culte modifier

Parmi les lieux de culte, il y a principalement des mosquées musulmanes. Il y a aussi des églises et des temples chrétiens : Archidiocèse de Niamey (Église catholique), Assemblées de Dieu [15].

Éducation modifier

Enseignement supérieur modifier

 
Palais des Congrès de Niamey.
 
Ancien palais présidentiel

Niamey abrite de nombreux établissements d'enseignement supérieur, dont : l'université Abdou-Moumouni, l'École des mines, de l'industrie et de la géologie (EMIG), l'École africaine de la météorologie et de l'aviation civile (EAMAC), l'École Supérieure de Télécommunications (EST), l’École nationale d'administration et de magistrature (ENAM), le centre régional agro-hydrométrique (AGRHYMET), l'African Center of Meteorological Application for Development (ACMAD), l'African Development University et l'International Crops Research Institute for the Semi-Arid Tropics (ICRISAT).

Architecture et urbanisme modifier

La ville compte certains bâtiment d'intérêt architectural, comme le Palais des Congrès de Niamey, l'Ancien palais présidentiel, le Centre international de conférence Mahatma Gandhi, l’hôtel Radisson Blu.

 
Grand marché de Niamey.

Économie modifier

Niamey abrite la plupart des industries du pays. C’est également, avec Maradi, le principal pôle commercial du Niger.

Située à l’extrémité sud-ouest du pays, la ville est au centre d'une intense activité agricole incluant la culture du mil. Mais la production locale a été sévèrement touchée par l'épisode de famine de 2005, provoquée par la sècheresse et une invasion de criquets pèlerins[16].

Démographie modifier

L'évolution démographique de la ville est relevée par l'Orstom[17] et par l'Institut national de la statistique du Niger.

1901 1930 1952 1960 1972
6003 00012 00034 000108 000
1980 2005 2011 2018 -
250 000750 0001 303 0001 802 910-
sources: Institut national de la Statistique du Niger
 
Évolution démographique.

En 2018, la population est estimée à 1 802 910 habitants[18]. Ces dernières années le taux d'accroissement annuel est de l'ordre de 4,8 %. Une partie de l'apport en population est constitué de classes défavorisées de la société dont la venue dans la ville de Niamey est motivée par des raisons économiques et politiques. Particulièrement en 2012, un afflux de mendiants (appelés talibés) a été constaté dans la ville[réf. souhaitée].

Criminalité modifier

Certains quartiers de la ville (Proches des marchés, tels Katako ou Boukoki), ou sur la rive droite du fleuve (Harobanda), connus pour leur forte criminalité, sont l'objet de vagues d'arrestations opérées par les forces de polices nigériennes. Ainsi, en 2010, plus de 600 personnes sont arrêtées en une seule journée dans le cadre de ces opérations[19]. Plusieurs personnes affirment toutefois que, sous prétexte de lutte contre la délinquance, ce genre d'intervention a pour but de museler des opposants politiques[20]. La criminalité n'est pas récente à Niamey et on peut la faire remonter aux années 1950 avec l'arrivée de bandes de jeunes délinquants en provenance des campagnes[21].

Aujourd'hui, de nouvelles formes de criminalité se déploient à Niamey et dans sa région. Le , deux jeunes Français sont enlevés dans la ville par l'organisation Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), provoquant une situation qui oblige les forces de sécurité nigériennes à accroître leur lutte contre le terrorisme[22]. Cette version officielle de l'enlèvement a été mise en question depuis. Une autre - et plus probable - version dit que les deux Français ont été enlevés pour des raisons purement personnelles: une question de mariage contesté par un prétendant supplémentaire. En tout cas la voiture avec les personnes kidnappées a été poursuivie par des militaires français en hélicoptère et les deux jeunes hommes ont finalement trouvé la mort.

Administration modifier

Situation administrative modifier

Mr OUMAROUDOGARIMOUMOUNI élu Maire-Président du conseil de ville de Niamey depuis le 28 avril 2021 pour un mandat de cinq(05) ans.

Divisions administratives modifier

 
Centre de la capitale.

La ville de Niamey est divisée en deux par le fleuve Niger. La partie la plus importante de la ville se trouve sur la rive gauche, avec les quartiers Anikwara, Balafon, Banifandou I et II, Bassora, Banizoumbou, Boukoki I, II, III et IV, Cité-Caisse, Cité-Faysal, Dangawo, Kobantafa RFI, Daressalam, Deuxième-Arrondissement, Gamkale, Kalley-Est, Kalley-Sud, Kwarakano, Kwaratagui Foulan Koira, Gandatche, Kombo, Banizoumbou II, Lakouroussou, Francophonie, Lazaré, Liberté, Lossagoungou, Madina, Niamey-2000, Plateau I et II, Quartier Aéroport, Quartier Sonni, Quartier Zabarkane, Saga, Sixième, Talladje, Terminus, Tourakou, Wadata, Yantala-Haut, Yantala-Bas, Bobiel, Riyad, Recasement, Issa Beri, le village de Gourou-Beri – rattaché au quartier Maourey –, Dan Zama Koira, Zongo, Goudel, Koubia, Sonuci centre aéré BCEAO, cité député, Pays bas. Sur la rive droite, aussi appelée Harobanda se trouvent les quartiers de Gawèye, Gnalga Lamordé, Pont Kennedy, Kirkissoye, Karadjé et Banga Bana.

