George Lincoln Rockwell

homme politique américain
George Lincoln Rockwell
George Lincoln Rockwell.jpg
George Lincoln Rockwell
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Université Brown
Atlantic City High School (en)
Institut Pratt
Hebron Academy (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
George Lovejoy Rockwell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Margrét Þóra Hallgrímsson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Parti politique
Membre de
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinctions

George Lincoln Rockwell, né le à Bloomington (Illinois) et mort assassiné le dans le comté d'Arlington en Virginie, est un politicien et militant néo-nazi américain. Il a été le chef de file de l'American Nazi Party dans les années 1960[1].

BiographieModifier

Jeunesse[1]Modifier

Rockwell est né à Bloomington, en Illinois, le premier des trois enfants de George Lovejoy "Doc" Rockwell et Claire (Schade) Rockwell. Son père est né à Providence, Rhode Island, et était d'ascendance anglaise et écossaise. Sa mère était la fille d'Augustus Schade, un immigrant allemand, et Corrine Boudreau, d'origine acadienne française. Les deux parents étaient des comédiens et des acteurs de vaudeville. Les connaissances de son père comprenaient Fred Allen, Benny Goodman, Walter Winchell, Jack Benny et Groucho Marx. Ses parents ont divorcé quand Rockwell avait six ans et il a divisé sa jeunesse entre sa mère à Atlantic City, dans le New Jersey, et son père à Boothbay Harbor, dans le Maine.

Rockwell a étudié à Atlantic City High School à Atlantic City et a postulé à l’Université Harvard à l’âge de 17 ans. Cependant, il s'est vu refuser l'admission. Un an plus tard, son père l'a inscrit à l'Académie Hebron à Hebron, dans le Maine. Il est devenu un lecteur avide de la philosophie occidentale et des romans socialement significatifs, ce qui l'a amené à réexaminer le sujet de la religion. Au début, il s'était perçu comme un protestant dévot, lisant la Bible littéralement, puis il a perçu la religion comme un pilier nécessaire à la civilisation.

En , Rockwell s'inscrit à l'université Brown de Providence dans le Rhode Island, en tant qu'étudiant en philosophie. Dans ses cours de sociologie, il a rejeté l’égalité, l’idée que les gens étaient créés par leur environnement et l’idée que tous les êtres humains avaient le même potentiel dans la vie. Il a discuté avec d'autres étudiants sur des sujets tels que les thèmes sociaux dans les romans populaires.

Au cours de sa deuxième année, Rockwell a quitté l'université Brown et a accepté une commission dans la marine américaine.

Carrière politiqueModifier

Premiers pas en politiqueModifier

Après son déménagement à Washington en 1955, il s'est progressivement radicalisé jusqu'à ce que, selon les termes de son biographe, il soit «à la limite de l'aile droite». Dans les années 1957 et 1958, Rockwell a eu une série de rêves qui se termina par sa rencontre avec Hitler.

En 1958, Rockwell a rencontré Harold Noel Arrowsmith, Jr., un riche héritier et antisémite qui a fourni à Rockwell une maison et du matériel d'impression. Ils ont formé le Comité national pour libérer l'Amérique de la domination juive[2].

Le 29 juillet 1958, Rockwell a manifesté devant la Maison-Blanche lors d'une manifestation anti-guerre contre la décision du président Dwight D. Eisenhower d'envoyer des troupes de maintien de la paix au Moyen-Orient, connue sous le nom d'Opération Blue Bat. Rockwell et ses partisans ont spécifiquement protesté contre ce qu'ils supposaient être le contrôle juif du gouvernement[3]. En octobre 1958, à la suite de l'attentat à la bombe contre le temple de la Congrégation hébraïque, le domicile de Rockwell a été perquisitionné par la police[4].

Rockwell a gagné en notoriété après que Drew Pearson a écrit un article décrivant comment Rockwell et ses partisans se sont vêtus d'uniformes, se sont armés d'armes et ont défilé chez lui dans le comté d'Arlington, en Virginie. La fenêtre de sa maison a été laissée ouverte pour une vue de l'énorme drapeau à croix gammée[5].

Parti nazi américainModifier

En mars 1959, Rockwell a fondé l'Union mondiale des nationaux-socialistes de la libre entreprise (WUFENS), un nom choisi pour désigner l'opposition à la propriété de l'État. En décembre 1959, l'organisation a été rebaptisée le Parti nazi américain (plus tard le Parti populaire national-socialiste blanc, NSWPP), et son siège social a été relocalisé au 928 North Randolph Street à Arlington, qui est également devenu la maison de Rockwell.

En 1959, il a publié une parodie de type Animal Farm, le long poème La Fable des canards et des poules[6].

En 1960, en raison de ses activités politiques, la Marine a renvoyé Rockwell un an avant sa retraite parce qu'il était considéré comme « non déployable » en raison de ses opinions politiques. La procédure de licenciement a été une affaire extrêmement publique. Même s'il a reçu une décharge honorable, Rockwell a affirmé qu'il « avait essentiellement été expulsé de la Marine », ce qu'il a reproché aux Juifs[7].

