National States' Rights Party

Parti d'extrême droite, suprémaciste blanc américain

National States' Rights Party
Présentation
Leaders Edward Reed Fields
J. B. Stoner
Fondation 1958
Disparition 1987
Siège Knoxville, Tennessee
Fondateur Edward Reed Fields
Positionnement Extrême droite
Idéologie Droits des États
Nationalisme blanc
Suprémacisme blanc
Ségrégationnisme
Antisémitisme
Néofascisme
Adhérents 150 (1970)
Couleurs Rouge, bleu et blanc

Le National States' Rights Party (en français: Parti national des droits des États) était un parti d'extrême droite, suprémaciste blanc, qui a brièvement joué un rôle mineur dans la politique aux États-Unis[1].

FondationModifier

Fondé en 1958 à Knoxville (Tennessee) par Edward Reed Fields, chiropracteur âgé de 26 ans et partisan de J. B. Stoner, le parti était fondé sur l'antisémitisme, le racisme et l'opposition à l'intégration raciale avec les afro-américains. Les responsables du parti ont défendu les droits des États contre l'avancée du mouvement des droits civiques, et l'organisation a elle-même établi des relations avec le Ku Klux Klan et Minutemen[2]. Ses messages n'ont jamais été ouvertement néo-nazis, contrairement à ses successeurs au sein du Parti nazi américain[3].

Le président national du parti était Stoner, qui a purgé trois ans de prison pour avoir bombardé l'église baptiste Bethel à Birmingham, en Alabama. Le parti a produit un journal, Thunderbolt, qui a été édité par Fields. En 1958, première année du parti, cinq hommes liés au NSRP ont été mis en accusation pour leur participation à l'attentat à la bombe perpétré contre le temple de la Hebrew Benevolent Congregation Temple à Atlanta[4].

Le , Edward Fields fut porté à la connaissance des services secrets américains en tant que menace potentielle contre des individus protégés. Cela a été divulgué dans le cadre de la publication du fichier JFK. Le FBI a considéré que Fields était "un pas en avant d'être fou."

DéveloppementModifier

Lors de l'élection présidentielle de 1960, lors d'une réunion secrète tenue dans un pavillon rural près de Dayton, dans l'Ohio, le NSRP a nommé le gouverneur de l'Arkansas, Orval E. Faubus, au poste de président et le contre-amiral américain à la retraite, John G. Crommelin, de l'Alabama, au poste de vice-président. Faubus, cependant, n'a pas activement fait campagne sur ce billet et n'a remporté que 0,07% des voix (le meilleur dans son état natal, l'Arkansas: 6,76%). Le parti s'était également présenté à l'élection présidentielle de 1964, proposant John Kasper à la présidence et J. B. Stoner à la vice-présidence, bien qu'ils n'aient remporté que 0,01% des suffrages, soit moins de 7 000 voix.

Le parti commença à étendre ses activités et à s'installer dans son nouveau siège à Birmingham en 1960. Les partisans furent bientôt vêtus de l'uniforme du parti: chemises blanches, pantalons noirs, cravates et brassards portant la version Thunderbolt du Wolfsangel. Thunderbolt a lui-même tiré à 15 000 exemplaires à la fin des années 1960 et le parti prend une part active à des rassemblements à travers les États-Unis. Les événements survenus à Baltimore, dans le Maryland, en 1966, sont particulièrement notoires du fait que cinq dirigeants ont été emprisonnés pour incitation à des émeutes.

Le parti a tenté de nouer des contacts internationaux. Au cours des années 1970, il a participé à des rassemblements internationaux d'extrême droite à Dixmude en Belgique, aux côtés de groupes tels que le Vlaamse Militanten Orde et la Ligue de Saint-George, basée au Royaume-Uni[5]. Auparavant, le parti avait été proche du leader extrémiste britannique John Tyndall et de son British Movement après l'échec de Tyndall dans ses tentatives de nouer des liens avec George Lincoln Rockwell[6].

DéclinModifier

L'influence du parti a diminué dans les années 1970, alors que Fields commençait à consacrer une plus grande part de son énergie au Ku Klux Klan. En conséquence, en , le procureur général des États-Unis, Edward H. Levi, conclut une enquête du FBI sur le groupe, après qu’il eut été décidé qu’ils ne constituaient pas une menace.

Le NSRP a entamé son déclin définitif lorsque Stoner a été reconnu coupable d'un attentat à la bombe en 1980. Sans son leadership, le parti est tombé dans la factionalité et, en , Fields a été expulsé pour avoir passé trop de temps au Klan. Sans ses deux personnalités centrales, le NSRP s'est effondré et en 1987, il avait cessé d'exister.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. The Times, June 21, 1963, 250 Arrested In U.S. Racial Riots
  2. Clive Emsley; Haia Shpayer-Makov (2006). Police Detectives in History, 1750-1950. Ashgate Publishing, Ltd. p. 237.
  3. Paul Hainsworth (6 Octobre 2016). Politics of the Extreme Right: From the Margins to the Mainstream. Bloomsbury Publishing. p. 295.
  4. https://southernspaces.org/2009/counterblast-how-atlanta-temple-bombing-strengthened-civil-rights-cause
  5. Ray Hill & Andrew Bell, The Other Face of Terror, London: Grafton, 1988, pp. 165-166
  6. Richard Thurlow, Fascism in Britain A History, 1918-1985, Oxford: Basil Blackwell, 1987, p. 269