La ville de Niamey est subdivisée en cinq communes : les communes I, II, III, et IV se trouvent toutes sur la rive gauche du fleuve tandis que la commune V se trouve sur la rive droite. Après Assane Seydou, un nouveau administrateur délégué est nommé pour une durée de 5ans. Depuis le 28 avril 2023 Mr Oumarou Dogari Moumouni est élu Maire-Président du conseil de ville de Niamey pour un mandat de 5 ans.

Transports modifier

La ville est reliée par le transport aérien avec l'aéroport international Diori Hamani. Il est situé à 12 km au sud-est de la ville[23] et a été baptisé du nom du premier président de la République du Niger, Hamani Diori. Cet aéroport est actuellement en cours de rénovation. Cependant la ville manque d'infrastructures pour permettre le développement de réseaux de transports efficaces et modernes. Il n'y a actuellement aucun métro et train traversant la ville. Une gare a été construite par la France pendant l'époque coloniale. Une fois l'indépendance acquise, le projet fut abandonné. A ce jour la gare est devenue un restaurant français : Le Terminus.

La construction de la gare de Niamey a débuté en 2014. Niamey est relié à Dosso[24].

Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Ouagadougou Dori   [Non indiqué] Dosso Cotonou

Personnalités nées à Niamey modifier

Plusieurs personnalités nigériennes ont vu le jour à Niamey. Il s'agit de personnalités politiques, comme Amadou Cissé, né en 1948, ancien Premier ministre du Niger, Ibrahim Hassane Mayaki, né en 1951, également ancien Premier ministre, Hadiza Moussa Gros présidente de la Haute Cour de Justice, ou encore Aïchatou Maïnassara, née en 1971. Plusieurs personnes issues de divers milieux culturels sont aussi originaires de cette ville : l'écrivain Alfred Dogbé (de) (1962–2012), l'acteur et réalisateur Oumarou Ganda (1935–1981), le linguiste et anthropologue Salamatou Sow (née en 1963) ou encore la journaliste et romancière Hélène Kaziendé (née en 1967). Les deux sœurs jumelles Hassana Alidou et Ousseina Alidou sont des linguistes, également diplomate pour la première et sociologue pour la seconde. En sport, les footballeurs Ismaël Alassane, né en 1984, et Ouwo Moussa Maazou, né en 1988, en sont également natifs. L'homme politique et ambassadeur Elhadji Abdou-Saleye y est décédé en 2006. Le cinéaste Jean Rouch y est enterré. L'ancienne ministre du tourisme et de l'artisanat Sani Morou Fatouma y a créé une galerie d'art qui est devenue une entreprise du secteur de l'événementiel[25].

Anecdotes modifier

Le chanteur Daniel Balavoine y a également séjourné pendant une halte à l'hôtel Gaweye du 12 au 14 janvier 1986 juste avant son tragique décès durant le Rallye Dakar 1986[26],[27],[28].[pertinence contestée]

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Ouvrages modifier

  • Suzanne Bernus, Niamey : population et habitat. Documents d'enquêtes, Niamey, IFAN/CNRS,  ;
  • Moussa Kassey Seybou, La politique de planification urbaine au Niger : le cas de Niamey, Louvain-la-Neuve, Academia et L'Harmattan, coll. « Cahiers du Cidep », , 91 p. (ISBN 2-87209-383-4 et 2-7384-3269-7).
  • Alain Marie (éd.) et Robert Vuarin, L'Afrique des individus : itinéraires citadins dans l'Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », , 438 p. (ISBN 2-86537-758-X) ;
  • Nolwenn Barbier-Alassane et Mohamed Alassane, Niamey, le monde des petits métiers, Vannes, Un livre, des livres, , 93 p. (ISBN 2-9520208-0-9) ;
  • Ismaël Aboubacar Yenikoye, L'Université Abdou Moumouni de Niamey : organisation et aspects qualitatifs de l'enseignement supérieur au Niger, Paris, L'Harmattan, , 250 p. (ISBN 978-2-296-03791-5, lire en ligne) ;
  • Arouna Hamidou Sidikou et Abdou Bontianti, Gestion des déchets à Niamey, Paris, L'Harmattan, , 119 p. (ISBN 978-2-296-06483-6, lire en ligne) ;