Afin d'attirer l'attention des médias, Rockwell a organisé un rassemblement le sur le National Mall, où il s'est adressé à la foule avec un discours de deux heures. Un deuxième rassemblement était prévu pour Union Square à New York. Le maire Robert F. Wagner Jr. a refusé de lui accorder un permis de parole et il a fait appel de cette décision devant la Cour suprême de New York. Lorsque Rockwell a émergé dans la rotonde du palais de justice, il était entouré d'une foule de journalistes de télévision. L'un des journalistes, Reese Schonfeld (en), a interviewé Rockwell, et après que Rockwell a fait des commentaires antisémites, une mêlée a éclaté, exigeant un convoi de police pour escorter Rockwell du palais de justice. Rockwell, avec l'aide de l'Union américaine pour les libertés civiles, a finalement obtenu un permis, mais c'était bien après la date de l'événement prévu. Un autre rassemblement avait lieu le , toujours sur le National Mall. Rockwell et ses hommes ont été confrontés à une foule et une émeute s'est ensuivie. La police a arrêté Rockwell et huit membres du parti. Rockwell a exigé un procès et a plutôt été interné dans un hôpital psychiatrique pendant 30 jours. En moins de deux semaines, il a été libéré et jugé mentalement apte à subir son procès. Il a publié une brochure inspirée de cette expérience intitulée Comment sortir ou rester hors de l'asile d'aliénés[8].

Au début de 1962, Rockwell a prévu un rassemblement pour célébrer l'anniversaire d'Hitler en avril. En été, il a assisté à un camp organisé par le néo-nazi britannique Colin Jordan dans le Gloucestershire où ils ont organisé l'Union mondiale des national-socialistes. En septembre, il a décerné à l'un de ses membres une médaille pour avoir frappé Martin Luther King au visage.

Lors de l'élection présidentielle de 1964 aux États-Unis, Rockwell a présenté sa candidature par écrit, obtenant 212 voix[9]. Il s'est présenté en tant qu'indépendant aux élections du gouverneur de Virginie en 1965, obtenant 5 730 voix, soit 1,02% du total, terminant dernier parmi les quatre candidats.

À l'été 1966, Rockwell a mené une contre-manifestation contre la tentative de Martin Luther King de mettre fin à la ségrégation de facto dans la banlieue blanche de Chicago, Cicero, Illinois[Quoi ?]. Il croyait que King était un outil pour les communistes juifs qui voulaient intégrer l'Amérique. Rockwell croyait que l'intégration était un complot juif pour gouverner la communauté blanche. Rockwell a dirigé le Parti nazi américain en aidant le Ku Klux Klan et des organisations similaires pendant le mouvement des droits civiques, dans ses tentatives de contrer les Freedom Riders et la Marche de Washington pour l'emploi et la liberté. Mais il est vite venu à croire que le Klan était coincé dans le passé et inefficace pour l'aider à mener une lutte raciale moderne.

En 1966, après avoir entendu le slogan « Black Power » lors d'un débat avec le chef du Black Panther Party Stokely Carmichael, Rockwell a modifié l'expression et a lancé un appel au « White Power »[10].

Au printemps 1966, le parti a commencé à publier plusieurs brochures et livres, dont National Socialist World édité par William Luther Pierce, des écrits de Rockwell, le périodique Stormtrooper Magazine (à l'origine National Socialist Bulletin) et une bande dessinée de propagande, Here Comes Whiteman!, où le personnage de super-héros se bat contre des ennemis inspirés des stéréotypes racistes.

En novembre 1966, l'Union américaine pour les libertés civiles a de nouveau représenté Rockwell, défendant son droit d'organiser des marches ou des défilés dans les quartiers juifs pendant les fêtes juives.

Hate BusModifier

Lorsque les Freedom Riders ont mené leur campagne pour la déségrégation des gares routières dans le Grand Sud, Rockwell a sécurisé une camionnette Volkswagen et l'a décorée de slogans soutenant la suprématie blanche, la doublant de « Hate Bus » et la conduisant à des allocutions et à des rassemblements de partis. Selon un rapport du FBI sur le Parti nazi américain, la camionnette a été reprise en possession après un défaut de paiement[11].