Articles modifier

  • Gilbert Laval, « Enquête sur les 'tabliers' de Niamey : dépérissement et reconquête d'une ville », Cahiers d'études africaines, vol. 21, nos 81-83,‎ , p. 211-220 (lire en ligne) ;
  • Patrick Gilliard et Laurent Pedenon, « Rues de Niamey, espace et territoires de la mendicité », Politique africaine, no 63,‎ , p. 51-60 (lire en ligne) ;
  • Younoussa Seybou et Haro Wada, Étude sur l'approfondissement du diagnostic et l'analyse des systèmes de production agro-sylvopastoraux dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de développement rural. Région de la Communauté urbaine de Niamey, , 47 p. (lire en ligne).
  • Kokou Henri Motcho, « La réforme de la Communauté urbaine de Niamey », Centro Città del Terzo Mondo - Working Papers, Politecnico di Torino, no 16,‎ (lire en ligne), 19 p. ;
  • Cherif Ouazani, « Et au milieu coule le fleuve Niger », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne) ;

Filmographie modifier

  • Boukoki, film documentaire de Jean Rouch, 1973, 8 min (DVD CNRS Images)
  • Pam Kuso Kar : briser les porteries de Pam, film documentaire de Jean Rouch, 1974, 13 min (DVD CNRS Images)
  • Niamey, et le travail comment ça va ?, film documentaire de Jérémie Reichenbach, Hibou Production, Paris, 2006, 25 min (DVD)
  • Vendredi noir, film de Djingareye Maiga, Niger, 1999, 90 min, 16 mm[29],[30].

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. Site diplomatie.gouv.fr
  2. Britannica, Niamey, britannica.com, USA, consulté le 4 août 2019
  3. Chronologie de la francophonie
  4. (en) Jérôme Aloko-N'Guessan, Amadou Diallo et Kokou Henri Motcho, Villes et organisation de l'espace en Afrique, KARTHALA Editions, , 226 p. (ISBN 978-2-8111-0339-2 et 2-8111-0339-2, lire en ligne), p. 15
  5. Profil urbain national du Niger, ONU Habitat, 2007, p. 7.
  6. « Le fleuve béni des Niaméens menacé par la pollution », sur rts.ch, (consulté le ).
  7. climat BSh
  8. « Niamey : quand les bidonvilles mangent les arbres », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. Ousmane N'gari Adam , « Chapitre III : Présentation de la Communauté urbaine de Niamey et du District sanitaire II », in: Analyse sociologique des attitudes et des comportements des parents face à la vaccination des enfants contre la poliomyélite dans le district sanitaire II de Niamey, memoire-online, mémoire de maîtrise, 2007.
  10. « Le Musée national de Niamey », denisnddo.free.fr.
  11. « Musée national du Niger », usenghor-francophonie.org.
  12. « Cérémonie d'ouverture des Jeux de la Francophonie 2005 à Niamey », Niger diaspora, 15 mai 2011.
  13. « Jeux de la Cen-Sad à Niamey », Jeune Afrique, 30 juin 2008.
  14. Site officiel, Festival international de la mode africaine.
  15. J. Gordon Melton, Martin Baumann, ‘‘Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices’’, ABC-CLIO, USA, 2010, p. 2103
  16. Florent Cornu, « Le point sur la crise alimentaire au Niger », Habbanae 78 (2005), magazine de l'association Vétérinaires sans frontières.
  17. Sophie Kehren, Université Louis Pasteur,Mémoire de Géographie : L'agglomération de Niamey (Niger), Strasbourg, septembre 1995
  18. Institut national de la Statistique du Niger : Le Niger en chiffres 2011. (Online-Version), p.23.
  19. « Coup de filet anti-criminalité à Niamey », Issalane, 1er avril 2010.
  20. « Vague d'arrestations à Niamey : lutte contre la criminalité ou répression politique ? », France 24, 31 mars 2010.
  21. Laurent Fourchard et Isaac Olawale Albert, Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d'Afrique de l'Ouest du XIXe siècle à nos jours, Karthala-IFRA, 2003, p. 8.
  22. Djilali Benyoub, « Niamey résolument réglé à l’heure anti-Aqmi », Liberté-Algérie.com, 7 avril 2012.
  23. (en) « Niamey Diori Hamani International Airport », Airlines Inform.
  24. La bataille du rail africain
  25. « A propos | Espace Soleils d'Afrique » (consulté le ).
  26. https://balamed.skyrock.com/3227133677-On-dormait-dans-le-meme-hotel-que-Daniel-Balavoine-a-Niamey-La-veille.html
  27. https://www.jeuneafrique.com/mag/450884/economie/niger-gaweye-a-recherche-temps-passe/
  28. François Alquier, Daniel Balavoine, Biography & Autobiography, 2020.
  29. « Entre pauvreté et malheur, le Niger vit au quotidien » Critique d'Espéra G. Donouvossi, sur Africiné
  30. Fiche technique sur Africiné