Lien avec le mouvement nationaliste noirModifier

Rockwell s'entendait bien avec de nombreux dirigeants du mouvement nationaliste noir tels qu'Elijah Muhammad (Nation of Islam, chef de NOI) et Malcolm X (qui a ensuite changé de point de vue et s'est opposé au séparatisme racial de NOI), car ils partageaient l'objectif de la ségrégation raciale[12]. En janvier 1962, Rockwell a écrit à ses disciples qu'Elijah Muhammad « a rassemblé des millions de personnes sales, immorales, ivres, à la bouche crasseuse, paresseuses et répugnantes appelées sournoisement des « nègres » et les a inspirées au point qu'elles sont propres, sobres, des êtres humains honnêtes, travailleurs, dignes, dévoués et admirables malgré leur couleur ... Muhammad sait que le mélange est une fraude juive et ne fait qu'aggraver les problèmes qu'il est censé résoudre ... J'ai parlé avec les dirigeants musulmans et je suis certain qu'un plan viable de séparation des races pourrait être mis en œuvre à la satisfaction de toutes les parties concernées - à l'exception des agitateurs communistes-juifs. »" Il a également dit à propos d'Elijah Muhammad « Je suis pleinement d'accord avec leur programme et j'ai le plus grand respect pour Elijah Muhammad. » Il a qualifié Muhammad « The Black People's Hitler » et a fait don de 20 $ à la Nation of Islam lors de son événement "Freedom Rally" le 25 juin 1961 à l'Uline Arena à Washington où lui et 10-20 de ses « stormtroopers » ont assisté à un discours par Malcolm X.

Inspiré par l'utilisation de la religion par les musulmans noirs pour mobiliser les gens, Rockwell a cherché à collaborer avec des groupes d'Identité chrétienne. Le 10 juin 1964, il a rencontré et formé une alliance avec le ministre de l'identité Wesley A. Swift. Rockwell a utilisé des images religieuses - se décrivant comme un martyr semblable au Christ contre les Juifs. Les nazis ont trouvé un foyer d'accueil dans l'église de Swift et les membres de l'église ont trouvé un débouché politique au sein du Parti nazi américain.

MortModifier

Le , Rockwell a été abattu par balle alors qu'il quittait une laverie à Arlington, en Virginie, à seulement quelques mètres de l'endroit où il vivait[13],[14]. John Patler, qui a été expulsé par Rockwell de son parti en mars 1967 pour des tentatives répétées d'injecter des idées marxistes dans les publications du parti[15] a été reconnu coupable du meurtre en décembre 1967 et condamné à 20 ans de prison. Il a purgé une première peine de huit ans de prison, puis six autres années après une violation de la libération conditionnelle. En apprenant la mort de son fils, le père de Rockwell, âgé de 78 ans, a déclaré : « Je ne suis pas du tout surpris. Je m'y attendais depuis un certain temps. »

Les parents de Rockwell voulaient un enterrement privé dans le Maine, mais ont refusé de se battre avec les nazis. Le 27 août, un porte-parole du NSWPP a rapporté que des fonctionnaires fédéraux avaient approuvé l'inhumation militaire au cimetière national de Culpeper, Rockwell étant un vétéran honorablement libéré[16]. Le cimetière a précisé qu'aucun insigne nazi ne pouvait être affiché, et lorsque les 50 personnes en deuil ont violé ces conditions, l'entrée du cimetière a été bloquée dans une impasse de cinq heures, au cours de laquelle le corbillard, qui avait été arrêté sur les voies ferrées près du cimetière, a été presque heurté par un train qui approchait. Le lendemain, le corps de Rockwell a été secrètement incinéré.

Dans la culture populaireModifier

PublicationsModifier

  • This Time the World (1961)
  • White Power (1966)

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b William Luther Pierce, George Lincoln Rockwell: A National Socialist Life (lire en ligne)
  2. Simonelli American Fuehrer, p. 26–27
  3. Goodrick-Clarke Black Sun, p. 11
  4. Travis Morris, Dark Ideas: How Neo-Nazi and Violent Jihadi Ideologues Shaped Modern Terrorism, Lanham, MD & London, UK, (lire en ligne), p. 78
  5. Scott McCabe, « CRIME HISTORY - American Nazi leader killed near Arlington home »,
  6. « The Fable of the Ducks and the Hens: A Dramatic Saga of Intrigue, Propaganda and Subversion (1959) - George Lincoln Rockwell »,
  7. Michael Newton, Famous Assassinations in World History: An Encyclopedia, ABC-CLIO, (lire en ligne)
  8. George Lincoln Rockwell, How to Get Out Or Stay Out of the Insane Asylum, (lire en ligne)
  9. « Our Campaigns - US President National Vote Race - 03 novembre 1964 », sur ourcampaigns.com
  10. KATHARINE WHITTEMORE, « "American Fuehrer: George Lincoln Rockwell and the American Nazi Party" »,
  11. « American Nazi Party Monograph », , p. 50
  12. Manning Marable, The Portable Malcolm X Reader, (ISBN 9780143106944, lire en ligne)
  13. « 1967: 'American Hitler' shot dead »,
  14. Charles S. Clark, « Death of an Arlington Nazi »,
  15. « Rockwell Aide Charge in Slaying »,
  16. « Army Cancels Approval for Burial of Rockwell at National Cemetery; 3 Nazis Arrested »,

Liens externesModifier